• Davantage de tués sur les routes et pourtant les automobilistes roulent mieux

    Davantage de tués sur les routes et pourtant les automobilistes roulent mieux

    CategoriesDavantage de tués sur les routes et pourtant les automobilistes roulent mieux. Vitesse, alcool, téléphone... Le 12e baromètre d'Axa Prévention sur le comportement des Français sur la route révèle qu'ils sont davantage responsables au volant. Pourtant, depuis deux ans, le nombre de tués repart à la hausse rapporte Angélique Négroni du Figaro.

    Curieux paradoxe: alors que le nombre de tués repart à la hausse depuis deux ans sur nos routes, les automobilistes seraient plus respectueux des règles. Selon le 12e baromètre d'Axa Prévention sur le comportement des Français, il semblerait que les campagnes de prévention sur l'alcool, la vitesse et le téléphone, associées à la politique de répression, portent leurs fruits. Une première.

    L'association qui a interrogé les Français entre le 18 décembre 2015 et le 5 janvier dernier a ainsi relevé que 23% d'entre eux reconnaissent prendre le volant après avoir consommé 2 verres d'alcool contre 28% en 2015. De même, la baisse est significative concernant le portable: ils sont 30% à l'utiliser en roulant alors qu'ils étaient 38% l'an passé.

    Pour la vitesse, première cause de mortalité, les résultats sont encourageants. 14% des conducteurs reconnaissent rouler à 160-170 km/h contre 19% il y a un an. «Cette amélioration se constate également en ville où ils sont 39% à reconnaître rouler à 65 km/h contre 44% en 2015», souligne-t-on chez Axa Prévention.

    Des accidents plus violents

    Bien qu'encourageantes, ces données révèlent qu'il y a néanmoins du chemin à parcourir pour réellement améliorer la situation. «Même s'il y a des baisses, ils sont encore nombreux à ne pas respecter les règles. 39% affirment donc encore rouler à 65km/h en ville. C'est encore bien trop», commente Éric Lemaire, président d'AXA Prévention qui s'inquiète aussi de l'usage du smartphone au volant. «46% affirment l'utiliser en conduisant», souligne-t-il en analysant toutes ces données mises en relation avec le nombre de tués. «En 2015, les accidents ont chuté, passant à 56.109 contre 58.191 en 2014 mais ils ont été plus violents. S'ils ont baissé en nombre, les comportements répréhensibles sont donc aussi plus dangereux.».

    Pour la première fois, Axa Prévention a interrogé les Français sur le sentiment d'insécurité selon les catégories de route et c'est en ville qu'il est le plus fort. Bien que le taux de mortalité n'y soit pas le plus élevé (28%), ce sentiment atteint les 47%. Moins important, il est de 41% sur les nationales et départementales, de loin le réseau le plus meurtrier. Pour les personnes interrogées, c'est le comportement des autres usagers qui est en cause ainsi que le manque d'entretien de la voirie ou encore la mauvaise signalisation des zones de danger. Sur autoroute, où le nombre de personnes décédées est le plus faible, le sentiment d'insécurité chute à 13%.

    Ces petites routes qui nous font peur. Sur les départementales et les nationales, qui sont les plus meurtrières, les Français déplorent le manque d'entretien et redoutent surtout le comportement des autres conducteurs selon le parisien.

    1955. Charles Trenet célèbre son attachement à la nationale 7, cette mythique route du soleil qui « chasse les aigreurs et les acidités ». Soixante ans plus tard, le désamour est consommé avec des conducteurs qui sont nombreux à avoir l'estomac noué lorsqu'ils circulent sur ce genre de petites routes.

    «Les experts préconisent d'y réduire la vitesse à 80 km/h»

    En 2014, 2 150 automobilistes ont perdu la vie sur les 390 000 km du réseau routier secondaire. Des axes que 83 % des Français empruntent au moins une fois par semaine. Si les conducteurs ont majoritairement peur des autres et de leurs écarts de conduite, ils pointent aussi le mauvais état de la chaussée. « Les collectivités locales ont parfois réduit de moitié leurs investissements et l'on se retrouve avec des routes transformées en piscine à la moindre averse ou des nationales bourrées de nids-de-poule », déplore le président d'Axa Prévention, Eric Lemaire. « Plus on s'éloigne de Paris, plus l'état des routes est affligeant sur certains axes franciliens », constate le délégué général de l'association 40 Millions d'automobilistes, Pierre Chasseray.

    Si les automobilistes appréhendent de circuler sur ces petites routes bidirectionnelles, ils apprécient en revanche la sécurité de l'autoroute, nettement moins meurtrière. 87 % des conducteurs s'y sentent plutôt à l'abri d'un accident. C'est une fois revenu en ville que le stress augmente. A cause des embouteillages et des prises de risque de certains fous du volant, 47 % des automobilistes ne s'y sentent pas en sécurité

    Illustration CC/Ce contenu est librement disponible sous les termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Ankara donne à l'UE jusqu'en juin pour abolir les visasLoi Travail : le Medef menace de suspendre la négociation Unedic »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,