• Brétigny: la SNCF a «tout fait pour ne pas communiquer des pièces»

    Rames Tgv, Tgv Couplé, Deux Rames Tgv, Du Tgv Français

    CategoriesBrétigny: la SNCF a «tout fait pour ne pas communiquer des pièces». L'entreprise ferroviaire voulait atténuer ses responsabilités en essayant de ne pas livrer un certain nombre d'informations dans le cadre de l'enquête. 

    C'est peut-être le début d'un scandale de grande ampleur pour la SNCF. La compagnie ferroviaire aurait tenté d'entraver l'enquête judiciaire chargée de faire la lumière sur le drame de Brétigny qui avait causé la mort de 7 personnes et fait des dizaines de blessés le 12 juillet 2013. Selon les informations du Figaro, qui a pu consulter le dossier d’instruction, la SNCF a tout d'abord eu connaissance du contenu, 3 mois avant sa sortie officielle, du rapport du bureau enquête sur les accidents de transport terrestres (BEA-TT). Pis, le leader public des transports a tout fait pour ne pas communiquer aux enquêteurs des pièces fondamentales pour la bonne tenue du dossier. 

    CategoriesIl ne faut pas être pro-actif avec eux, il faut véritablement attendre leurs demandesClaire Chriqui, juriste SNCF

    Le service juridique de la SNCF semble avoir traîné des pieds dans le partage d'informations indispensables à l'enquête mais sensibles pour la compagnie. La retranscription d'une conversation dans le cadre d'une mise sur écoute par la justice de Claire Chriqui, juriste pour le groupe, est sans équivoque. L'employée conseille à un agent qui va être entendu prochainement par les enquêteurs de "ne rien leur apporter." Puis déclare : "Tu ne vas pas arriver avec tout ton matos. Tu viens avec rien. Il ne faut pas être pro-actif avec eux, il faut véritablement attendre leurs demandes". À l'autre bout du fil, l'homme visiblement zélé lance même l'idée d'aller dissimuler les documents en question "au fin fond de l'Auvergne."

    Dissimulation de preuves

    Autre indice troublant, un dirigeant en charge du secteur de Brétigny qui a effectué la dernière tournée d'inspection des rails avant le drame, dit s'être fait dérober son ordinateur professionnel lorsque les enquêteurs le lui réclament. Pourtant, il est retrouvé dans un local à quelques centaines de mètres de la gare et c'est alors que l'équipe chargée du dossier découvre qu'une partie des fichiers a disparu. Dans cette affaire, les magistrats semblent pourtant s'être forgés une opinion.Selon eux, si une seule inspection, entre 2008 et 2013 avait été correctement effectuée, la catastrophe aurait pu être évitée. 

    De son côté, la direction de la SNCF nie toute volonté de manipulation de preuves. Dans un entretien réalisé par Le Monde, Jacques Rapoport, président délégué du directoire de SNCF et Pdg de SNCF Reseau s'agace de cette violation du secret d'instruction par les journaux. "Cette situation provoque un débat médiatique à rebondissements. Sur un tel sujet, il est hors de question de mener un procès par médias interposés, a-t-il déclaré. Poursuivant : "lors du probable procès, nous ferons valoir nos arguments sur le fond, et je pense qu’ils compteront. C’est pour cela que le groupe SNCF a décidé de ne pas répondre aux éléments rendus publics."

    par EMELINE LE NAOUR

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « L’état d’urgence, une atteinte aux libertésLes Francs-Maçons et le pouvoir »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,