• À qui profite le virus Zika?

    À qui profite le virus Zika?

    CategoriesÀ qui profite le virus Zika? Ce lundi 1er février, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que les cas récents de microcéphalie et autres troubles neurologiques signalés au Brésil -  symptômes liés au virus Zika – constituent une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) selon Guillaume Kress sur Mondialisation.

    Le Groupe LGC est:

    “…l’institut désigné en Grande Bretagne comme le National Measurement Institute pour les mesures chimiques et bioanalytiques, leader international dans les services de laboratoire, les normes de mesure, les matériaux de référence, la génomique, et les marchés de tests d’aptitude.”

    L’une de ses branches, LGC Standards, se définit comme:

    “…un producteur et distributeur mondial des matériaux de référence et des systèmes d’essais d’aptitude. Basée à Teddington, Middlesex, Royaume-Uni, l’entreprise dispose de 30 années d’expérience dans la distribution de matériaux de référence et d’un réseau de bureaux de vente dédiés dans 20 pays, 5 continents. Ces produits et services de haute qualité sont essentiels pour la mesure analytique précise et le contrôle de qualité, ce qui permet d’assurer que les bonnes décisions sont prises en fonction d’une base de données fiables. Nous produisons un nombre inégalé de matériaux de référence accrédités par le Guide ISO 34 dans des installations sur 4 sites à travers le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Allemagne.”

    LGC Standards a formé un partenariat avec ATCC, se définissant pour sa part comme:

    “…la ressource et l’organisme qui normalise des matériaux biologiques mondiaux de premier plan dont la mission se concentre sur l’acquisition, l’authentification, la production, la conservation, le développement et la distribution de micro-organismes classiques de référence, des lignées cellulaires, et d’autres matériaux. Tout en conservant les matériaux traditionnels de collecte, l’ATCC développe des produits de haute qualité, des normes et des services pour soutenir la recherche et les développements scientifiques qui améliorent la santé des populations mondiales » .

    Le partenariat ATCC-LGC vise à faciliter:

    “la distribution des cultures d’ATCC et des produits bio à des chercheurs en sciences de la vie à travers l’Europe, l’Afrique et l’Inde et [...] à rendre plus facilement accessibles les ressources importantes d’ATCC aux communautés scientifiques européennes, africaines, et indiennes en détenant localement des stocks de plus de 5000 articles de culture particulière soutenus par notre réseau de bureaux locaux qui délivrent le plus haut niveau de service au client et de support technique.”

    Cela dit, qui détient le brevet pour le virus? La Fondation Rockefeller!

    Pourquoi la question de la propriété des brevets du virus Zika n’a-t-elle pas fait l’objet d’une couverture médiatique?

    Rappelons-nous les paroles prononcées par David Rockefeller à une réunion de la Commission Trilatérale en Juin 1991:

    “Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et prêt pour un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés”.

    L’appropriation du virus Zika par la Fondation Rockefeller, ne ferait-elle pas partie  d’un tel projet de domination, au prétexte de la lutte contre la maladie?

    De plus, il est important de noter que le virus Zika est une marchandise qui peut être achetée en ligne via le site de l’ATCC-LGC pour 599.00 euros. Les redevances vont à la Fondation Rockefeller.

     

    Étrangement, le point géographique considéré comme étant l’épicentre du virus Zika au Brésil, est également celui dans lequel des moustiques génétiquement modifiée ont été libérés par le laboratoire Oxitec comme l’explique cet article de Zero Hedge. Ce moustique a été créé pour endiguer une épidémie de dengue qui multipliait les victimes, sa création avait pour but de réduire les populations de moustiques, vecteurs de transmission, en les empêchant de se reproduire.

     

    MOUSTIQUE. En avril dernier, le Brésil a autorisé la dissémination commerciale dans l’environnement d’un moustique génétiquement modifié pour endiguer la contamination de la dengue, cette maladie virale transmise à l’être humain par un moustique du genre Ædes ægypti. Cette autorisation a été approuvée dans le cadre d’un vote de la Commission brésilienne en charge des OGM (CNTBio), par 16 voix contre une. Ce serait le premier animal transgénique lancé à grande échelle dans la nature rapporte les moutons enrages

    RISQUE. Au Brésil, comme dans bon nombre de pays d’Amérique du Sud, la dengue est un véritable problème de santé publique : 200 000 cas ont été recensés en 2013, et 400 personnes seraient décédées des suites de la maladie depuis le début de l’année. sic…

    L’Organisation Mondiale de la Santé estime à 50 millionsle nombre de cas annuels, dont 500 000 cas de dengue hémorragique qui sont mortels dans plus de 20% des cas. Sic… 

    ANTIBIOTIQUE. Créé par la société britannique Oxitech, OX513A est une souche d’Ædes ægypti, mais à la différence de la souche « sauvage », celle-ci a été modifiée génétiquement pour être dépendante d’un antibiotique, la tétracycline, afin de compléter sa maturation. Sciencesetavenir.fr

    L’article de Scienceetavenir.fr nous explique également que cette ferme à moustiques OGM fut contestée notamment à cause de nombreuses irrégularités:

    Plusieurs ONG, comme l’association brésilienne AS-PTA, ont dénoncé en avril dernier les lacunes du dossier de demande d’autorisation, la mauvaise consultation du public, voire même l’absence d’efficience de cette stratégie de lutte contre la dengue, ainsi que des risques graves pour l’immunité humaine, rapporte Inf’OGM sur son site.  L’AS-PTA pointe l’absence de données et le risque de survie des progénitures porteuses des mutations en cas de pollution de l’environnement par l’antibiotique, peu spécifique. Les doutes portent aussi sur la mortalité des insectes en absence de tétracycline, estimée à 96,5 % pour les animaux hétérozygotes.

    Les images valant mille mots, voici la comparaison entre la zone dans laquelle les moustiques ont été lâchés, et celle reconnue comme étant l’épicentre du virus Zika au Brésil:

    zika épicentre moustiques ogmÀ gauche, le point de libération des moustiques génétiquement modifiés, à droite l’épicentre du virus Zika.

    Ce qu’il faut noter également, c’est que l’épicentre se trouve dans le Pernambuco, un des états fédérés du Brésil, dans lequel se trouve également un laboratoire des maladies endémiques, le CPqAM:

    Le CPqAM – Centro de Pesquisas Aggeu Magalhães, le groupe Aventis Pharma France et la Mairie de São Vicente Férrer (municipalité du Pernambuco) à 130 kilomètres de Récife, inaugurent le Laboratoire de Recherche des Maladies Endémiques de la Région Méridionale Agreste, le premier dans cette région. Cette unité servira d’appui à l’étude des maladies endémiques et de leurs diagnostiques.
    Le CPqAM est une unité de la Fondation Oswaldo Cruz du Pernambuco.

    Plus d’informations sur Informationhospitaliere.com

    Et la solution envisagée pour endiguer le Zika? Tout simplement des moustiques génétiquement modifiés qui n’auraient plus la possibilité de transmettre le virus.

    Il y a certaines coïncidences troublantes, de là à dire que le virus à été lâché dans la nature, volontairement ou non, il n’y a qu’un pas, au niveau maladresse, il y a déjà eu des précédents:

    Ceci n’était que quelques exemples parmi d’autres….

    Quand au Zika, qu’en est-il exactement? Voici ce qu’il est bon de savoir à son sujet, officiellement, sachant qu’il se répand sur la planète, et que l’impact final est plus qu’inquiétant… 

    Mise à jour:

    Il suffisait pourtant de regarder, ce que je n’ai pas fait! C’est en regardant le blog de Fawkes News que j’ai découvert ce que j’avais manqué, et pourtant, ces informations sont si peu surprenantes quand on s’intéresse à l’actualité réelle…

    Dans la première illustration de cet article, vous avez une capture d’écran de la page vendant le virus en ligne avec plusieurs onglets, dont l’onglet « History ». Cet onglet affiche le nom de la fondation qui a déposé le brevet: la J. Casals, Rockefeller Foundation.

    Rockfeller

    Quand aux âmes bienveillantes qui ont décidé d’utiliser les moustiques OGM pour lutter contre la dengue, moustiques suspectés de répandre le virus Zika, c’est également une fondation, et pas n’importe laquelle: La fondation Gates.

    Ces deux noms, que cela soit Rockefeller comme Gates, sont liés à des idées eugénistes, les auteurs reconnaissent même et assument leurs propos sur le sujet.

    Il n’y a vraiment pas de hasard…

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Dérives de l’état d’urgence en France : Amnesty et Human Rights Watch montent au créneauSupprimons la redevance TV, signez la pétition ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,