• « CE N’EST PAS LE VIRUS ZIKA »

    « CE N’EST PAS LE VIRUS ZIKA »

    Categories« CE N’EST PAS LE VIRUS ZIKA » Plusieurs médecins exposent le lien entre les pesticides de Monsanto et les malformations congénitales. Le gouvernement Brésilien a suspendu la vente du larvicide sensé combattre le virus Zika et apparemment responsable des cas de microcéphalies, le 14 février 2016.

    Tandis que les alarmistes répandent des théories abracadabrantesques quant à l’épidémie du Virus Zika, des organisations séparées composées de docteurs brésiliens et argentins défient la notion récente que l’épidémie de Virus Zika au Brésil est responsable de l’augmentation de malformations congénitales dont la microcéphalie.

    Suite à la hausse spectaculaire des malformations congénitales, le ministère brésilien de la Santé a rapidement agi et a lié ces phénomènes à l’épidémie du virus Zika. La microcéphalie est une maladie congénitale dans laquelle la tête d’un bébé se développe de façon anormalement petite.

    En dépit de tout le battage médiatique entourant le virus Zika et les microcéphalies liées aux moustiques, il existe encore un lien scientifique prouvé entre les deux.

    Dans un rapport récemment publié par des médecins du Crop-Sprayed Towns (PCST), le groupe a révélé que la zone dans laquelle les personnes ont été affectées a été le lieu d’épandage de larvicides connus pour provoquer des malformations congénitales.

    Le produit chimique, le pyriproxyfène, a été ajouté aux réservoirs d’eau potable de l’état de Pernambuco en 2014, par le ministère brésilien de la Santé, dans un effort pour arrêter la prolifération du moustique porteur du virus Zika.

    Le rapport de PCST a révélé que le pesticide, commercialisé sous le nom de SumiLarv, est fabriqué par Sumitomo Chemical, une filiale japonaise de Monsanto.

    Le Pyriproxyfène est un inhibiteur de larves de moustiques, ce qui altère le processus de développement de la larve, générant ainsi des malformations dans le développement des moustiques afin de les tuer ou de désactiver leur croissance. Il agit en tant qu’hormone ou juvénoïde mineur, et a pour effet d’inhiber le développement des caractéristiques adultes des insectes (par exemple, les ailes et les organes génitaux externes) et la croissance en matière de reproduction. C’est un perturbateur endocrinien et est tératogène (cause des malformations congénitales).

    « Les malformations détectés chez des milliers d’enfants et de femmes enceintes vivants dans des zones où l’état brésilien a ajouté du pyriproxyfène à l’eau potable n’est pas une coïncidence, même si le ministère de la Santé impute une responsabilité directe au virus Zika pour ces dommages, tout en essayant d’ignorer sa responsabilité et d’exclure l’hypothèse de dommages chimiques directs et cumulatifs causés par des années de perturbation endocrinienne immunologique chez la population touchée », selon le rapport de médecins des villes où ce pesticide a été pulvérisé sur les cultures.

    Pour compléter le rapport de PCST, en date de janvier 2016, l’Association brésilienne pour la santé collective (ABRASCO) a publié une lettre ouverte au peuple du Brésil, interrogeant l’analyse linéaire effectuée par le ministère brésilien de la Santé, qui reliait les malformations congénitales émergentes à Zika.

    Le groupe a pris l’affaire en main en ignorant d’autres facteurs qui pourraient avoir une influence directe sur le problème et ont travaillé pour minimiser le fait que l’épidémie répandue dans le Pacifique et en Colombie, n’ont donné lieu à aucun cas de malformations, et encore moins à des microcéphalies.

    D’après le rapport de PCST:

    Les précédentes épidémies de Zika n’ont pas causé de malformations congénitales chez les nouveau-nés, en dépit du fait que 75% de la population dans ces pays a été infectée. En outre, dans d’autres pays tels que la Colombie, il n’y a pas de dossiers concernant la microcéphalie; Cependant, il y a beaucoup de cas de Zika.

    Bien qu’il n’y ait pas eu de pénurie de théories quant à l’origine du virus que l’on peut acheter en ligne, l’Organisation mondiale de la Santé a pris soin de ne pas le lier directement aux microcéphalies.

    « Même si un lien de causalité entre l’infection Zika pendant la grossesse et une microcéphalie et je dois le souligner, n’a pas été établi, la preuve circonstancielle est suggestive et extrêmement préoccupante », a annoncé la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, le mois dernier.

    L’OMS a officiellement déclaré que l’épidémie était une des priorités de l’organisation, et ses fonctionnaires surveillent attentivement la propagation rapide du virus. Les scientifiques sont actuellement en compétition pour développer un vaccin.

    Lire aussi : Virus Zika : l’épidémie se propage « de manière explosive »

    Source : Le Nouvel Ordre Mondial via The Free Thought Project

    par franck

    Illustration Ce contenu est librement disponible Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Washington dénonce la Russie et soutient l’escalade de la guerre en Syrie une guerre nucléaires est inévitable David Cameron à Paris : dernière ligne droite avant un éventuel Brexit »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,