• La police démantèle la "jungle" de Calais à coups de gaz lacrymogènes

    La police démantèle la "jungle" de Calais à coups de gaz lacrymogènes

    CategoriesLa police démantèle la "jungle" de Calais à coups de gaz lacrymogènes. Les autorités françaises ont entamé lundi le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais, première étape vers la liquidation de ce camp de migrants, devenu le plus grand bidonville du pays. L'opération a dégénéré en heurts avec la police rapporte Sputnik News.

    La police a usé de gaz lacrymogènes contre les migrants lors du démantèlement partiel de la "jungle" de Calais, a déclaré à l'agence Sputnik le porte-parole de l'ONG "Médecins sans frontières" (MSF), Samuel Henryon. 

    Ce dernier a confirmé que des dizaines de policiers étaient venus le matin dans le camp pour ne pas laisser les migrants et les militants les plus radicaux empêcher la destruction des abris de fortune — tentes ou cabanes — dans le "secteur 9" de la "jungle" de Calais. 

    Deux bulldozers et une vingtaine de personnes d’une entreprise privée mandatée par l’Etat sont arrivés à 8 h 30 pour démonter une vingtaine d’abris situés dans une zone de 100 mètres carrés. Une trentaine de fourgons des compagnies républicaines de sécurité (CRS) et deux camions antiémeute étaient stationnés à l’entrée ouest, route de Gravelines, et les accès à la « jungle » étaient filtrés, rapportait Nord Eclair. Une centaine de policiers ont été mobilisés pour l’occasion, dont trois compagnies CRS et la brigade anticriminalité (BAC) rapporte le monde.

    "Ils ont usé de gaz lacrymogènes contre les migrants", a dit M.Henryon. 

    Quatre jours à peine après une décision de justice validant l’évacuation d’une partie de la "jungle" de Calais, l’Etat en a entamé lundi le démantèlement, sous haute protection policière. Il s'agit notamment de la partie sud du bidonville, là où vivent de 800 à 1.000 migrants selon la préfecture, 3.450 selon les associations.

    Au début, certains migrants observaient à distance cette opération qui se déroulait sur une zone de 100 mètres carrés, dûment quadrillée par les forces de l’ordre, plus de trente véhicules de CRS et deux camions antiémeutes étant déployés à l’entrée ouest du camp.

    Les autorités avaient assuré que l'évacuation se ferait sans violences, mais tel n'a pas été le cas. A la suite du départ en fumée des cabanes, des projectiles ont été lancés sur les policiers par des migrants et des militants radicaux "No Border" (qui luttent pour l'abolition des frontières), impliquant environ 150 personnes. Les forces de l'ordre ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène et de canons à eau.

    Depuis des années, des migrants, venus pour la plupart de Syrie, d'Afghanistan et du Soudan, transitent par cette région de la France métropolitaine dans l'espoir de gagner la Grande-Bretagne, en profitant des camions circulant entre les deux pays.

    Afin de liquider ce bidonville, l'Etat français multiplie depuis septembre l'ouverture de Centres d'accueil et d'orientation (CAO) pour y reloger quelque 2.700 migrants, venant surtout de la "jungle" de Calais.

    Selon La Voix du Nord, les opérations de démolition ont dû cesser aux alentours de 17 h.

    Une vingtaine de cabanes ont été incendiées par des migrants et des militants de No border, ce qui a nécessité l’intervention des pompiers, selon un photographe de l’Agence France-Presse (AFP). Trois personnes de No border et un migrant mineur ont été interpellés, et cinq CRS ont été légèrement blessés, selon la préfecture. En fin de journée, des heurts sporadiques opposaient encore migrants et CRS, qui ripostaient de nouveau par gaz lacrymogène aux projectiles.

    Dans la soirée, quelque 150 migrants, certains armés d’une barre de fer, se sont introduits une heure sur la rocade portuaire jouxtant la « jungle », lançant des pierres ou tapant sur des véhicules en partance vers l’Angleterre. Les forces de l’ordre, d’abord présentes en nombre réduit, ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène, avant d’évincer totalement les migrants de la route. A 19 h 45, elles avaient repris le contrôle de la rocade, jonchée de débris, et l’accès au port depuis l’A16 a été fermé.

    Colère des associations

    Des associations historiques, comme L’Auberge des migrants, ont vivement critiqué l’attitude des forces de l’ordre dans la journée : « Les policiers sont arrivés le matin et ont demandé aux migrants encore présents de partir et, dans la foulée, ils ont tout démoli. La façon dont c’est fait est violente, dégradante et contraire aux engagements de l’Etat », a déclaré François Guennoc, l’un de ses représentants.

    « Le démantèlement avait été annoncé comme pacifié, ciblant les tentes vides et les abris inoccupés », a commenté Olivier Marteau, responsable du projet Calais pour Médecins sans frontières.

    « Il a en réalité ciblé tous les logements de la zone 9, densément occupée et habitée, et inévitablement dégénéré en violences, dans un camp où vivent des familles et des enfants. »

    Si la préfecture reconnaît qu’une « vingtaine de migrants étaient encore présents dans la cinquantaine d’abris traités », seules « quatre ou cinq personnes ne voulaient » pas partir selon elle, et il a « fallu faire beaucoup de persuasion par les maraudes » avant que les abris ne soient démantelés.

    « Comportements inacceptables »

    Ce déploiement dissuasif des forces de l’ordre visait « à sécuriser le travail de l’entreprise » chargée du déblaiement, mais aussi à « permettre aux maraudeurs de travailler sereinement », pour « que les migrants ne soient pas sous le joug des activités de No border », a expliqué à l’AFP Fabienne Buccio, la préfète du Pas-de-Calais, présente sur les lieux.

    Les maraudes sociales de la préfecture, qui tentent de convaincre les migrants de rallier l’un des 102 centres d’accueil et d’orientation disséminés en France ou rejoindre le centre d’accueil provisoire composé de conteneurs chauffés, ont en effet été sérieusement perturbées vendredi par les militants de No Border.

    Ils avaient notamment tenté d’empêcher certains migrants de prendre place dans les bus requis pour leur acheminement en centre d’accueil et d’orientation. Une militante britannique de No Border a été interpellée lors de cette opération, ont fait savoir deux sources policières. Dans un communiqué lundi, la préfecture a de nouveau fustigé des « comportements » et une « pression » sur les migrants « inacceptables ».

    Le tribunal administratif de Lille a rejeté, le 25 février, le recours des associations qui s’opposaient à l’évacuation de la partie sud de la « jungle », à l’exception des « lieux de vie » (école, théâtre, centre juridique…) qui devraient rester en place. Près de 1 000 migrants se trouveraient encore dans la moitié sud du camp selon l’Etat, un chiffre contesté par les associations, qui ont procédé au comptage de quelque 3 500 migrants encore sur place, dont 350 mineurs isolés.

    Par ailleurs, la zone nord, qui abrite dans des tentes et cabanes entre 1 100 et 3 500 personnes selon les sources, n’est pas concernée par cet ordre de démantèlement.

    Manuel Valls, le premier ministre avait assuré le 23 février que l’évacuation prendrait « le temps nécessaire » pour apporter une « réponse humanitaire » aux migrants en quête d’un passage vers la Grande-Bretagne. La préfecture avait confirmé qu’il n’y aurait pas d’expulsion par la force.

    Illustration copsadmirer@yahoo.es/flickr/CC Ce contenu est librement disponible sous les termes juridiques simples Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Des sondages commandés par la Région sur l'image d'Estrosi : le député Castener demande des comptesPierre Jacquemain collaborateur El Khomri tire à boulets rouges sur le projet de loi travail »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,