• “La non-violence est l’exercice d’une force opposée à la violence”

    “La non-violence est l’exercice d’une force opposée à la violence”

    Categories“La non-violence est l’exercice d’une force opposée à la violence”. A méditer ! Gandhi, Luther King, Mandela l'ont portée en leur temps. Dans son “Plaidoyer pour la non-violence”, Pascal Tozzi, chercheur au CNRS, rappelle à quel point notre responsabilité humaine et citoyenne est engagée dans la lutte contre la violence.

    Depuis des semaines, la violence gagne du terrain. Manifestants roués de coups, policiers agressés, les images tournent, les discours deviennent de plus en plus tranchés. Dans un camp comme dans l'autre, on est sûr de son bon droit : légitime, ma violence, forcément légitime…

    La non-violence, qui a si souvent fait ses preuves dans l'Histoire, serait-elle brusquement devenue caduque ? Entretien avec Pascal Tozzi, maître de conférence en science politique, chercheur au CNRS, auteur de Plaidoyer pour la non-violence (éd. Le Pommier, mai 2016)

    Que vous inspirent les images de la voiture de police incendiée d'un côté et les clichés de manifestants blessés de l'autre ?

    Comme tout un chacun, soumis au flot des images médiatiques, la première réaction est émotionnelle, celle d’un sentiment de tristesse, de gâchis face aux dégâts causés par les embrasements de violence et aux victimes quelles qu’elles soient. Ensuite, les faits montrent encore une fois la propension de la violence à engendrer la violence. Face à cela, aux risques d’instrumentalisation et d’envenimement, c’est aussi l’urgence et l’actualité de la réflexion non-violente qui est posée de façon aigüe.

    Peut-on renvoyer dos à dos toutes les violences ?

    Je dirais non et oui en même temps. D’un certain point de vue, la violence spontanée vaut sans doute mieux que celle préméditée, la violence « défensive » semble évidemment préférable à celle « agressive », et la violence d’une minorité opprimée est plus compréhensible que celle d’oppresseurs organisés. Mais si l’idée éthique de la non-violence est bien celle d’une révocation structurelle de la violence sous toutes ses formes, ce type de distinction n’apporte que peu de chose à l’amélioration des relations… Car, finalement, peu importe la cible ou la rampe de lancement idéologique quand il s’agit toujours, au fond, de tirer un missile, avec sa charge explosive de déshumanisation qui justifie la mise à mort réelle ou symbolique de l’autre.

    “Refuser de considérer la violence comme ‘légitime’ est une façon d’en briser le cercle infernal ”

    Existe-t-il des violences légitimes ?

    Dire que la violence est légitime présente le risque de considérer qu’elle puisse devenir acceptable. Pour ne pas céder à la spirale d’une violence qui répond à une autre, toujours justifiée par et pour son camp, la démarche non-violente refuse de considérer celle-ci comme « légitime ». C’est une façon d’en briser le cercle infernal. Tout au plus la violence peut-elle être nécessaire, quand certaines situations ou périls nous font perdre les moyens de lui trouver une alternative. Mais elle reste une syncope brutale de l’humanité dont il ne faut négliger ni les dégâts, ni le risque de banalisation.

    Lorsqu’elle s’impose comme une nécessité, elle est toujours la moins bonne option, celle d’un acte particulièrement grave et dommageable. D’un point de vue non-violent, il donc faut tout mettre en œuvre pour qu’une option dictée par des circonstances exceptionnelles ne devienne jamais un choix de principe. Et réfléchir à des alternatives de résistance à la réaction violente qui la rendent non renouvelable.

    Qu'est-ce qui a motivé l'écriture de votre Plaidoyer pour la non-violence, et quel sens prend-il dans le climat actuel ?

    Si elle a pris un relief particulier lors des attentats de novembre 2015, notamment à travers les échanges avec les étudiants de mon université, cette réflexion est d’abord née de l’observation des « petites » violences quotidiennes, malheureusement susceptibles d’avoir de grands effets. Il y a ensuite l’envie de ne pas laisser sans combattre le champ libre à tous les fauteurs de haine qui, sans complexe et de façon méthodique, dégoupillent leurs grenades à fragmentation humaine, dressant les uns contre les autres, incitant au mépris et banalisant les agressions physiques, politiques, psychologiques, symboliques…

    Face à cela, penser, parler et s’attacher à faire vivre la non-violence revient à rentrer en résistance contre toutes les privations d’humanité qui légitiment sournoisement les mises à feu et à sang. Dans le climat actuel, il me semble important, avec l’idée de non-violence et contre les barbaries, de redire l’importance d’une reconnaissance active de la valeur suprême de la personne humaine, de sa dignité, de sa liberté et de son respect.

    “Non-violence ne saurait rimer ni avec lâcheté, ni avec impuissance”

    Vous réhabilitez un concept qui peut passer pour suranné, voire être assimilé parfois à de la résignation. N'est-ce pas le cas ?

    Les expériences et discours emblématiques d’une non-violence « insurrectionnelle » ou de « non-coopération » portée par des Gandhi, Martin Luther King, Mandela, Vaclav Havel, par les mères de la place de Mai en Argentine, ou encore la Birmane Aung San Suu Kyi n’ont rien à voir avec l’inertie, la désertion, la complicité, ou même la tranquillité. La non-violence est bien l’exercice d’une force opposée à la violence. Non-violence ne saurait donc rimer ni avec lâcheté, ni avec impuissance. Bien au contraire, la crédibilité et la viabilité de la non-violence passent par une implacable et une endurante ténacité qui commence au plan individuel.

    Elle s’érige en occasion de défi, de riposte, de « faire face ». La passivité n’a que peu à voir avec cette attitude, contrairement à ce que certains peuvent croire, pensant qu’il suffit de ne pas utiliser la violence physique pour être non-violent. La non-violence connote une force, un effort dans le combat contre la violence. Elle est essentiellement une lutte, un engagement dans une résistance volontaire nourrie par un idéal inébranlable : le respect de la personne humaine.

    La non-violence constitue-t-elle un moyen efficace pour sortir de l'impasse ?

    Répondre rapidement par l’affirmative serait naïf et simpliste. Ce qui est sûr c’est que la violence, même s’il elle peut faire illusion un temps, n’est pas une solution efficace sur le long terme. Il faut l’assumer : la non-violence, quant à elle, peut aussi être sujette à caution en termes d’efficacité. Faute de « champion » incontesté, reste alors à savoir sur quelle composante on choisit de parier. Dans ce pari, la non-violence assure une chose : de ne rien perdre d’un point de vue éthique et humain. Ce qu’est loin de garantir le parti pris violent.

    Avec la non-violence, il y a même une chance de gagner quelque chose. Car il y a une multitude de situations sur lesquelles nous avons, malgré tout, pouvoir d’agir, individuellement et collectivement. En commençant par requestionner notre lien et notre rapport aux autres, par réduire la fréquence de nos « dénis d’humanité » : en bref, changer des choses à notre échelle. Certains parlent de l’efficacité des « micro-révolutions » : c’est sans doute dans celle-ci que la non-violence plonge ses racines, engageant notre responsabilité humaine et citoyenne.

     “C’est parce que la violence renvoie à une émotion primitive, la peur, que les médias en cultivent le terreau”

    Des mouvements comme les Indignés dont s'inspire aujourd'hui Nuit debout se revendiquent non-violents. Est-ce le signe d'un regain d'intérêt pour cette idée ancienne ?

    Je l’espère. Certains mouvements montrent que la non-violence n’est pas seulement une vieille idée mais bien une méthode réaliste d’action et de mobilisation. Dans son actualisation, ils rappellent aussi que la non-violence n’est pas la négation du conflit, mais la possibilité d’en décliner les potentialités non-agressives pour appuyer des revendications sociales visant à faire advenir une société plus juste. C’est l’un des objectifs centraux de la non-violence.

    Pourtant, ce n'est pas cet aspect qui est le plus médiatisé… Est-ce parce que la violence, comme vous l'écrivez, « a pour elle sa matérialité » ?

    La matérialité de la violence est certes un facteur facilitant sa mise en spectacle médiatique. Mais c’est aussi parce que la violence renvoie à une émotion primitive, la peur, que les médias en cultivent le terreau… Or l’émotionnel et le sensationnalisme sont deux leviers essentiels du récit journalistique. On comprend dès lors pourquoi il y a là une opportunité à véhiculer les faits divers et violents.

    Mais une telle mise en scène des violences, surtout celles « à haute intensité », ne reste malheureusement pas sans impact sur les individus ou sur leur gestion politique. C’est la raison pour laquelle la démarche non-violente invite à ne pas se laisser emporter par le flot des médias et à ne pas confondre les images et la réalité…

    Propos recueillis par Marion Rousset

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Sanctions contre les parlementaires : le repli stratégique de la Cour européenne"Une déclaration de guerre" : l'accès au site pétrolier de Fos-sur-Mer débloqué de force »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,