• L'UFAL s'oppose au projet de loi Travail : ne détruisons pas les droits des salariés !

    L'UFAL s'oppose au projet de loi Travail : ne détruisons pas les droits des salariés !

    CategoriesL'UFAL s'oppose au projet de loi Travail : ne détruisons pas les droits des salariés ! Le projet de loi Travail (El Khomri) sera sans aucun doute le dernier et le plus important acte réformateur d’inspiration néo-libérale de notre gouvernement prétendument socialiste. Il comporte une dimension aussi bien politique que symbolique dont la portée excède de loin toutes les réformes sociales précédentes selon UFAL.

    Sans entrer dans le détail du texte dont s’est largement fait écho la presse ou le web, le principe de loi repose sur une inversion de la hiérarchie des normes et la destruction du principe fondamental d’ordre public social qui constituait le fondement républicain du Droit du travail de notre pays. Jusqu’à présent, le code du travail constituait le socle minimal de protection des travailleurs et l’accord d’entreprise ou de branche ne pouvait qu’en améliorer les dispositions. Désormais avec la loi El Khomri, la législation sociale contenue dans le code du travail constituera une norme maximale dont l’accord collectif pourra amoindrir la portée. Pourtant chacun sait que l’accord signé entre les employeurs et les travailleurs ou leurs représentants est par essence déséquilibré, les premiers disposant d’un pouvoir de chantage aux licenciements ou à la délocalisation.

    Même si le contenu du projet de loi n’est pas totalement stabilisé et peut évoluer à la marge d’ici son dépôt à l’Assemblée Nationale le 24 mars prochain, le contenu de la loi El Khomri ne fait guère de doute. Sont visés : la durée du travail et la destruction dans les faits des 35 heures, la remise en cause du repos compensateurs, la réduction de l’indemnisation des licenciements et l’encadrement du pouvoir des juges. Sans oublier les conditions du dialogue social en entreprise puisqu’il est prévu que les syndicats minoritaires pourront contourner le droit d’opposition des syndicats majoritaires par un référendum d’entreprise (se souvenir de l’épisode SMART).

    Ne nous y trompons pas : la loi El Khomri remet en cause l’héritage de 150 ans de luttes sociales, syndicales et politiques de notre pays et opère le saccage des principes sociaux républicains issus du programme du Conseil National de la Résistance.

    Après avoir consacré plus de 30 milliards d’euros d’allègements de “charges” avec le CICE et réduit, avec le pacte de responsabilité, les cotisations sociales affectées à la Sécurité sociale avec pour corollaire une cure d’austérité drastique des administrations publiques et sociales, après avoir flexibilisé le recours au travail dominical et encouragé la répression pénale des syndicalistes, le gouvernement socialiste entend désormais parachever son funeste dessein : lutter contre le chômage en transformant les travailleurs en précaires à vie, réduits à leur force de travail immédiate et remplaçables ad nutum et ce, au prix d’une aggravation des inégalités et de la pauvreté. Il suffit de regarder Outre-Rhin pour s’en convaincre : le prétendu modèle allemand et son chômage réduit masquent mal les contrats à 1 € de l’heure et un taux de pauvreté qui atteint 16% de la population contre 13% en France. L’objectif de notre gouvernement gestionnaire est de singer ce modèle et se donner bonne conscience en diminuant les statistiques du chômage au prix d’une destruction des droits sociaux des travailleurs et d’un accroissement de la pauvreté, au nom de la sacro-sainte compétitivité des entreprises. Peu importe que la compétitivité des entreprises françaises ait été essentiellement affaiblie par une politique monétaire européenne désastreuse, par la morosité de la demande intérieure, par les difficultés de l’accès au crédit pour financer des investissements productifs et la recherche et développement, par l’absence d’harmonisation des normes sociales et environnementales en Europe, par l’abandon de toute velléité de la lutte contre la prédation financière sur l’économie et l’évasion socio-fiscale etc … Le gouvernement Hollande-Valls ne se risquerait pas à aller sur ces terrains-là, car cela l’obligerait à mener une véritable politique de gauche, ou plutôt avoir une vision politique tout court.

    La loi El Khomri n’est toutefois qu’une étape. Quelle est la suite ? La réponse est simple : la suppression du CDI fusionné dans un contrat unique à durée déterminée renouvelable et la fin du statut des fonctionnaires. C’est précisément la proposition de notre “éminent” prix Nobel Jean Tirole dont les propositions sont reprises en boucle au sein du MEDEF et de la droite. La modèle de “flexisécurité” qui est souvent scandé, à savoir la portabilité des droits sociaux en corollaire de la flexibilité du marché du travail n’est qu’un leurre car le rapport de force politique ne permet nullement d’envisager une amélioration des droits sociaux des travailleurs et l’indemnisation des chômeurs. L’objectif de la flexisécurité, comme le prouve l’ANI, est au contraire d’accompagner la précarisation du travail par des milliards d’euros de fonds publics donnés sans contrepartie au MEDEF afin qu’il oriente unilatéralement la politique de formation du pays et qu’il mette la main sur la prévoyance d’entreprise au prix d’une destruction de la Sécurité sociale des Français.

    La bonne nouvelle est que l’annonce de loi El Khomri suscite une vague d’indignation et de mobilisation sociale sans précédent depuis le CPE en 2007. Une pétition a déjà recueilli 900 000 signatures, des initiatives sur le web voient le jour et le gouvernement doit affronter une vague d’hostilité sans précédent au sein son propre camp et une opposition unanime des syndicats. Sa menace de brandir le 49-3 et finalement le report de de 15 jours du dépôt du projet de loi démontrent toute la fébrilité d’un gouvernement empêtré dans sa stratégie de flexibilité accrue du contrat de travail et de promotion de la politique de l’offre (anti-sociale et anti-écologique) pour satisfaire en tous points les revendications du MEDEF.

    L’UFAL a toujours accompagné les luttes sociales et républicaines favorables aux intérêts des travailleurs et de leur famille. Notre attachement au projet du Conseil National de la Résistance nous oblige à dénoncer le contenu de cette loi scélérate et à relayer un discours offensif pour l’avenir de notre Nation car c’est ben de cela qu’il s’agit.

    La loi El Khomri c’est le retour au XIXe siècle, celui où le travailleur sera réduit à sa force de travail dans le cadre d’un rapport d’assujettissement total à l’employeur. Au prix du retour de la peur du lendemain comme seule perspective de vie, dans un pays qui n’a pourtant jamais été aussi riche qu’aujourd’hui.

    L’UFAL appelle à signer la pétition contre le projet de loi Travail : Loi Travail : non merci !

    La ministre du travail, Myriam El Khomri, propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail. Ce projet de réforme du droit du travail propose de revenir des années en arrière. Mobilisons-nous ! écrit l'humanité

    Parmi les éléments proposés dans le projet actuel :

    • En cas de licenciement illégal, l’indemnité prud’homale est plafonnée à 15 mois de salaire.
    • Les 11 heures de repos obligatoire par tranche de 24 heures peuvent être fractionnées.
    • Une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail
    • Les temps d’astreinte peuvent être décomptés des temps de repos
    • Le dispositif « forfaits-jours », qui permet de ne pas décompter les heures de travail, est étendu
    • Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine
    • Le plancher de 24 heures hebdomadaires pour un contrat à temps partiel n’est plus la règle dans la loi (confirmation d’une loi antérieure).
    • Il suffit d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins majorées.
    • Une mesure peut-être imposée par référendum contre l’avis de 70% des syndicats.
    • Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques.
    • Après un accord d’entreprise, un-e salarié-e qui refuse un changement dans son contrat de travail peut être licencié.
    • Par simple accord on peut passer de 10h à 12h de travail maximum par jour.

    Salarié-e-s ou non : cette réforme nous concerne toutes et tous !

    Interpellez la ministre du travail et demandez lui de renoncer à ce projet. 

    Vendredi 4 mars sur Mediapart. Une soirée spéciale «Loi travail, non merci!»

    Nous vous proposons vendredi 4 mars, de 20h30 à 22h30, une soirée inhabituelle.

    Durant deux heures, Mediapart donne carte blanche à tous ceux qui ont lancé et relayé la pétition en ligne «Loi travail, non merci !». Ces initiateurs comptent bien ce jour-là franchir le cap du million de signataires. C’est pour fêter cette mobilisation sans précédent qu’ils vous donnent rendez-vous pour cet événement baptisé #1milliondenonmerci...

    Nous l’avons écrit (lire notre précédent article), le projet de loi de réforme du code du travail a suscité une mobilisation jamais vue sur Internet. Pétition en ligne, appel à la grève et à manifester le 9 mars sur Facebook et vidéo de «Youtubeurs» pour lancer sous le mot-clé#Onvautmieuxqueça un appel à témoignages sur Twitter… Le mouvement a pris une ampleur inédite, débordant totalement partis et syndicats et contraignant Manuel Valls à repousser de deux semaines la présentation du projet de loi en conseil des ministres.

    Tandis que les témoignages s’accumulent sur Twitter, que les appels à manifester se multiplient sur Facebook (ici, ici et ici et également ici pour la liste des rassemblements), la pétition «Loi travail, non merci !» se dirige vers le million de signataires (les 900 000 ont été dépassés ce mercredi soir). Du jamais vu en France.

    Le groupe qui a lancé ce texte (la militante féministe Caroline De Haas, Sophie Binet, secrétaire générale adjointe de l'UGICT-CGT, le « designer politique » Elliot Lepers, des juristes du syndicat des avocats de France, des syndicalistes CGT, FO et Solidaires, des responsables actuels ou passés d'organisations de jeunesse) ainsi que le site Loitravail.lolveut amplifier encore cette mobilisation.

    Mediapart, journal indépendant qui veut être au carrefour des grands débats publics et des nouvelles mobilisations de la société, a vite accepté d’accueillir cet événement des activistes du net. Nous leur donnons carte blanche vendredi soir, pour expliciter leur action, remercier le (presque) million de signataires et relayer la masse de témoignages reçus. « Il s’agira aussi de décortiquer ce texte et les mesures envisagées, de préparer les manifestations du 9 mars et d’inventer de nouvelles mobilisations sur le numérique », annoncent-ils.

    Pour Mediapart, accueillir cet événement baptisé #1milliondenonmerci est dans l’esprit même d’un journal que nous avons voulu pleinement participatif, à l’écoute de la société et où, à tout moment, lecteurs et abonnés peuvent intervenir, témoigner, alerter. Le détail du programme de ces deux heures sera communiqué très vite. D’ici là réservez votre soirée de vendredi !

    Illustration Loi travail : non, merci ! Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Qui êtes-vous, Sissi ?La Commission européenne pulvérise un engagement-clef de la COP21 ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,