• FASCISATION : l’analyse du bâtonnier de Paris #etatdurgence

    Etat d'urgence attaques attentats paris

    CategoriesFASCISATION : l’analyse du bâtonnier de Paris #etatdurgence. Périodiquement, des « analystes » trotskistes, de soi-disant « experts » ès marxisme-léninisme et de pseudo-historiens attaquent la thèse défendue par le selon laquelle la France, et plus largement l’Europe capitaliste, vivent un processus de .

    Celui-ci résulte selon nous du fait que l’ « intégration européenne » broie impitoyablement les acquis sociaux, les conquêtes démocratiques et la souveraineté des peuples et qu’en conséquence, l’oligarchie au pouvoir est amenée à violer 

    PRCF serpent fasciste 2 FRAPP eurofascsime front populairela volonté populaire, à préférer la coercition au consensus, à renforcer l’Etat policier, etc., pour « faire passer » une casse sociale et nationale que les peuples, et particulièrement le nôtre, refusent sourdement.

    Bref, il ne faut pas confondre la fascisation actuelle avec le  proprement dit (cette «  terroriste de la fraction la plus réactionnaire du grand capital ») qui est le terme du processus de fascisation, ni avec la montée de l’extrême droite qui n’est que la face la plus visible du processus, sa tête de gondole. Déjà Dimitrov montrait dans son rapport au 7ème congrès de l’Internationale communiste (1935) que le fascisme est toujours précédé et préparé par une dégénérescence de la  bourgeoise, par un glissement des partis bourgeois traditionnels aux méthodes autoritaires généralisées, même si le fascisme proprement dit nécessite en général un saut qualitatif final qu’il est impossible de conjurer si l’on n’a pas préalablement combattu la fascisation rampante. Celle-ci prenant aujourd’hui la forme d’une libéral-fascisation (par ex. avec la clique sarkozyste) ou d’une social-fascisation dont le gouvernement Valls est l’un des agents (loi renseignement, Etat policier, état d’urgence à rallonge, traque des militants syndicaux de classe, etc.).

    Quel que soit le vocabulaire utilisé, il faut apercevoir à temps la « chose » elle-même. Voici ce qu’écrit le nouveau bâtonnier de Paris à propos de l’actuelle dégénérescence du prétendu «  ».


    Dans une interview, le nouveau bâtonnier de Paris, Frédéric Sicard, s’inquiète du fonctionnement de la en France et d’une série de lois qui «grignote l’État de droit».

    Entré en fonction suite à son élection en janvier 2016, Frédéric Sicard, le nouveau bâtonnier de Paris, porte-parole des parisiens, condamne avec des mots très durs la politique du gouvernement et sa fuite en avant autoritaire et dénonce le manque de moyen alloué à la justice. Le 1er mars, revenant sur r les conditions particulières de son arrivée au barreau de Paris, marquée par l’encombrement des tribunaux et l’arrivée , il n’a pas maché ses mots pour dénoncer une «série de lois qui grignote l’État de droit»notamment après les attentats de novembre.

    etat de droite etat de droit liberté

    Concernant  la réforme de la procédure pénale, qui selon le gouvernement doit renforcer de façon pérenne les outils de lutte contre «le crime organisé, le terrorisme et leur financement» et actuellement examinée par les députés à l’Assemblée, Frédéric Sicard fustige un texte qui «manque de garde-fous en faveur des droits de la défense»:

    «Tous les spécialistes le disent: l’arsenal juridique existait au moment des attentats, c’est juste que l’État n’a pas les moyens de l’utiliser. Une loi de plus ne changera rien. 

    En revanche, en l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine. Ce n’est pas acceptable.»

    Ce texte prévoit un ensemble de mesures contestables et inquiétantes (rétention, perquisitions et fouilles de nuit, assignation à résidence, contrôles administratifs, assouplissement de la légitime défense pour les policiers…),dénoncé par les défenseurs de la démocratie et de l’état de droit comme liberticide. Jusqu’au magistrat qui ne cachent plus leur inquiétude contre ce projet de loi.

    Sortant du silence – le barreau de Paris ne s’était pas officiellement prononcé sur la révision constitutionnelle introduisant l’état d’urgence sur le territoire français et la déchéance de nationalité pour les binationaux, le bâtonnier de Paris a là aussi très clairement expliqué la situation

    «La déchéance de nationalité est une mesure inefficace. Sur son principe, la réforme constitutionnelle est un piège politique. Toucher à la Constitution, c’est toucher à la loi fondamentale de la nation. On ne peut y revenir tous les deux ans. Il ne s’agit pas de la délivrance du passe Navigo!»

    par initiative-communiste

    Illustration initiative-communiste ©Copyright absent Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « La minute de vérité la chute du Faucon NoirVoulant renverser Assad, les USA promeuvent ainsi leurs intérêts économiques »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,