• Jungle de Calais : la justice va-elle contrarier la décision d'évacuation du gouvernement ?

    Calais, Hôtel De Ville, Bâtiment, Chiffres, Rodin

    CategoriesJungle de Calais : la justice va-elle contrarier la décision d'évacuation du gouvernement ? Le tribunal administratif de Lille doit statuer en début d'après-midi ce mardi 23 février sur un référé déposé par 250 migrants et dix associations contre la décision gouvernementale d'évacuer le sud de la jungle de Calais à partir de 20h00.

    La justice va décider de la suspension ou non de l'arrêté préfectoral pris en ce sens vendredi dernier qui ordonne aux occupants de la zone sud du bidonville de quitter les lieux d'ici mardi soir.

    «Il s'agit d'une violation des droits fondamentaux des migrants. Les solutions proposées ne sont pas du tout adaptées à leurs besoins. Il faut qu'ils puissent rester ici en attendant que d'autres solutions soient trouvées», a argumenté Maître Julie Bonnier.

    La juge du tribunal administratif de Lille s'est rendue a parcouru une partie de la «Jungle» ce mardi 23 février pour se faire une idée des conditions de vie dans ce bidonville, où vivent 3 700 personnes selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais.

    Sa décision sera suspensive

    Elle a visité des lieux de culte et le Centre d'accueil provisoire (CAP), où sont hébergés 1200 migrants dans des conteneurs chauffés. La magistrate était suivie par de nombreux journalistes et migrants, dans le calme.

    Sa décision sera suspensive : autant dire que la justice administrative pourrait contrarier les plans du gouvernement, qui entend commencer à faire évacuer la partie sud de la «jungle» à partir de mardi 20H00.

    Là vivent de 800 à 1000 migrants selon la préfecture, contre 3450 selon les associations, d'après un comptage rendu public lundi matin. Une guerre des chiffres qui traduit de vives tensions entre les deux parties apparues dès l'annonce de ce projet d'évacuation le 12 février. «C'est un terrible retour en arrière!», s'était ainsi emporté Christian Salomé, président de l'Auberge des migrants, estimant que «les faire bouger en pleine période hivernale» relevait d'un «mépris total pour les réfugiés de guerre».

    Illustration  Hôtel De Ville de Calais CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « La guerre et l’élection présidentielle américaine de 2016Les États-Unis lancent des frappes aériennes contre la Libye »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,