• Julian Assange se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable de l'ONU

    Assange se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable de l'ONU

    CategorieMise a niveau le 04/02/16 a 15h30. Julian Assange se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable de l'ONU. Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, a annoncé jeudi qu'il se rendra à la police britannique en cas d'arbitrage défavorable d'un groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire selon RTL.

    "Si l'ONU annonce demain que j'ai perdu mon affaire contre le Royaume-Uni et la Suède, je sortirai de l'ambassade vendredi à midi pour être arrêté par la police britannique", a déclaré dans un communiqué M. Assange, visé par un mandat d'arrêt européen pour un viol qui aurait été commis dans la région de Stockholm en août 2010 conclus RTL

    L'Onu tranche en faveur d'Assange

    Le groupe de travail de l’ONU (WGAD) sur la détention arbitraire a émis une décision favorable au fondateur de WikiLeaks Julian Assange, reconnaissant par la même que sa privation de liberté est illégale, rapporte la BBC selon Sputnik News.

    Cette décision implique que la Grande-Bretagne et la Suède doivent immédiatement le libérer et lui verser une compensation.

    Selon la BBC, la décision ad hoc a été notifiée aux gouvernements britannique et suédois.

    L'Australien de 44 ans est accusé par une Suédoise d'un viol qui aurait été commis dans la région de Stockholm en août 2010. Il vit reclus depuis juin 2012 dans l'ambassade équatorienne de Londres.

    Visé par un mandat d'arrêt européen, il refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks en 2010 de 500.000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250.000 communications diplomatiques.

    En septembre 2014, Julian Assange avait déposé plainte contre la Suède et la Grande-Bretagne auprès d'un groupe de travail sur la détention arbitraire (WGAD), organisme mandaté par l'Organisation des Nations unies, pour faire reconnaître son confinement dans l'enceinte de l'ambassade équatorienne depuis bientôt quatre ans comme une détention illégale.

    Illustration Julian Assange à l'ambassade d'Équateur de Londres le 18 août 2014. Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Le top des bourdes de Ségolène Royal, possible future ministre des Affaires étrangèresOnze faits que tous devraient savoir à propos d’Israël »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,