• Attentats: l'ex-maire de Molenbeek se livre

    Bannière, En Tête, Terrorisme, Noir, Word, Droit

    CategorieAttentats: l'ex-maire de Molenbeek se livre. Pour son ancien maire, Philippe Moureaux, Molenbeek n'a rien "du trou à rats" évoqué par Donald Trump. Mais la criminalité locale, la montée du radicalisme religieux et les "défaillances" de la police expliquent que des petits caïds comme Abdelhammid Abaaoud ou les frères Abdeslam ont pu y trouver un terrain idéal pour préparer les attentats de Paris. 

    A 76 ans, Philippe Moureaux, ex-ministre de la Justice et figure du Parti socialiste francophone belge, ne se sent "absolument pas" responsable du drame qui s'est déroulé à Paris le 13 novembre (130 morts et plus de 350 blessés), a-t-il expliqué dans un entretien à l'AFP, à l'occasion de la sortie demain de son livre intitulé "La Vérité sur Molenbeek" (Editions "La Boîte à Pandore", 172 pages), un plaidoyer pro domo.

    "Quand j'ai vu monter le radicalisme, j'ai essayé de le contrer. Ce n'était pas encore aussi violent qu'aujourd'hui (...) Je suis le premier maire à avoir interdit le voile intégral en Belgique", se défend Philippe Moureaux, souvent taxé de "laxisme" par ses adversaires politiques."Il y a eu une exacerbation du radicalisme à travers le phénomène syrien quand je n'étais plus à la tête de la commune", ajoute l'ancien bourgmestre (maire) qui a lâché les rênes de la commune populaire du nord de Bruxelles en 2012, après l'avoir dirigée pendant 20 ans.

    "L'immense majorité de la population, non seulement n'a aucun rapport avec ce noyau criminel (à l'origine des attentats), mais le condamne. Pour ceux qui connaissent un peu la commune, c'est tout sauf un trou à rats", assure Philippe Moureaux.

    La moitié de la population de Molenbeek, soit environ 50.000 personnes, "a une connotation arabo-musulmane non négligeable", relève-t-il. Mais "je m'y promenais jour et nuit, tout seul, sans difficulté", souligne l'ancien édile.

    "Ce qui est propre à Molenbeek, et c'est dramatique, c'est cette cellule, qui à un moment donné se constitue autour d'Abdelhamid Abaaoud (organisateur présumé des attentats revendiqués par l'Etat islamique). C'est lui qui a été véritablement le polarisateur, celui qui, à travers des potes, des copains, a constitué cette cellule qui a dramatiquement agi à Paris".

    Philippe Moureaux juge "extraordinaire" que les futurs auteurs des tueries aient pu passer entre les mailles du filet. "Il y avait une liste, où ils sont tous, qui avait été établie par la Sûreté de l'Etat. Ces gens ont fait des tas de choses, ont loué des appartements, ont circulé à travers la France... Et les services de police qui les avaient pourtant repérés n'ont rien pu faire". Pour l'ex-élu socialiste, les difficultés économiques ne suffisent pas à expliquer la dérive de certains de ses anciens administrés.

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Manuel Valls : Il pète un câble dans les studios de France Inter !Exil Fiscal : ces personnalités qui avaient beaucoup d'argent caché en Suisse »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,