• "Divisée et fracturée", la gauche française se prépare à la présidentielle

    "Divisée et fracturée", la gauche française se prépare à la présidentielle

    Categories"Divisée et fracturée", la gauche française se prépare à la présidentielle. L’élection présidentielle française s’approchant peu à peu, la gauche opposée à François Hollande plaide pour une seule candidature alternative à présenter. Dans le même temps, la multiplicité des ambitions rend fragile le projet de grande primaire chargée de réunir les forces.

    Selon l'agence Reuters, la gauche française opposée à François Hollande peut être considérée comme unie dans ses mots, mais pas dans ses actes dans la course présidentielle qui s'intensifie de plus en plus.

    Le premier ministre Manuel Valls cité par l'agence Reuters dénonce un processus jugé irresponsable et les petites ambitions des hommes politiques qui participent dans la course présidentielle française.

    Invité du "Grand Rendez-Vous" Europe 1-Les Echos-iTELE, Manuel Valls a mis en garde cette "gauche divisée, fracturée, dont le seul objectif est de savoir comment empêcher François Hollande d'être candidat ou de le battre à la primaire".

    "Face à l'extrême droite, on ne participe pas à la division", a-t-il ajouté.

    Les représentants opposés de l'aile gauche du Parti socialiste (les frondeurs), réunis à La Rochelle, en Charente-Maritime, ont plaidé pour le rassemblement politique et la recherche d'un terrain d'accord.

    Par ailleurs, le mouvement "A Gauche pour gagner" a adopté samedi un appel spécial invitant le Parti communiste, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et Jean-Luc Mélenchon, candidat de "La France insoumise", à participer à une primaire unique, perspective qu'ils rejettent.

    "Il y a la primaire de la droite, il doit y avoir la primaire de la gauche, pas une primaire réservée aux socialises mais très largement à l'ensemble des citoyens qui se retrouvent dans les valeurs de la gauche", a expliqué le député PS Christian Paul, l'un des chefs de file des frondeurs, cité par l'agence Reuters.

    Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'Economie, sans lever l'ambiguïté sur le cadre de sa candidature, a pour sa part exprimé son soutien à "un processus de rassemblement" pour éviter "une élimination programmée" de la gauche et "un 21 avril puissance 20", en référence à l'élimination du candidat de gauche Lionel Jospin dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2002.

    "C'est un processus de rassemblement et j'en prends toute ma part. Nous pouvons parfaitement nous unir à travers un processus de discussion commun", a-t-il déclaré aux journalistes cité par l'agence Reuters.

    Le temps passe et les partis devront faire face à des choix difficiles en matière de stratégies électorales. La gauche plaide pour le rassemblement mais, pour l'instant, il semble que les choses ne bougent pas vraiment.

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Hollande et Merkel utilisent le Brexit pour créer une armée européenne slate.fr PARTAGER CET ARTICLE Vidéo. Voilà pourquoi les Américains n'ont pas vu l'une des plus importantes photos du 11-Septembre »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,