• L'attentat WTC du 11/9/2001 : c'est une mini-bombe nucléaire israélienne qui a détruit les tours

    bibi-celebrates911-e1450620747322

    CategoriesL'attentat WTC du 11/9/2001 : c'est une mini-bombe nucléaire israélienne qui a détruit les tours. Pour la première fois, un enquêteur sur les attentats du 11/9 a révélé des informations hautement confidentielles sur les véritables événements du 11/9. Ce n'était pas une attaque terroriste, mais une attaque nucléaire contre les États-Unis, perpétrée par Israël et ses amis américains. 

    Ce n’est pas du tout une surprise : l'un des présidents des États-Unis l’avait prévue, le président Clinton l’a délibérément ignorée, et le président George W. Bush l’a probablement facilitée, et l’a certainement couverte, tandis qu'Obama l’a explicitement reconnue (peu-être sans s’en rendre compte [*]).

    Dès 1996, les initiés, y compris l'ancien président George H.W. Bush, savaient l'Amérique était susceptible d’être la cible du terrorisme nucléaire. C’était  "The Sum of All Fears" (la somme de toutes les peurs), comme représentée dans le film du même nom, avec des armes nucléaires volées, plantées sous une cible emblématique, mais ceux qui sont impliqués ne sont certainement pas des terroristes.

    Soyons parfaitement clairs. Nous savons tous que les États-Unis ontcréé et a dirigé Al-Qaïda depuis le début de l’existence de celle-ci.

    Ce qui change les choses maintenant c’est que, avec le rejet du veto d'Obama par le Congrès la semaine dernière, l'Arabie Saoudite peut être poursuivie pour complicité dans les attentats du 11/9. Il y a eu des preuves de l'implication de l'Arabie Saoudite, même dans le faux récit limité et officiel, publié dans le rapport de 2005 sur le 11/9 ou dans les "28 pages" supposées manquantes.

    Les rapports réels montrent également que Mohammed Atta, ancien agent au sein de la sécurité égyptienne, puis au sein de l’espionnage saoudien, a été un planificateur opérationnel à partir de son appartement loué à Fort Lee. Nous savons maintenant ce qu’on  a toujours voulu nous cacher : Atta était justement sous surveillance par une équipe chargée d'enquêter sur le terrorisme nucléaire contre les États-Unis.

    Cette équipe - qui était d’abord dirigée par l’agent spécial du FBI, John O'Neill, puis par l’agent spécial du FBI, Mike Dick, incluait un  spécialiste des armes nucléaires, Jeff Smith - était centrée à Fort Lee, New Jersey, non seulement pour surveiller Atta, mais aussi pour surveiller ses complices, qui comprenaient des équipes israéliennes qui ont utilisé une maison sécurisée à quelques pâtés de maisons seulement de celle d’Atta.

    Photo diffusée par Fox News annonce l'agent spécial
    Mike Dick comme «armé et dangereux", affirmant qu'il menaçait
    d'assassiner les responsables du FBI.

    Tel est l'objet de l'enquête réelle et des dossiers la concernant, saisis par le Department of Homeland Security, et détenus à des fins de libération après 50 ans. Ils racontent une histoire beaucoup plus large, qui implique Israël jusqu’au cou, et à chaque étape, en collaboration avec des traîtres du Pentagone.

    Ce que nous pouvons faire maintenant, c’est d’ouvrir les portes aux conseillers juridiques pour poursuivre l'Arabie Saoudite.

    Si l'argent est la seule raison d'aller au tribunal, alors, par tous les moyens, poursuivons l'Arabie Saoudite. Mais si on veut que justice soit faite, alors il faut poursuivre Israël et ses amis américains. Nous avons tous leurs noms et tout ce qu’il faut pour montrer leur complicité.

    bibi-celebrates911-e1450620747322


    Netanyahou célébrant le 11/9 comme une victoire d'Israël contre "l'Amérique des non sionistes"

    Voici ce qui est maintenant ajouté à la narration, pas le récit officiel, mais celui basé sur l'enquête de 2003. L'information suivante vient du Rapport préliminaire du Département américain de l'énergie sur les événements du 11 Septembre 2001:

    • Les bâtiments détruits au World Trade Center ont été démolies en utilisant des dispositifs nucléaires amenés aux États-Unis par l'aéroport de Teterboro, selon le rapport du DOE. Les déclarations de l'enquêteur disent que «il n'y avait pas de contrôle des douanes, il n’y avait que des formulaires de passeport à remplir par les équipages des avions. Il n'y a jamais eu d’inspection physique des bagages ou d'un aéronef. "
    • Les enquêteurs Able Danger ont suivi des dispositifs à l'aéroport et ont maintenu la surveillance de toutes les parties concernées jusqu'à ce que les enregistrements aient été saisis par les ordres de Michael Chertoff.
    • Lorsque l'enquête nucléaire a déménagé vers Fort Lee, un groupe de travail fédéral multi-agence a été mis en place dans le style des enquêtes contre la mafia. Ce fut cette enquête que Mike Dick et Jeff Smith avaient repris : la surveillance d’Atta, celle de l'aéroport à proximité et celle des équipes israéliennes.
    • La destruction du bâtiment 7 était le résultat de dispositifs nucléaires installés dans des réservoirs de 100 gallons d'extinction d'incendie Halon, placés dans tout le complexe dans un programme de mise à niveau de l'équipement de prévention des incendies, selon le rapport du département américain du de l'énergie.
    • La société de sécurité de l'aéroport de Teterboro, en date du 11/09/2001, a renoncé à contrôler les cargaisons illicites de toutes sortes.
    • Donald Trump et les Clinton ont intensivement utilisé l’aéroport Teterboro, sans que leurs avions aient jamais été contrôlés, ni leurs passagers soumis au contrôle douanier.

    Cette nouvelle information de savoir comment et pourquoi utiliser cet aéroport n’est connue que par ceux qui connaissent la vérité sur le 11/9.

    Mossad-camion-bombardiers

    mossad-truck-bombers

    les agents du Mossad 11/9 qui ont placé des tonnes d'explosifs dans des camions-bombes sur le pont George Washington (mais désamorcés à temps par la police) ont été autorisés à retourner en Israël, ces cinq « Israéliens dansants» lors de la destruction du WTC, ont été détenus pendant plusieurs mois avant de retourner en Israël, où ils sont apparus à la télévision et ont admis qu'ils avaient été envoyés pour "documenter" la destruction du WTC. Le plan du Mossad était de faire blâmer les Arabes:

    L'histoire commence

    Retour à mai 2014, VT (Veterans Today)avait reçu les fichiers documents de l’enquête réelle du 11/9 menée par le US Department of Energy (DOE). Pour ceux qui ne connaissent pas, le DOE fabrique des armes nucléaires sous le couvert d'un innocent nom à consonance d'utilité publique.

    À partir du 12/9, l'Agence internationale de l'énergie atomique, une partie de l'ONU, dont les enquêteurs étaient à New York aux Nations Unies ce jour fatidique a commencé à travailler avec le DOE. Ils ont pris leurs compteurs Geiger, ont enfilé leurs chapeaux jaunes durs et leurs gilets jaunes et leur badges d'identification "Con Ed" (la compagnie d'électricité pour la ville de New York)  et ils ont commencé à suivre les signatures de rayonnements ionisants et de prélever des échantillons de sol.

    6-47classicconnection

    Documents d’Abel Danger sur les ressortissants israéliens
    arrêtés le 11/9. La connexion en Floride est la connexion Jeb Bush.

    Contexte profond

    L'histoire a commencé avec une prolifération nucléaire, d’abord par Israël, ignorée par l'administration Clinton. Vous voyez, pendant le réchauffement des relations entre les États-Unis et la Russie, les accords START (Strategic Arms Limitations traités) ont forcé les États-Unis à démanteler des milliers d'ogives nucléaires.

    Les  premières étaient celles qui étaient les plus anciennes avec des noyaux de plutonium, convertis à des niveaux dangereux de PU240. Ces armes ont été retirées des stocks, en fonction de la date de fabrication des noyaux. Il y avait plusieurs raisons à cela:

        Les plus anciens construits, la plupart désintégration du plutonium

        Le Noyau fabriqué en même temps serait retiré, numéroté et stocké pour une réutilisation potentielle, fondée sur le noyau du même lot (à savoir "2 mai 1984 HANFORD 7") représentant une réserve prête à reconfiguration et à retourner au service.

    Vous voyez, ces listes, qui correspondent aux noyaux qui, sont tombées dans les mains d'un allié américain, Israël. Ensuite, les noyaux ont commencé à disparaître de l'installation Pantex de démontage et de stockage à Amarillo, TX, non pas au hasard, mais par paires concordantes. Ce qui confirme que ces listes secrètes avaient été remises à des mains expertes, que Tom Countryman, qui a eu accès aux listes, les a remises à Israël.

    L'ancien président américain, George Herbert Walker Bush, à partir de ses bureaux sur Memorial Drive à Houston TX, a embauché une équipe d'enquêteurs pour se pencher sur ce que William Jefferson Clinton ne pourrait pas faire, peut-être à cause de sa position de compromis vis-à-vis de Monica Lewinsky ou un autre défaut.

    Bush a donc engagé un  agent de la CIA, Roland Carnaby, et le physicien et inspecteur de l'AIEA, Jeff Smith. John Wheeler III, un consultant de la Maison Blanche et John O'Neill, du FBI étaient leurs assistants.

    Carnaby est mort, abattu par la police, devant un panneau Stop de la circulation à Houston. Smith, et VT, sont bâillonnés  par un « ordre de secret » émis par le Grand Jury de Houston 11/9, malgré tant de preuves, créé par Michael Chertoff et John Ashcroft, chargés par Bush (43) avec ordre de mettre fin à toute enquête sur le  11/9 potentiellement fructueuse.

    John Wheeler a été trouvé mort, dans une décharge de poubelles du Delaware et John O'Neill est décédé le 11/9.

    1-14-38-tower-4-site-september-2008

    Lorsque leur rapport n'a pas été rendu public, l'équipe a publié les photographies hautement classifiés montrant l'énorme cratère nucléaire avec des tourbillons fondus de socle granitique. La première explosion nucléaire a transformé le désert du Nevada en verre. Le carburant d’avion Jet ne peut pas le faire, ni une nano-thermite (ou super-thermite).

    "Ajoutez à tous ces signes, le métal en fusion dans les traces du WTC 1, 2 et 7 que pendant trois mois, on  ne pouvait pas éteindre par des trombes d'eau ou par des tonnes de terre déversées tous les jours, car il consumait tout : béton, l'acier, verre, équipements de bureau... L'incidence croissante des cancers dus au  rayonnement qui a atteint des résidents est un autre signe révélateur d'un «événement nucléaire». Il y avait aussi des photographies aériennes de vapeurs nucléaires qui répandaient à deux et trois blocs au sud du WTC, ou Ground Zero.

        "Ensuite, il y avait les températures extraordinairement élevées (800-1,300º F) de la chaleur à la surface du WTC après 11/9. Il a été enregistré le 16 Septembre 2001 par des caméras thermiques sensibles de la NASA sur les photographies aériennes prises à 6.500 pieds. Ces données ont été prises en compte durant la période de longueur inhabituelle du 11 Septembre au19 Décembre qu’il a fallu pour éteindre les piscines de métaux fondus aux niveaux des sous-sols des trois gratte-ciel. En fait, les plus chaudes places de surface enregistrées sur le "Pile" de 16 Septembre étaient WTC 1 (1,376º F/747 °C), WTC 2 (1,1340º F/612°C), et le WTC 7 (1160ºF/627°C) ".

        "Les butées en acier se réchauffaient souvent pour devenir intolérable. Cette chaleur est également une préoccupation pour les chiens de recherche et de sauvetage utilisés sur le site. Beaucoup n’étaient pas équipés de chaussons de protection. Beaucoup ont subi des blessures graves et au moins trois sont morts en travaillant à Ground Zero ".

    3092

        «Au lieu que la chaleur se calme en une semaine, ce qui est généralement le cas pour les grands incendies, les niveaux de chaleur astronomiquement élevés sont restés pendant trois mois. Un vendeur de chez Nettoyage Bechtel Corporation -avec 40 employés de la Pile- a émis ce commentaire sur les conditions de travail:

        "Les débris de l’édifice à Ground Zero étaient toujours extrêmement chauds. Des mesures thermiques prises par hélicoptère chaque jour ont montré des températures souterraines allant de 400ºF (204°C) à plus de 2,800ºF (1540°C). La surface était si chaude que debout trop longtemps dans un endroit ramollissait (et même faisait fondre) les semelles de nos chaussures de sécurité ".

    A continuer…

    L'équipe basée à Houston embauché par GHW Bush a commencé le traçage des noyaux nucléaires manquants, aujourd'hui au nombre de plus de 300. Ils ont trouvé d'énormes écarts entre les dossiers de déclassement militaires et ceux du transfert du DOE. Aucune concordance de près ou de loin. La plupart des dossiers ont disparu.

    Plus d'un millier de noyaux peuvent avoir disparu, mais 350 est le nombre confirmé rapporté à l'ancien président GHW Bush par ses enquêteurs en 1998. Ils ont été tracées comme ayant quitté l'installation de Pantex dans des camions frigorifiques où ils ont été transférés à une usine d'engrais à West Texas.

    En 2013, cette installation a subi un accident catastrophique.

    Au cours de l'enquête sur les noyaux manquants, Jeff Smith les a tracés allant du port de Houston aux îles Canaries puis vers la Mauritanie [1] où ils ont été stockés dans une mine de fer contrôlée par des extrémistes sud-africains travaillant en étroite collaboration avec Israël.

    Ces mêmes Sud-Africains, en 1975, ont signé un traité avec Israël pour développer des armes. Le 22 Septembre 1979, ils ont explosé leur première arme nucléaire au large de l'île St. Edwards au sud de Capetown. Ils ont également développé de nombreuses armes de guerre biologique et chimique sous la direction d'un docteur Woulter Basson, un cardiologue, qui a développé quelques-unes des armes biologiques les plus dangereuses pour l'homme.

    Walter Basson, blanchies à la chaux par le processus de réconciliation

    L’Afrique du Sud a développé 10 bombes nucléaires de type Hiroshima jusqu'à ce que le programme ait été démantelé, à partir de 1991, supervisé par le Dr David Kelly et son jeune assistant, David Cameron. Un peu plus tard, Kelly a été mystérieusement «  suicidé », tandis que  Cameron, encore plus mystérieusement, est devenu le Premier Ministre de Grande-Bretagne.

    Voici comment des arsenaux nucléaires se sont retrouvés dans une demi-douzaine d’états non-nucléaires comme l'Arabie Saoudite, Taiwan et la Corée du Sud.

    L'un des enquêteurs avait été à New York pendant un certain temps. Il vivait à Fort Lee, New Jersey.

    L'équipe d'origine avait été dirigée par John O'Neill, qui avait été chargé de traquer Oussama ben Laden, mais, ce faisant, il avait trébuché sur quelque chose de très différent qui se passait, quelque chose qu'il a apprise en travaillant au Yémen. Nous croyons qu'il a appris que Ben Laden avait voyagé sans entraves à l’intérieur des États-Unis et à l’extérieur, quelque chose que nous avions déjà confirmée. Et, jusqu’au 11/9, Ben Laden a été activement employé par la CIA.

    Il n'y a pas de dossiers actifs de O'Neill travaillant avec Able Danger à Fort Lee, autre que notre contact direct avec ses collègues sur cette mission qu’il a été forcé d’accomplir. Il a été publiquement accusé d'égarer des informations classifiées, qu’on a récupérées plus tard.

    Des questions de survie, comme : pourquoi ne pas tenter de faire face à la menace nucléaire? Il y avait eu une histoire passée autour de la fin des années 1990, qui disait qu’Israël avait stocké des matières nucléaires, peut-être même des armes, dans son consulat à New York. En 2007/8 cette histoire a commencé en mouvement autour de l'Internet, mais jamais en relation avec le 11/9.

    Ce que nous savons

    Nous savons que les dispositifs nucléaires spécialisés appropriés pour une utilisation dans ce type de scénario avait été conçu par une équipe à la National Laboratories de Los Alamos, des armes qui ont laissé peu ou pas de rayonnement résiduel à moins que, comme ce fut le cas après le 11/9, l'eau ait été versée sur Ground Zero pour refroidir les gigantesques incendies souterrains causés par l'acier fondu mélangé avec du granit liquéfié sous la forme de magma, qui a persisté jusqu'en Janvier., 2002

    Nous ne sommes pas en mesure de confirmer que cette équipe faisait partie de la conspiration nucléaire, mais nous avons confirmé que le chef d'équipe était un promoteur principal de l’absurde « théorie de la détonation » "nano-thermite".

    Nous savons aussi qu'un grand jury assis à Houston a fait taire activement toutes les personnes impliquées dans le Able Danger, et que très peu ont survécu à la série des «accidents» et d'autres malchances. Tous sont sous la menace d'emprisonnement pour violation du Patriot Act, si l'information révélant la complicité du gouvernement des États-Unis dans le 11/9 est révélée.

    Un aspect clé et hautement confirmé de cette histoire est que l'arsenal nucléaire américain est ravagé. Cette documentation est «là-bas», comme les preuves de l'utilisation des armes nucléaires par Israël, les États-Unis et d'autres sur presque de deux douzaine de fois depuis 1945, selon des sources de haut niveau à l'Agence internationale de l'énergie atomique [**].

    NOTES

    [*] La mise en garde d’Obama pendant le sommet sur le nucléaire

    Dans notre article http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/03/israel-prepare-un-attentat-nucleaire.html , nous écrivions :

    Le 25 Mars 2014, le président Obama a assisté au sommet sur la sécurité nucléaire à La Haye aux Pays-Bas. 53 chefs d’état étaient présents. Le président Obama a déclaré :

    «quand il s’agit de notre sécurité, je continue à être beaucoup plus préoccupé par la perspective d’une arme nucléaire explosant dans Manhattan ».

    Les États-Unis reconnaissent les dangereuses relations existantes entre des factions extrémistes en Israël et aux États-Unis et qui sont capables d’actions, comprenant le terrorisme nucléaire, au détriment des 2 nations.

    En 2010, l’historien israélien, Martin van Creveld, a déclaré qu’Israël était prêt à utiliser des armes nucléaires contre les capitales du monde entier, si  "l’état juif" était menacé.

    L’option Samson d’Israël consiste à faire exploser toutes les bombes atomiques qu’Israël a stocké dans ses ambassades et consulats dans le monde.

    Or, les armes nucléaires dégagent entre autres choses des photons de haute énergie, les SNM (matériel nucléaire spécial) sont détectables par les capteurs des satellites  même s’ils sont stockés dans un conteneur blindé.Des sources indiquent que des  "SNM" ont été détectés dans les ambassades et les installations consulaires israéliennes. 

    [**] CONFIRMATION. Israël a largué, pour le compte des Saoudiens, une bombe nucléaire sur le Yémen.

    L'article source, en anglais, plus détaillé, continue sur : BREAKING: 9/11, Filling in the Map, Tracing the Nukes

    par lHannibal GENSERIC

    Illustration aucun Copyright  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Quand le langage perd sa signification… (New Orient News)HOLLYWOOD PENTAGONE »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,