• La remarquable réponse d’un président face au terrorisme

    Attentat Terroriste, Terrorisme, Crash

    CategorieLa remarquable réponse d’un président face au terrorisme. Le président indonésien Joko Widodo affirme que «le peuple n’a pas besoin d’avoir peur» Le 14 janvier 2016, des militants affiliés au groupe État Islamique ont perpétré une série d’explosions à Jakarta, capitale de l’Indonésie, faisant plusieurs victimes dont au moins deux civils.

    Le président du pays Joko Widodo, plus connu sous le nom de «Jokowi» s’est exprimé dans leNew York Times d’une façon remarquable:
    «Nous condamnons les actions qui ont pour but de semer la terreur en perturbant la sécurité publique et en dérangeant la tranquillité du peuple, affirme Mr Joko. […] J’ai donné l’ordre au chef de police et au ministre des affaires politiques, légales et de la sécurité chargée de la coordination de poursuivre et d’arrêter les auteurs de ces crimes ainsi que leurs réseaux.»«Le peuple ne doit pas avoir peur et ne devrait pas faillir face à ces actes terroristes, ajoute-t-il. Je souhaite que le peuple reste calme puisque tout est maîtrisé.»
    Au lendemain des attentats, alors que les autorités ont intensifié la sécurité et que  les forces anti-terroristes ont mené des raids, Jokowi a visité le site de l’attaque et a souligné que les choses étaient revenues à la normale.Ces déclarations sont remarquables, car elles sont subtiles et empreintes d’une certaine omission. D’abord, remarquez la façon modérée et sérieuse dont il fait preuve pour parler de l’impact des attaques. Elles ont perturbé la sécurité publique. Elles ont dérangé la paix. La réponse du gouvernement est empreinte de volonté de faire régner l’ordre. Il souligne que les Indonésiens ne devraient pas être effrayés et que la situation est sous contrôle. Il se concentre sur la neutralisation du but premier des terroristes, celui de terroriser une plus large population et de l’embrigader. «Le Peuple, dit-il, ne doit pas s’avouer vaincu». (Le hashtag We are not Afraid, qui signifie Nous n’avons pas peur a surgi sur la plateforme du réseau social Twitter une heure après les attaques.)Et puis il y a également ce qu’omet Jokowi: il ne déclare pas que l’Indonésie est en état de guerre contre le groupe État islamique, contre l’islam radical ou encore contre le terrorisme. Il ne suggère en aucun cas que l’avenir de l’Indonésie est en jeu. Il ne semble pas alarmé.Comparez la réponse de Jokowi à la réaction de François Hollande face aux attaques de l’année dernière perpétrées par le groupe État islamique. Trois jours après le massacre, le président français se tenait devant le Parlement en  proclamant que «la France est en guerre». Il a mentionné plusieurs points semblables à ceux qu’a utilisé Jokowi, demandant un retour rapide au calme et exprimant la confiance en la capacité du gouvernement et du peuple français à s’opposer aux principaux auteurs de ces attaques. Mais en appelant aux attaques aériennes contre État islamique en Syrie et en Irak, à un état d’urgence étendu en France et à un dispositif national de sécurité, il appelle au combat en des termes plus épiques et plus extrêmes que son homologue indonésien:
    «Il ne peut pas être dit que nous sommes engagés dans une guerre de civilisation contre ces assassins qui ne représentent en rien une civilisation. Nous sommes en guerre contre les terroristes djihadistes qui menacent le monde entier et non juste la France. […] Le terrorisme ne détruira pas la France parce que la France, elle, le détruira.»
    Si on s’attarde un peu sur les mots de Hollande, on s’aperçoit qu’ils sont moins rassurants qu’il n’y paraissait à première vue: la France doit détruire le terrorisme et ces praticiens venus d’un autre monde, semble-t-il dire, parce qu’autrement le terrorisme pourrait détruire la Républiqueet mettre le monde en danger.Il vaut cependant la peine de souligner que ces deux déclarations surviennent au cours de circonstances bien distinctes l’une de l’autre. Les attentats de Paris ont tués 130 civils contre deux à Jakarta. La France venait seulement de se relever de l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo; l’Indonésie n’a plus connu d’attaques terroristes majeures depuis 2009. Contrairement à l’Indonésie, la France est membre de la coalition militaire menée par les États-Unis contre État islamique. En France, 18 personnes par million de citoyens musulmans sont suspectées de partir combattre en Syrie et en Irak. En Indonésie, ce nombre n’est estimé qu’à une personne sur 1 million.Il est fort probable que l’Indonésie ait autant à craindre ces attaques terroristes que la France, si ce n’est plus. L’Indonésie est le pays qui rassemble la plus large population musulmane au monde, et État islamique essaie par tous les moyens d’y recruter des partisans. Comme mon collègue Edward Delman l’a fait remarquer, l’Indonésie a également une longue et douloureuse histoire en ce qui concerne l’activité terroriste, depuis la déclaration de Darul Islam sur un «État islamique» en 1949 jusqu’aux attentats à la bombe de Jemaah Islamiyah à Bali en 2002. Un des militants islamiques les plus en vue du pays a prêté allégeance à État islamique.Et pourtant Jokowi, de confession musulmane, préconise d’associer la puissance militaire à uneapproche douce envers l’extrémisme islamique qui utilise les forces religieuses et culturelles. Pour l’Indonésie, ceci implique de travailler en collaboration avec des organisations islamiquesmodérées, notamment sur le plan de l’éducation mais également pour la mise en place de campagnes de sensibilisation de la population à propos de l’islam et de la façon dont il peut être perverti en soulevant les sources socio-économiques du terrorisme.
    Peu de temps après sa nomination présidentielle en 2014, Jokowi a déclaré au journal Foreign Affairs que «pour traiter le radicalisme et l’extrémisme, nous devons traiter les inégalités économiques». «Je veillerai à garder l’équilibre entre la prévention et l’application des lois du contre-terrorisme. Nous avons plus de 20 ans d’expérience en ce qui concerne le terrorisme.»Demandez-lui de ce qu’il pense de État Islamique et comment il évaluerait la menace terroriste actuelle en Indonésie. Il répond, «Je pense (que la menace est)plus ou moins en déclin.» (Jokowi est plus alarmiste et plus dur concernant d’autres activités qui rongent le pays, notamment le trafic de drogue.)Les dossiers diplomatiques des États-Unis divulgués par WikiLeaks détaillent les efforts de Jokowi pour mettre cette théorie en pratique lorsqu’il occupait le poste de maire de Surakarta (connu sous le nom de Solo). Un des dossiers de 2006stipulait que cette ville javanaise était devenue un eldorado pour des groupes islamiques radicaux et une destination potentielle pour Abu Bakar Ba’asyir, le principal suspect des attentats de Jamaah Islamiyah sorti récemment de prisonà l’époque. Mais le nouveau maire, qui est entré en politique après avoir été à la tête d’une entreprise de menuiserie, prévoyait d’agir :
    Il était optimiste concernant l’économie de Solo, vantant les bonnes perspectives d’emploi dans les manufactures locales de menuiserie et de textile ainsi que le haut revenu par habitant. Il y voit son plus grand défi, celui d’encourager les investissements à Solo. «Je ne veux pas que Solo soit associée à Ba’asyir, affirme-t-il fermement. Seulement 2% ou 3% de la population peuvent être définis ainsi, le reste n’étant pas concerné.» Il a souligné que de nombreuses compagnies étrangères avaient récemment investi à Solo notamment les chaînes de supermarchés comme Makro et Carrefour. Widodo a aussi formé un groupe interreligieux peu de temps après son élection, et rencontre régulièrement les dirigeants chrétiens et musulmans locaux pour discuter des questions communautaires et améliorer la communication entre ces groupes.
    En 2009, les dossiers divulgués par Wikileaks suggéraient que la campagne de Jokowi avait été couronnée de succès (bien que l’épineux dossier de la traque des extrémistes ne soit pas un franc succès; selon les autorités indonésiennes, les personnes ayant perpétré les attentats de Jakarta appartenaient à un groupe basé à Solo) :
    Le maire Joko Widodo nous a dit qu’il continuait ses efforts dans la dé-radicalisation des militants à Solo. Widodo affirme qu’il tient régulièrement des réunions avec les habitants de Solo pour leur faire prendre conscience de la menace instaurée par les terroristes et les extrémistes. (Note… Le maire Widodo a su remettre de l’ordre dans la ville de Solo. Il y a de ça quelque année, des extrémistes islamiques patrouillaient dans les rues perpétrant violences et menaces. En travaillant conjointement avec la police et en se concentrant sur les possibilités économiques, Widodo a pu arrêter la violence et améliorer de façon radicale le quotidien des habitants de la ville.)
    L’approche de Jokowi n’est pas nécessairement la bonne, ou celle qu’il aurait adoptée si l’Indonésie avait connu une attaque similaire à celle de Paris. Cependant elle sert de rappel montrant qu’il existe plusieurs façons de répondre au terrorisme, que la résilience sociétale peut être accentuée autant que la  fermeté militaire, que la menace terroriste peut être étudiée et contextualisée comme le sont d’autre menaces auxquelles le pays fait face.Barack Obama a invoqué cette notion lors de son Discours sur l’état de l’Union lemardi 12 janvier dernier. Contrairement à ce que les républicains suggèrent, il stipule qu’État islamique ne présente pas une menace civilisationnelle ou existentielle :
    «Alors que nous nous concentrons sur la destruction d’État Islamique, ceux qui proclament que la troisième guerre mondiale est commencée ne font que jouer leur jeu. Le nombre important de combattants postés à l’arrière des pick-ups, ou les nombreux réseaux présents dans les  appartements ou garages au sein desquels des complots s’instaurent présentent un énorme danger pour les civils et doivent être arrêtés. Mais ils ne présentent aucune menace à notre survie en tant que nation.C’est l’histoire qu’État islamique veut nous faire croire car cette propagande est utilisée à des fins de recrutement. Nous n’avons pas besoin de les mettre sur un piédestal pour montrer que nous sommes sérieux ni de nous mettre à dos des alliés importants dans ce combat en répétant le mensonge qu’État Islamique est représentatif d’une des plus grandes religions du monde. Nous devons seulement lesappeler par leurs noms, des tueurs et des fanatiques qui doivent être expulsés, pourchassés et détruits.»
    Le discours d’Obama pourrait être lu comme une défense de sa politique de lutte contre le terrorisme. Mais il peut aussi être perçu comme une méditation sur le terrorisme lui-même – un défi pour différencier la menace du terrorisme et celle de la peur du terrorisme et décider laquelle est la plus inquiétante.

    par Uri Friedman

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Article original paru dans The Atlantic.

    Traduit par Frédéric, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone.

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « La route de la Chine au Moyen-Orient« Les graines de la destruction » : enquête sur le monde diabolique des manipulations génétiques »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,