• Envoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion : l'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2

    Envoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion : l'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2

    CategoriesEnvoyé Spécial sur l'affaire Bygmalion : l'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2. La campagne présidentielle s’ouvre par une nouvelle poussée de fièvre à France Télévisions, quelques mois après la crise survenue lors de la préparation d’une émission avec François Hollande. Cette fois, la tension s’est cristallisée autour de Nicolas Sarkozy et de la date de diffusion d’un sujet d’investigation sur l’affaire Bygmalion – pour laquelle le parquet vient de demander le renvoi en correctionnelle de l’ancien président de la République relate le Monde.

    Réalisé par l’équipe d’« Envoyé spécial », ce sujet repose notamment sur un long témoignage de Franck Attal, un des fondateurs de l’agence de communication soupçonnée d’avoir permis un financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Sans apporter a priori de révélation par rapport aux éléments déjà connus de la justice, ce témoignage pointerait la responsabilité de l’UMP, et donc de M. Sarkozy. Il est déjà tourné, mais le montage n’est pas achevé, notamment car l’ancien chef de l’Etat n’a jusqu’ici pas participé au sujet.

    France TV veut faire profil bas pendant la primaire

    Au début du mois de juillet, le directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, a validé le principe de ce sujet. Celui-ci a été programmé pour le 29 septembre, date de reprise de l’émission « Envoyé spécial », désormais présentée par Elise Lucet, et que M. Field a souhaité revigorer.

    Mais quelques jours plus tard, lors d’une deuxième réunion, le directeur de l’information a fait valoir que cette date posait problème, car incluse dans la période de campagne de la primaire de la droite et du centre, qui commence officiellement le 21 septembre. A défaut d’être déjà annoncée, la candidature de M. Sarkozy était alors quasi certaine et attendue pour la fin du mois d’août. « Je ne voulais pas que France Télévisions puisse être soupçonnée et instrumentalisée dans cette campagne », fait aujourd’hui valoir M. Field.

    Comme le relate Le Canard enchaîné dans son édition du 7 septembre, l’équipe d’« Envoyé spécial » conteste alors cette décision, qui revient à reporter le sujet à décembre : elle estime qu’il ne peut être achevé avant le 21 septembre, et la primaire dure jusqu’au 27 novembre. Elle soupçonne aussi M. Field de vouloir déplacer le sujet pour ne pas interférer avec les échanges avec l’équipe de Nicolas Sarkozy autour de sa possible participation à la nouvelle émission politique de France Télévisions, dont la première est prévue le 15 septembre. « Je réfute absolument avoir jamais évoqué cet argument », rétorque M. Field.

    Tensions avec le camp Sarkozy

    Engagés en juillet, ces échanges reprennent courant août et Michel Field obtient la venue de Nicolas Sarkozy le 15 septembre. Mais une source interne affirme que son équipe fait planer la menace d’annuler sa venue si l’enquête passe à l’antenne pendant la campagne et de faireannuler le troisième débat télévisé de la primaire, prévu sur France Télévisions le 17 novembre. Une version déjà évoquée par Arrêt sur images. Selon cette source, les pressions de l’entourage du candidat sur l’équipe d’« Envoyé spécial » se font plus fortes et les ponts sont même rompus avant l’université d’été des Républicains à La Baule, le 4 septembre.

    L’équipe de Nicolas Sarkozy a une vision différente. Selon Véronique Waché, directrice de la communication du candidat, il n’a jamais été question d’annuler la participation à l’émission politique du 15 septembre. Par contre, l’entourage du candidat n’a pas apprécié la méthode d’« Envoyé spécial ». Lors des premiers contacts en mai-juin, un des journalistes de l’émission ne dit pas qu’il veut faire un sujet sur Bygmalion mais qu’il veut réaliser un documentaire sur la mise en place du comité financier du parti et les efforts de transparence réalisés depuis 2012, selon les sarkozystes. Après s’être aperçue que toutes les questions portaient sur Bygmalion, Mme Waché a annoncé à l’équipe d’« Envoyé spécial », il y a quelques jours, qu’aucun des proches de M. Sarkozy ne participera plus à ce tournage. « Je démens par contre toute intervention de Nicolas Sarkozy. Il ne s’est jamais entretenu avec quelqu’un de France Télévisions sur ce sujet, il a d’autres choses à faire », affirme-t-elle tout en s’étonnant de « l’orientation d’un tel sujet dans le cadre d’une instruction judiciaire en cours et d’une campagne électorale ».

    C’est dans ce contexte tendu qu’est annoncée la décision du parquet de Paris, lundi 5 septembre, de recommander le renvoi de l’ancien président devant un tribunal. Michel Field propose alors d’anticiper la diffusion du sujet au jeudi 8 septembre, juste après le journal de 20 heures.« C’est l’actualité qui prime », explique-t-on mercredi à France Télévisions.

    Problème : ce calendrier ne convient pas du tout à l’équipe. Sur le fond, le délai est jugé trop court pour bien achever le sujet. La fabrication elle-même paraît impossible dans un délai aussi court. « La direction a proposé une diffusion du reportage après la primaire, soit début décembre, puis, devant le refus des équipes, a voulu l’anticiper dès ce jeudi, ce qui est une mauvaise solution, raconte un journaliste de France 2. Michel Field et la direction agissent en dépit du bon sens, avec des injonctions contradictoires et sans anticipation. »

    A ces réserves est venu s’ajouter un casus belli de méthode : l’annonce de la diffusion d’un sujet jeudi au format « vingt-six minutes » a été faite, mardi matin, par une « fuite » au site PureMédias. Cela a rendu furieuse l’équipe d’« Envoyé spécial », qui y voit un passage en force : pour elle, la formule rendue publique n’était qu’une option évoquée lundi lors des discussions avec M. Field.

    Une diffusion « quand ce sera le meilleur moment »

    Très remontée, l’équipe d’Elise Lucet et de Jean-Pierre Canet a sollicité mardi l’appui de la société des journalistes de France 2 et demandé un rendez-vous au directeur de la rédaction, Alexandre Kara. Mais la présidente, Delphine Ernotte, a préféré recevoir elle-même les responsables d’« Envoyé spécial ». Elle a arbitré en faveur de Michel Field pour une diffusion jeudi d’un sujet de vingt-six minutes.

    Une solution inacceptable pour les journalistes, qui ont continué de militer pour une autre solution – la diffusion jeudi d’un sujet plus court, entre cinq et dix minutes – et pris le parti de médiatiser l’affaire.

    Ils ont obtenu une concession : la décision a été prise, mercredi matin, de diffuser un extrait du témoignage de M. Attal lors du journal de 20 heures, jeudi. Quant à l’« Envoyé spécial » consacré à l’affaire, sa diffusion n’est plus datée : « Il passera quand ce sera le meilleur moment, en fonction de l’actualité », dit-on dans l’entourage de la présidente, en évitant de trancher le point le plus sensible.

    Quelques mois après la polémique qui a entouré l’émission « Dialogues citoyens » avec François Hollande, l’affaire témoigne en tout cas de la permanence d’un soupçon envers la direction de l’information : celui de ne pas se montrer assez ferme vis-à-vis des hommes politiques et demanquer de méthode.

    Elle révèle aussi un conflit de pouvoir entre Michel Field et Elise Lucet, promue responsable des magazines du jeudi dans le sillage du succès de « Cash investigation », et érigée en figure du journalisme de service public. Une figure indirectement attaquée par M. Sarkozy dans son récent ouvrage, Tout pour la France, dans lequel il s’en prend à « l’investigation racoleuse » qui existe à ses yeux à France Télévisions.

    L'équipe de Sarkozy aurait fait pression sur France 2

    La libre, quotidien belge francophone, a interrogé Tristan Waleckx, le journaliste qui a mené l'enquête pour l'émission de France 2, Envoyé Spécial, une enquête consacrée à l'affaire Bygmalion. Dans l'interview, le journaliste déplore que son travail n'a pas été facilité, pour le moins, par l'équipe de Nicolas Sarkozy. «Je sais qu'il y a des gens qui sont apparus dans le sujet sur qui l'entourage a fait pression», raconte ainsi Tristan Waleckx rapporte Russia Today.

    Et de rapporter le cas précis du compositeur Laurent Ferlet, un proche de Carla Bruni, épouse du président, et chanteuse à ses heures. Ce dernier se serait ainsi fait «engueuler» par l'attachée de presse de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché, pour avoir répondu aux questions du journaliste. «Elle a été assez dure avec moi», se rappelle Tristan Waleckx, au sujet de l'attachée de presse, «à la limite de l'insulte».

    Toujours selon le journaliste, cette même Véronique Waché aurait déployé de gros efforts pour contrecarrer l'enquête journalistique, allant jusqu'à appeler la direction d'Envoyé Spécial. Elle n'a pas hésité non plus à attendre de pied ferme le journaliste qui se rendait en tournage avec, en main, l'un de ses e-mails de demande d'interview, que lui avait remis complaisamment l'un des sous-traitants de Bygmalion. Aussi, les portes se ferment devant le journaliste et les protagonistes tiennent le même discours prudent.

    «Le vrai regret de mon reportage, c'est qu'on a un mur de dénégations qui n'est pas crédible. On n'a l'impression que personne n'a rien décidé de rien du tout», déplore le journaliste belge.

    Message au peuple Français pour retrouver une France forte et libre.

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Réfugiés et manipulation : deux hoax à démonter de toute urgenceParis : un hôtel de luxe payera 57 000 euros à une femme de chambre agressée par un Qatarien »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,