• Extrême droite : Nouvelle défaite – cinglante – en Suisse

    2584392.jpg

    CategorieExtrême droite : Nouvelle défaite – cinglante – en Suisse. Cette baudruche qu’est l’extrême-droite continue de se dégonfler à vitesse grand V, et hier soir, ce sont les allumés de l’UDC – Union Démocratique du Centre, soit en Suisse l’équivalent du FN – qui se sont pris une splendide raclée. Un plébiscite pour l’état de droit.

    L’affaire, c’est le rejet d’une « votation » sur le thème fétiche de l’extrême-droite : l’expulsion des étrangers délinquants. En 2010, les Suisses avaient accepté à 52,9% une initiative de l’UDC demandant le renvoi des délinquants étrangers, mais problème : la Suisse doit respecter les principes fondateurs du droit et ses engagements internationaux, dont la Convention européenne des droits de l’homme. Aussi le Parlement suisse est actuellement en train de débattre d’une loi qui organise l'intervention d'un juge, chargé d’apprécier si la mesure est proportionnée. Quelle horreur : le droit européen et un juge pour s’opposer à la « volonté du peuple » ?   

    « Vous êtes trahis par les politiciens », a  vitupéré l’UDC, qui a aussitôt soumis au vote populaire un nouveau texte prévoyant une interdiction automatique, sans aménagement possible, de tout étranger, ayant été condamné au cours des 10 dernières années pour une large liste d’infractions, incluant des infractions comme des «lésions corporelles simples ».

    Pendant la campagne, les boss de l’UDC, persuadés de gagner, se sont lâchés. Je cite l’excellent Yves Nidegger, un élu de Genève : « On vient d'importer en Europe un million de paires de couilles pleines et frustrées », alors protégeons nos filles. Remarquable analyse…

    Résultat des courses ? L’UDC se prend une raclée mémorable, avec un rejet du texte par 59 %. Un échec qui en annonce d’autres dans les mois à venir, sur la législation relative aux réfugiés, l’instauration d’un système dans lequel le droit interne prévaudrait sur le droit international, ou la dénonciation des accords bilatéraux avec l’Union européenne. Il y a du travail politique à faire, mais nos amis suisses s’en occupent !

    1221507750_8a7189f70c.jpg

    De quoi faire une bonne bringue,… et on peut en tirer quelques enseignements.

    L’extrême-droite veut faire croire qu’elle est le peuple, alors qu’elle n’est que l’expression de la rancœur du peuple contre un personnel politique incompétent. Dès que les leaders politiques font le job, plus ou moins bien, le vote extrémiste dévisse. C’est ainsi. Il n’y a aucune adhésion populaire pour l’extrême-droite, cette punaise ringarde, réfractaire à tout ce qu’est la société. D’ailleurs, regardez comment marchent ces partis : deux ou trois leaders qu’on voit partout, et derrière, le vide sidéral. Oui, un parti d’extrême-droite, c’est une baudruche, nourrie au gaz. Rien de consistant. Leur fin est signée. Y a-t-il une seule personne en France pour penser que Marine Le Pen puisse être présidente ? Cette fille d’héritier qui n’arrive même pas à gérer correctement le patrimoine familial…

    Leur discours de haine ne mène à rien.  Arrêtons d’avoir peur de l’extrême-droite ! L’UDC était persuadée de gagner dans le contexte lourd marqué par la crise des réfugiés en Europe. Or, elle s’est cassé les dents sur les réalités, et ces réalités sont que (1) nous sommes tous des êtres humains, alors tu me fatigues ton racisme à la con, et que (2) 8 millions de Suisses ou 60 millions de Français n’ont d’avenir que s’ils s’arrangent avec 6 milliards d’étrangers. Tu piges ?

    L’arrivée des réfugiés en Europe – et ici, je n’aborde pas la question des motifs des réfugiés – posait les termes d’un devoir d’accueil auquel Merkel a magnifiquement su répondre en acceptant, en une semaine, un million de réfugiés – allez, disons-le, de Musulmans – en Allemagne. Une épreuve, mais lisons la presse, ça ne se passe pas si mal. Pour l’avenir, il faut trouver un accord avec la Turquie, ce qui relève de la haute diplomatie vu le contexte interne et international de la Turquie. Avec la Russie et les Etats-Unis qui veulent éreinter Erdogan, ça ne va pas simplifier les choses.

    Mais ce qui reste, et qui cisaille les UDC, FN et autres, c’est le geste de Merkel : en une décision, elle a détruit le mythe xénophobe. Le recul de l’extrême-droite ne doit rien à la Gauche paternaliste ou à ses filiales défraichies genre SOS-Racisme. L’acte décisif a été porté par la Droite allemande, qui au-delà des arguments juridiques, sociaux et économiques, a su mettre en avant l’impératif des valeurs chrétiennes, et c’est pas d’hier. C’aurait été bien d’entendre un musulman d’ampleur internationale parler des valeurs musulmanes, mais hélas, il n’y a personne au téléphone...

    Bon, on reparlera de tout ça. En attendant, je vais boire une bonne bière avec Angela.

    0523beer (1).jpg 

    par Gilles Devers, avocat

    Illustration  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Pierre Jacquemain collaborateur El Khomri tire à boulets rouges sur le projet de loi travailUne nounou décapite un enfant en Russie »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,