• Danger d’escalade en Syrie : nouvelles accusations d’emploi d’armes chimiques

    Danger d’escalade en Syrie : nouvelles accusations d’emploi d’armes chimiques

    CategorieDanger d’escalade en Syrie : nouvelles accusations d’emploi d’armes chimiques. Selon les informations de RT-Deutsch, on a enregistré deux attaques avec des armes chimiques les jours passés en Syrie du nord. A Alep, selon le ministère de la Défense russe, le responsable serait le groupe terroriste Nour al-Din al-Zenki qui a diffusé récemment une vidéo de la décapitation d’un garçon de 12 ans. 

    Le gouvernement américain ne donne pas de réponse concluante. Il classifie toujours le groupe dans les prétendus « rebelles modérés » qu’on peut par conséquent aider. Et en réponse à une question de RT il argumente : « Un incident par-ci par-là ne suffit pas à faire d’un groupe un groupe terroriste. » L’autre attaque aux armes chimiques, dans la ville de Saraqib qui est tenue par des islamistes, est mise sur le compte des troupes gouvernementales par l’organisation White Helmets. Mais par le passé on a déjà pu constater à plusieurs reprises que des fausses nouvelles émanent de cette organisation.

    Le site Web du World Socialist commente l’attaque avec des armes chimiques sur Alep comme suit :

    « Les médias occidentaux ont ignoré pendant ce temps des affirmations venant du gouvernement syrien. Selon ce dernier des groupes de rebelles ont tué cinq personnes avec des armes chimiques lors d’une attaque sur un secteur d’Alep contrôlé par le gouvernement. Le directeur de la Santé d’Alep, Mohammed Hazouri, a confirmé cette attaque mortelle. Il a dit à l’agence de presse publique SANA : « Suite à une attaque terroriste avec des obus contenant du gaz toxique, cinq civils ont été tués et huit ont subi des crises d’étouffement. » [...]

    La plupart des médias occidentaux ont ignoré ces informations sur Alep. Les principales sources d’information américaines et britanniques comme la BBC, Reuters, Fox News et CBS ont concentré leurs rapports presque exclusivement sur l’attaque à Saraqib, et elles se sont accordées pour dire que les armes chimiques ont été employées par des troupes gouvernementales. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères John Kirby a admis que Washington « ne serait pas en mesure » de confirmer « l’emploi d’armes chimiques par le régime syrien ». Mais il a ajouté que si c’est vrai, ce serait une affaire « extrêmement grave ».

    Déjà en août et en septembre 2013 le gouvernement d’Obama avait pris le prétexte de la prétendue attaque au gaz sarin par des troupes gouvernementales syriennes pour préparer une intervention directe des forces armées américaines. Plus tard diverses sources dont le journaliste Seymour Hersh ont apporté la preuve que ces accusations étaient construites de toutes pièces. Ceci ressemble fort aux accusations portées contre Saddam Hussein à l’époque, selon lesquelles il aurait préparé des armes de destruction massive, accusations qui ont déclenché la guerre d’Irak et qui se sont avérées fausses, mais malheureusement trop tard.

    Au final Obama a renoncé à une intervention directe des Etats-Unis en Syrie parce que le Parlement britannique a refusé sa participation. Un tel plan de guerre se heurtait aussi à un large refus de l’opinion publique américaine. La marche arrière d’Obama à la dernière minute a fait fortement débat jusqu’à présent dans les cercles dominants américains. Les partisans d’une offensive, comme par exemple Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidence, ont qualifié la décision de reculade humiliante et d’encouragement pour la Russie. La seule base de la marine russe à l’étranger se situe en Syrie. [...]

    Il y a deux aspects qu’on doit surveiller dans le détail :

    Premièrement, est-ce que le gouvernement américain continue à soutenir des soi-disant « rebelles modérés », bien qu’on leur reproche d’avoir employé des armes chimiques pour affaiblir la Syrie ? Et deuxièmement, que se passera-t-il si le gouvernement américain entre en guerre contre la Syrie en raison des accusations non fondées d’emploi d’armes chimiques, comme cela s’est passé contre l’Irak en raison des accusations de possession d’armes de destruction massive non fondées non plus ?

    Sources / Liens :

    deutsch.rt.com

    www.wsws.org

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Hillary Clinton menace de guerre la Russie et la ChineC’est quoi la “alt-right” et pourquoi Hillary Clinton y consacre-t-elle un discours? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,