• Des jeunes « perdus, suicidaires » : une cellule de l’EI infiltrée par un journaliste français

    CategoriesDes jeunes « perdus, suicidaires » : une cellule de l’EI infiltrée par un journaliste français. Un reporter affirme qu’il n’a « pas vu d’islam » après avoir passé six mois à filmer secrètement une cellule terroriste française de dix membres qui planifiaient un attentat contre une boîte de nuit selon middle east eye.

    Une cellule de sympathisants du groupe État islamique qui planifiait un attentat en France était remplie de jeunes « paumés, frustrés, perdus, suicidaires, faciles à manipuler » et qui avaient peu de connaissances de l’islam, selon un journaliste français qui a infiltré le gang.

    Saïd Ramzi (un pseudonyme) a expliqué qu’il a pu contacter « facilement » les « Soldats d’Allah » sur Facebook et s’est joint à eux pendant six mois avant de quitter le groupe en janvier.

    Il a filmé des réunions en caméra cachée lors desquelles ils complotaient en vue d’attaquer une boîte de nuit ; les séquences ont été diffusées lundi dans le documentaire « Soldats d’Allah ».

    Composée de dix membres, la cellule était dirigée par Oussama, un Franco-Turc de 20 ans qui, selon le documentaire, était auparavant sataniste et alcoolique et avait été emprisonné pendant cinq mois en France après avoir tenté de rejoindre l’État islamique en Syrie.

    « Mon but était de tenter de comprendre ce qu’ils ont dans la tête », a indiqué Ramzi dans des propos relayés lundi par l’AFP.

    « Et l’un des enseignements principaux est que je n’ai pas vu d’islam [...]. Aucune volonté de rendre le monde meilleur. Seulement des jeunes paumés, frustrés, perdus, suicidaires, faciles à manipuler. »

    « Ce sont des jeunes en quête, et c’est ce qu’ils ont trouvé. »

    Le documentaire montre comment Ramzi a été introduit dans le groupe avec la promesse d’une « route vers le paradis » : « Nos femmes nous y attendent, avec des anges comme serviteurs. Tu auras un palais, un cheval ailé fait d’or et de rubis. »

    Dans les séquences vidéo, Oussama explique que son groupe pourrait attaquer une base militaire : « Quand ils mangent, ils sont tous alignés... Ta-ta-ta-ta-ta ! »

    Oussama rêve également d’attaquer des journalistes : « Comme ils ont fait à Charlie [Hebdo]. Il faut leur casser le cœur. Par surprise, qu’est-ce que tu veux qu’ils fassent. Ils ne sont pas bien protégés. Il faut que les Français meurent par milliers. »

    Dans une autre séquence, un membre du groupe envisage de se servir d’un lance-roquettes pour abattre un avion atterrissant à l’aéroport de Paris-Le Bourget et traumatiser la France « pendant un siècle ».

    Les réunions étaient organisées à Châteauroux et à Orléans, dans le centre de la France. Le groupe communiquait également via Telegram, un service de messagerie cryptée.

    Les ordres réels pour le complot du groupe, dont l’objectif était d’attaquer une boîte de nuit, venaient d’un certain Abou Souleiman, qui s’était rendu à Raqqa, « capitale » de l’État islamique en Syrie. Ramzi a reçu ces ordres dans une station RER, dans une lettre manuscrite qui lui a été remise par une femme vêtue d’un voile.

    La lettre lui indiquait qu’il devait tirer « jusqu’à la mort » puis actionner une ceinture explosive après l’arrivée des forces de l’ordre.

    Auparavant, il avait reçu l’ordre de construire sa ceinture explosive.

    Oussama ainsi que d’autres membres de la cellule ont été arrêtés en décembre et en janvier. Ramzi a expliqué qu’il s’était retiré du groupe après avoir reçu un message lui indiquant qu’il était « cuit ».

    De l’embrigadement sur Internet jusqu’au projet d’attentat. Pendant 6 mois, un journaliste de Spécial  investigation a infiltré une cellule française de l’État islamique. De Paris à Châteauroux (Indre), le journaliste a filmé en caméra cachée les échanges avec des aspirants djihadistes arrêtés fin 2015. Saïd Ramzi (un pseudonyme) a ainsi rencontré “l’émir” Oussama, chargé d’embrigader les recrues. Il en ressort des témoignages édifiants rapporte les in rocks.

    “Viens, frère, on va au paradis”

    Parmi les individus approchés, Saïd Ramzi décrit principalement “des jeunes paumés, frustrés, perdus, suicidaires, faciles à manipulerIls ont eu la malchance d’être nés à cette époque où il y a l’Etat islamique. C’est très triste. Ce sont des jeunes en quête, et c’est ce qu’ils ont trouvé“. Il rapporte l’argumentaire déployé par “l’émir” pour influencer les recrues : “Viens, frère, on va au paradis. Nos femmes nous y attendent, avec des anges comme serviteurs. Tu auras un palais, un cheval ailé fait d’or et de rubis“. Le principal enseignement retenu par le journaliste : “ je n’ai pas vu d’islam dans toute cette affaire. Aucune volonté de rendre le monde meilleur“.

    “Il faut que les Français meurent par milliers”

    L’enquête se conclut sur un projet d’attentat suicide avorté. Arrêté après avoir tenté de rejoindre la Syrie, Oussama organise l’opération alors qu’il est encore sous contrôle judiciaire. L’homme est obligé de pointer quotidiennement à la gendarmerie, ce qui ne l’empêche pas de contacter les recrues. Parmi ses cibles, des militaires, des journalistes et des civils. “BFM, iTélé, ils sont en guerre contre l’islam. Comme ils ont fait à Charlie. Il faut leur casser le cœur. Ils ne sont pas bien protégés. Il faut que les Français meurent par milliers“. Le journaliste recevra finalement l’ordre d’attaquer une boîte de nuit avant que les djihadistes ne se fassent quasiment tous arrêtés. Rendez-vous lundi, à 21h sur Canal+ pour observer les coulisses d’une radicalisation made in France.

    Illustration Capture d'écran Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Un Amiral français en mission volontaire en Palestine s'insurge contre l'occupation israélienneRoberto Quaglia : Bruxelles 2016, vers le terrorisme surréaliste »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,