• La justice ordonne le démantèlement de la jungle de Solferino

    La justice ordonne le démantèlement de la jungle de Solferino

    CategoriesLa justice ordonne le démantèlement de la jungle de Solferino. La décision était attendue, et les amis du progrès et des libertés qui souhaitaient voir le juge garder la main ferme n’ont pas été déçus : le tribunal a ordonné le démantèlement de la jungle de Solferino, et partant, l’expulsion des marchands du temple qui y squattaient.

    Il était effectivement urgent de libérer les lieux, pour que les braves citoyens puissent enfin se retrouver chez eux. Cette jungle de Solferino était l’incarnation de l’usurpation du pouvoir. La justice, assise sur ses solides principes, a été la plus forte.   

    Le plus choquant était l’immoralité, livrée comme un spectacle à nos enfants. Il fut un temps où existaient au sein du Parti socialiste de vrais courants, qui s’affrontaient sur des idées. Mais au fil du temps, c’est devenu rien d’autre que de l’échangisme politique – tendance DSK – chacun fricotant avec tout le monde, dans des ramifications qui explosaient lors des séances de nuit. Courants, sous-courants, courants alternés, et courants d’air, l’air de rien… Le conseil des sinistres devenu un lieu de dézingage et de soumission, à l’image de notre héros de Ayrault… Les alliances de nazes qui durent trois mois… Fafa, qui considère Hollande comme une fraise des bois, autoproclamant sa nomination au Conseil constitutionnel, où il va finir d’humilier le pluslooser de nos trotskistes… Ou encore l’autre dindon dans son pull marin… Et notre truculente Martine qui vote la même motion qu’El Blanco au congrès de Poitiers, il y a huit mois, et qui aujourd’hui le traite de renégat... Moralement, on se vautre dans la concupiscence politique. L’intervention du juge a été salutaire.

    Ensuite, il y avait l’occupation indue du domaine politique public, qui s’accompagnait de son lot de violences relationnelles. Combien de personnes ont tenté de faire valoir des idées, de renouveler les pratiques, de se débarrasser du gluant paternalisme post-SFIO et de ses filiales faisandées du style SOS Racisme ou Ni Putes Ni Soumises (Quelle alternative…), pour se faire brutalement éliminer de toute présence publique, sans même envisager la moindre investiture : « Dégage, petit, et laisse faire les pros… » On voit le résultat ! Le squat de Solferino, c’était une bande d’incapables contrôlant une zone de non-droit politique,… assis sur le trésor que représente la dotation publique pour les partis. Le but était clair : éliminer tout ce qui pouvait ressembler à une alternative pour conserver la maîtrise de la finance. Du conservatisme viscéral et intéressé. Il fallait casser cette rente pour rendre possible une alternative : le juge ne s’est pas laissé intimider, et il faut le féliciter.

    Enfin, l’abus de droit. La consternation de voir cette bande d’incapables, qui a tout raté depuis trente ans, qui laisse un bilan accablant – sous-emploi, endettement, violence terroriste importée, trafics en tout genre, déshérence intellectuelle, arriération spirituelle, diplomatie humiliée – et qui plastronnait que l’avenir ne pouvait passer que par elle ! Genre, on te demande de monter dans un bus alors que le conducteur, accro à l’ivresse électorale, finit régulièrement ses courses dans le ravin. Et si tu ne montes pas dans le bus, on te critique parce que tu t’abstiens… Incapable de dégager des idées nettes sur la domination économique, incapable d'avoir une idée cohérente vis-à-vis de l'impérialisme étasunien, le cerveau liquide sur la Palestine...

    La justice a eu le dernier mot, et c’est heureux. Demain, les services sociaux vont chercher à reloger dans des algeco – alimentés par des piles photovoltaïques, COP21 oblige – ces jeunes et vieilles croûtes socialistes, et on mettra en place un programme de déradicalisation de la bien-pensance. Nous avons des experts. Mais après-demain, ce sont les forces de l’ordre qui feront respecter la décision de justice, et dégageront les récalcitrants pour faire place nette à cette magnifique et si féconde société civile française, à charge pour elle de construire l’alternative politique pour une société aussi solidaire qu’innovante. Quand on voit les initiatives qui viennent du terrain et qui ont été étouffées par ce maquereautage politique d’une autre époque, on ne peut qu’être confiants.

    La jungle de Solferino est rendue à la société civile : tous les espoirs sont permis !

    par Gilles Devers, avocat

    Illustration Parti socialiste Ce contenu est librement disponible sous les termes juridiques simples Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Stephen Kinzer, ex-journaliste du New York Times : Les médias US mentent sur la SyrieÉtiologie du terrorisme »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,