• Enquête néerlandaise sur le MH17 : Les preuves de la Russie ? Nous les ajouterons au dossier

    Enquête néerlandaise sur le MH17 : Les preuves de la Russie ? Nous les ajouterons au dossier

    CategorieEnquête néerlandaise sur le MH17 : Les preuves de la Russie ? Nous les ajouterons au dossier. Le ministère russe de la Défense a publié les données radar qui montrent l’absence de tir de missile depuis la partie de l’Ukraine tenue par les rebelles anti-Kiev, finalement non prises en compte par l’enquête internationale. RT a demandé pourquoi.

    Quels faits concrets ? Cinq failles qui sèment le doute sur l’enquête néerlandaise sur le MH17.

    Selon l'enquête, le MH17 aurait été abattu depuis une région contrôlée par des rebelles par un système de missiles Bouk venu de Russie. Néanmoins, les enquêteurs ont refusé de rendre publiques des preuves essentielles pour des raisons de sécurité.

    Faisant état de leurs découvertes, les enquêteurs ont déclaré qu’ils ne divulgueraient pas toutes les informations et preuves réunies. «Nous ne pouvons pas et ne voulons pas tout vous dire, parce que cela peut compromettre l’enquête et [des éléments] se retrouver entre les mains des coupables», ont-ils expliqué.

    Des témoins anonymes

    Selon l’enquête, le missile Bouk a été transporté en Ukraine depuis la Russie dans un semi-remorque et apporté sur le site de lancement présumé. La pierre angulaire de cette conclusion tient en des preuves libres d'accès et «des déclarations de témoins». Néanmoins, les enquêteurs n’ont préféré révéler l'identité d'aucun de ces derniers sous prétexte de sécurité.

    Les enquêteurs ont aussi mentionné des témoignages évoquant une trainée de fumée après le lancement du Bouk. L’équipe d’enquêteurs dirigée par les Pays-Bas n’a publié aucune vidéo attestant de cette autre preuve.

    Interceptions de conversations téléphoniques

    Hormis l’utilisation de témoignages, les enquêteurs ont analysé «environ 150 000 conversations téléphoniques interceptées», mais en ont présenté seulement une infime partie. Dans l’une de ces conversations est évoquée la nécessité d’un système de missiles et la confirmation que les rebelles en auraient reçu un.

    Si les enquêteurs ont présenté la date de ces appels, l'identité de ceux qui prennent part à ces conversations et de ceux les ayant communiquées n'est pas donnée. L’enquête affirme les avoir analysés en toute indépendance, mais la Russie, comme d'autres pays, n’a pas pu participer à l'enquête.

    Simulation sur ordinateur et preuves vidéo

    Soulignant avoir pu traquer «la majeure partie de la route» du système de missiles depuis la Russie, les enquêteurs n'ont présenté que quelques vidéos et photos dudit système, prises en Ukraine.

    La preuve essentielle du chemin emprunté par le semi-remorque doté du Bouk est une reconstitution par ordinateur affichant la route présumée du système de missile dans l’est de l’Ukraine.

    Les enquêteurs ont une fois encore souligné l’importance de l’anonymat, voulant par là assurer la sécurité de ceux qui leur ont fourni les matériaux.

    Données radar et images satellites

    Identifier la localisation exacte du site de lancement du missile Bouk était l’une des tâches principales de l’enquête. Les enquêteurs ont cité des données reçues des Etats-Unis, selon lesquelles le missile ayant abattu le MH17 avait été «lancé depuis un site à six kilomètres au sud du village de Snezhnoye». Ce rapport n’était accompagné d'aucune photo.

    Le 26 septembre, la Russie a quant à elle publié les données brutes d’un radar situé en Russie qui n’avait enregistré aucun objet s’approchant du MH17 depuis des territoires sous contrôle rebelle. Moscou a aussi appelé l’Ukraine à publier ses données radar, qui comme le dit le ministère russe de la Défense, n’ont jamais été rendues public.

    Type de missile et trajectoire de vol

    Les enquêteurs n’ont pu préciser le type exact de missile qui avait abattu le MH17, arguant néanmoins qu'il s'agissait d'un missile Bouk de série 9M-38.

    Pour autant, le producteur des Bouk, Almaz Antei, a déclaré qu’il pouvait identifier clairement s'il s'agissait d'un missile 9M-38, déjà déclaré obsolète en Russie après des essais l’année dernière. Cela n’a pas été mentionné dans le rapport de l’enquête.

    Enfin, l’enquête a décidé d’étudier un missile américain «similaire» pour modéliser l’impact, mais selon Almaz-Antei, ce missile américain diffère beaucoup du Bouk russe, notamment en termes de trajectoire de vol.

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Des retraités français manifestent contre le besoin de travaillerPassage à tabac de l'artisan : le garde du corps de la princesse saoudienne en garde à vue »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,