• 2017 sans Sarko, sans Hollande et avec Le Pen dans les choux : Les paris sont ouverts !

    Les Chevaux, Course, Jockey, Le Sport, Cavalier, Piste

    Categories2017 sans Sarko, sans Hollande et avec Le Pen dans les choux : Les paris sont ouverts ! Voici une solide concurrence pour le PMU avec la course des canassons pour la présidentielle de 2017. Juppé a peut-être un petit plus s’agissant de la méthode, mais sur le fond, tous partagent les mêmes objectifs politiques – ceux qui permettent de faire les malins à Davos – aussi, c’est avec la plus grande décontraction que nous allons suivre la course.

    Le plus simple, c’est la mère Le Pen. Aux élections locales, elle a fait un joli pourcentage parce qu’il y avait une abstention de 50 %. Malgré la faiblesse des adversaires, le vote protestataire qui la porte n’a permis d’obtenir aucune victoire significative. Les présidentielles vont montrer un net recul, ce d’autant plus que le programme du FN reste aussi arriéré qu’hallucinant. Qui veut sortir de l’euro ? À quoi ressembleront nos retraites et nos rémunérations lorsque, bien planqués dans nos frontières, nous aurons retrouvé le franc ?... Le vote Le Pen, c’est du vent dans une baudruche, mais quand on arrête de souffler, il ne reste qu’une image fripée.

    Hollande y croit encore, mais de moins en moins. Ce type connaît la politique par cœur, et vu la place qu’il occupe, il centralise maintes informations. Changer nettement de gouvernement aurait pu être l’occasion de relancer la donne politique, cherchant à se placer sur un courant ascendant. Mais il a choisi une autre solution, de renforcer la maison en interne par de petits accords, ce qui vise surtout à éviter un effondrement en fin de mandat. De fait, il faut être réaliste… Hollande est en échec de partout. Il a lié une nouvelle candidature à l’inversion de la courbe du chômage, qui malgré un invraisemblable plan de formation, est loin d’être acquise. La croissance est en berne, et la dette s’accroît. Sa politique étrangère a conduit à l’importation du terrorisme. La société est morcelée, en pleine déprime. Il lui restait l’espoir de l’union nationale contre le terrorisme, mais il est en train de se gaufrer lamentablement sur sa question de la déchéance de nationalité. Et il va se gaufrer tout autant avec que son référendum impossible sur Notre-Dame des Landes. Hollande reste aux aguets, prêt à tout pour une victoire qui se jouera 0,1 %. Depuis son élection, c’est de recul en recul, d’échec en échec. Il n’échappera pas à d’autres candidatures à gauche, qui minent son premier tour. Faut-il ajouter à tous ces échecs une élimination lors du premier tour de la présidentielle ?

    Et notre Sarko ! Il est dans une bien mauvaise phase. La semaine dernière, il a vu le groupe parlementaire contester son autorité à propos de la déchéance de nationalité. Juppé collectionne les excellents sondages, avec un écart de plus de 10 points qui, dans notre monde médiatique, commence à ressembler à un décrochage.

    Hier, c’était le Conseil national de Les Républicains, censé être l’occasion de la sacralisation du pouvoir de Sarko. Pour la présidence, son candidat Luc Chatel a été élu avec un petit score de 55 %. L’influent Raffarin a expliqué qu’il allait faire campagne avec Juppé, plus sérieux. Lorsque Sarko a commencé son grand discours, la moitié de la salle s’est vidée… Et alors que Sarko était programmé sur TF1 à 20 heures, Copé s’est fait inviter sur France 2 à 20 heures pour annoncer sa candidature aux primaires, sur une posture bien à droite qui va prendre quelques points de pourcentage à Sarko.

    Copé affirmant, la main sur le cœur, qu’il ne se serait jamais présenté candidat s’il avait été mis en examen dans l’affaire Bygmalion, qui est l’affaire du financement de la campagne de Sarkozy 2012, et pour laquelle Sarkozy avait obligé Copé à la démission. Lequel Sarkozy est mis en examen pour corruption dans l’affaire Tapie… Sarkozy comptait imposer sa loi en interne en distribuant les investitures législatives avant les primaires, mais les candidats aux primaires refusent cette grosse combine, et Sarko, sans majorité, va devoir se plier. Oui, sale temps pour Sarko.

    Comme il n’y a aucune différence dans les programmes, et que tout se joue sur des positionnements médiatiques ou des combines d’appareil, le PMU des présidentielles va nous réserver quelques surprises. Mais ce soir, l’hypothèse de présidentielles sans Hollande, sans Sarko et avec que Marine Le Pen dans les choux est une piste sérieuse.

    par Gilles Devers

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Quand des bruits circulent au sujet d’une liaison que Manuel Valls entretiendrait avec… Najat Vallaud-BelkacemAprès l’accord de Munich la guerre continue en Syrie »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,