• Cette Iranienne a une manière radicale de lutter contre le port du voile

    Cette Iranienne a une manière radicale de lutter contre le port du voile

    CategorieCette Iranienne a une manière radicale de lutter contre le port du voile. Elle défie la politique religieuse islamique d’Iran. chasse aux mannequins qui s'affichent sans voile sur Instagram. Le tribunal iranien chargé de la cybercriminalité juge "anti-islamiques" les photos partagées par bon nombre de professionnels de la mode selon l'Obsevateur.

    Huit personnes ont été arrêtées en Iran et accusées de propagation de "culture anti-islamique" sur la plateforme de partage de photos Instagram, pour y avoir publié des images de femmes non voilées.

    Le tribunal iranien chargé de la cybercriminalité inspecte depuis deux ans tous les recoins d'Instagram, dans le cadre de l'opération "Araignée 2", afin de traquer tous ceux qui partagent des photos "anti-islamique". Une vaste communauté de professionnels de la mode a ainsi été identifiée, dont 170 personnes qui géraient des pages sur Instagram (59 photographes et maquilleurs, 58 mannequins, et 51 responsables de maison de couture), d'après un communiqué officiel.

    "Nous avons découvert que 20% du réseau Instagram iranien était contrôlé par les milieux de mode", a déclaré dimanche soir Javad Babaie, juge au tribunal chargé de la cybercriminalité, à la télévision d'Etat.

    Il affirme que 60% des utilisateurs iraniens d'Instagram suivent ces pages. La plateforme s'avère très populaire en Iran, où Facebook et Twitter sont interdits.

    Accusé de "propager de la prostitution"

    Javad Babaie ajoute que les huit personnes arrêtées "propageaient un contenu immoral et une culture anti-islamique", notamment des photos de mannequins non voilées. Or, selon lui, le devoir de la justice est "d'agir contre ceux qui commettent de manière organisée de tels crimes".

    21 autres personnes font également l'objet de procédures et d'avertissements.

    Cette affaire survient après l'arrestation en février dernier de 7 mannequins, tous relâchés depuis.

    "Certaines d'entre elles sont accusées de charges lourdes, propagation de la prostitution et de la corruption", avait alors précisé le porte-parole de l'autorité judiciaire.

    Il ne précise pas si les huit nouvelles arrestations concernent les mêmes personnes (selon le "DailyMail", il s'agissait de Melikaa Zamani, Niloofar Behboudi, Donya Moghadam, Dana Nik, Shabnam Molavi, Elnaz Golrokh et Hamid Fadaei).

    Selon la justice iranienne, l'opération "Araignée 2" fait suite à "des milliers de lettres et d'e-mails venant de tout le pays contre les aspects négatifs de l'espace virtuel, notamment Instagram". L'application, propriété de Facebook, est ainsi accusé de "propager le mannequinat et à normaliser la débauche", de "promouvoir des habits qui sont contre les coutumes de la société iranienne" et d'"attirer les jeunes filles et garçons en leur proposant des revenus considérables".

    "Les gérants d'Instagram veulent changer le mode de vie islamique-iranien en Iran", accuse même le Centre iranien des crimes organisés.

    En se rasant la tête, cette jeune Iranienne a accompli un acte politique qu'elle n'avait pas imaginé au départ. Elle souhaitait en premier lieu vendre ses cheveux au profit d'enfants atteints d'un cancer. Par simple solidarité. Mais son geste a rapidement pris une tournure militante Huffing ton post.

    Comme elle n'avait plus de cheveux, elle s'est demandée "à quoi bon mettre un voile?". Selon sa logique, elle a décidé de sortir tête nue. En affrontant sans voile la police dans la rue, son acte généreux s'est transformé en acte politique.

    Elle a ensuite envoyé sa photo au groupe Facebook My Stealthy Freedom, suivi par près d'un million de personnes, qui publie régulièrement des photos et des vidéos de femmes iraniennes qui luttent à leur manière contre l'obligation du port du voile. Elle y a ajouté ce texte:

    "J'ai vendu mes cheveux pour aider ces adorables petits anges atteints de cancer. Quand je sors dans la rue, je me dis 'Pas de cheveux, pas de police des mœurs!' Ceux qui me disent toujours de me voiler les cheveux n'ont plus aucune bonne raison de m'arrêter à présent." 

    En Iran, porter le voile est obligatoire pour les femmes. La loi demande à ce qu'elles cachent leurs cheveux. Mais si les femmes n'ont plus de cheveux, que reste-t-il à cacher aux yeux de la loi? L'histoire de cette jeune femme ne dit pas encore si la tolérance policière acceptera ce subterfuge. D'ailleurs, huit personnes liées au milieu de la mode et accusées de propagation de "culture anti-islamique", notamment pour avoir publié des photos de femmes non voilées sur Instagram, ont été arrêtées lundi 16 mai, d'après les informations de l'AFP.

    Toujours est-il qu'en Iran, et dans la capitale notamment, il y a toujours eu un seuil de tolérance envers les femmes qui ne mettent le foulard qu'au milieu de la tête, laissant apparaître le haut de leurs cheveux.

    Les administrateurs de cette page Facebook s'inscrivent dans un mouvement de lutte contre le port du voile qui n'a jamais cessé depuis l'arrivée de Khomeiny au pouvoir en 1979. Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont le meilleur endroit pour voir ces idées prospérer. Ainsi, en avril, est né le hastag #seeyouiniranwithouthijab qui demande aux touristes féminines de ne pas se couvrir la tête en visitant leur pays. Ce mouvement a pris racine lors de la demande des hôtesses d'Air France de ne pas se voiler à leur arrivée en Iran. La polémique faisait suite à la réouverture de la ligne Paris-Téhéran.

    En mai dernier, sur la page Facebook de My Stealthy freedom, avait été publiée la vidéo d'une jeune femme qui avait réussi à rentrer dans un stade de football sans voile, habillée de drapeaux aux couleurs de son équipe. La projection et la distribution de cette vidéo visionnée plus de 54.000 fois sur Internet ont été interdites en Iran. Les femmes n'ont pas le droit de pénétrer les enceintes sportives, au prétexte qu'elles seraient "exposées à de grands risques d'agressions violentes ou verbales", explique la page Facebook.

    Illustration capture d'ecran ©instagram Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Lettre ouverte aux charlatans de la révolution syrienne.La Chine comble le fossé en sciences et technologies »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,