• La 4e Flotte et l’hypothèse du retour de l’impérialisme de l’approvisionnement

    CategorieLa 4e Flotte et l’hypothèse du retour de l’impérialisme de l’approvisionnement. Le 1er juillet 2008, après 58 ans d’inactivité, la 4e Flotte de la Marine états-unienne est revenue patrouiller dans les eaux d’Amérique Latine. La 4e Flotte était venue vers 1943, combattre les sous-marins nazis et protéger la navigation durant la Seconde Guerre mondiale. Elle fut démobilisée en 1950 car elle n’était plus nécessaire, mais il faut relever le fait qu’elle a repris du service, de facto, durant quelques semaines en 1964, au cours du coup d’État militaire contre le président brésilien João Goulart.

    C’est à cette occasion que plusieurs navires de la marine de guerre états-unienne se sont positionnés dans la Baie de Santos  (État de Sao Paulo), pour agir contre un possible front de résistance à la destitution du Président Goulart. Il importe de souligner qu’avec le rétablissement de la 4e Flotte, le Commandement Sud a atteint le même niveau d’importance que le Commandement Central qui gère la 4e Flotte dans le Golfe Persique[Probable lapsus, dans le Golfe persique, c’est la 5e flotte qui opère, NdT].

    Quelles pourraient bien être les raisons des États-Unis, d’envoyer une force navale aussi puissante au cœur d’une région qui se trouve être relativement en paix, sans conflit ethnique ou religieux explosif, sans puissance nucléaire ni véritable menace militaire ? Quel est donc l’objectif de la 4e Flotte ? Officiellement, ses objectifs principaux sont de combattre le terrorisme et les activités illégales telles que le trafic de drogue. Néanmoins, l’Histoire montre qu’aucune puissance mondiale ne prend une décision de dimension stratégique, si elle n’est pas motivée par un mobile important. Le déploiement militaire d’une entité aussi colossale semble être, pour le moins, mal calibré. L’objectif déclaré dénote une nette asymétrie par rapport à l’ampleur de la force déployée. Plus encore si l’on examine et évalue sérieusement la puissance réelle des forces qui se présentent officiellement pour le combat. Cette asymétrie nous autorise à questionner la véracité des objectifs déclarés.

    Il est logique de déduire que la décision de remobiliser la 4e Flotte est prise à des fins stratégiques, en prévision de la crise du trafic maritime[1] Dans ce contexte, au nombre considérable de matières premières existantes dans la région, se sont récemment ajoutées de gigantesques découvertes de pétrole dans les eaux brésiliennes, ce qui constitue un élément difficile à laisser hors d’atteinte d’une décision étasunienne.

    En juillet 2008, le président brésilien Luiz Inacio da Silva a exprimé ses doutes concernant le véritable objectif de la 4e Flotte récemment remise en service : «Maintenant que nous avons découvert du pétrole à 300 km de nos côtes, nous aimerions que les États-Unis daignent nous expliquer quelle est la logique de cette Flotte, dans une région aussi pacifique que celle-ci

    Quelques jours plus tôt, le président brésilien, un homme peu enclin à l’emploi d’un ton arrogant – conformément à la tradition établie par Itamaraty – avait laissé de côté ses manières habituelles pour dénoncer publiquement le fait que les grandes puissances mondiales aspiraient au contrôle de l’aquifère Guarani, l’une des plus vastes réserves d’eau douce au monde, qui s’étend du Mato Grosso au Brésil jusqu’aux plaines d’Argentine: «Ils disent que nous devons internationaliser l’aquifère parce que nous sommes incapables de le préserver

    Le président brésilien avait réagi avant lesdites déclarations à Tokyo, avec l’ex-premier ministre britannique Tony Blair, devant les parlements du G8 ainsi que des cinq nations émergentes, au sein desquelles figure le Brésil. A cette occasion, Blair soutint que le président brésilien avait besoin d’une «aide internationale pour maîtriser la dévastation de l’État d’Amazonie».

    L’objectif des campagnes écologiques, démarrées par de grands noms du monde de la politique, de la culture et du divertissement qui se trouvent, à de multiples reprises,  mis à contribution, est de créer dans l’opinion publique des pays centraux, l’idée qu’il est nécessaire de transformer des territoires comme les forêts amazoniennes et leurs ressources stratégiques, en biens supra-nationaux ou en héritage mondial, une catégorie juridique qu’utilise la Banque mondiale, précisément, pour l’aquifère de Guarani, depuis qu’en 2000 les pays intéressés lui ont confié la tâche du projet d’étude et de protection de l’aquifère.

    A l’occasion de cette campagne, une loi de « règlement de dette en nature » est proposée, qui est déjà légale, en Amérique du Sud, au Pérou ainsi qu’en Colombie, et constitue la première étape légale vers la perte de souveraineté d’un État sur de larges parts de son territoire qui sont dès lors gérées par des institutions privées, des ONG telles que le Fonds mondial pour la nature (WWF), The Nature Conservancy, Conservation International, entre autres.


    Note:

    [1] Voir le projet chinois de canal au Nicaragua pour doubler la canal de Panama 


    par Marcelo Gullo

    Illustration aucun Copyright Sans langue de bois

    Source katehon.com

    Traduit par François, relu par nadine pour le Saker Francophone

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Des fuites montrent comment le Sénat étasunien menace la Colombie pour une histoire de médicaments génériques.Aux limites »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,