• Le budget pour vivre décemment

    Maman, Caucase, Enfant, Fille, Famille, Père, Femmes

    CategoriesUne personne seule a besoin de 1.424 euros par mois pour vivre décemment. De combien un Français a-t-il besoin au minimum pour vivre décemment ? Il faudrait 1.424 euros pour une personne seule et à 3.284 euros pour une famille avec deux enfants, selon l'Observatoire nationale de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES). Un montant bien au-dessus du RSA de base fixé à 500 euros par mois et du Smic plafonné à 1.135 euros nets par mois. L'organisme gouvernemental organisait mardi 13 octobre à Paris un colloque européen sur cette thématique.

    Les budgets de référence : une méthode d’évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. 

    Le 9e rapport de l’ONPES est consacré aux résultats d’une recherche menée depuis trois ans pour évaluer les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Il prend place dans le cadre de l’élaboration de références communes pour un revenu minimum décent au niveau européen. Ce rapport présente les choix méthodologiques retenus pour établir le panier de biens et de services minimaux nécessaires pour participer effectivement à la vie sociale, et les montants des budgets de référence correspondants pour six configurations familiales types.

    Ainsi, par exemple, pour une personne seule, le budget mensuel de référence élaboré par des groupes de citoyens s’élève à 1 424 euros et à 3 284 euros pour un couple avec deux enfants. Ces montants sont comparables à ceux obtenus par d’autres approches des besoins essentiels des familles, notamment celle de l’UNAF en France et celle de la Joseph Rowntree Foundation au Royaume-Uni. La présentation du rapport s’accompagnera de celle de l’étude du Crédoc et de l’IRES qui lui a servi de base.

    Un éclairage neuf sera ainsi porté sur des populations qui, sans être pauvres, doivent néanmoins se restreindre et renoncer à certains biens et services nécessaires à leur participation effective à la vie sociale.

    Dans une perspective de prévention de l’exclusion, le rapport ouvre un champ de réflexion soulignant l’importance des services publics et de l’entraide familiale et citoyenne pour la satisfaction des besoins sociaux de larges catégories de populations pauvres et non pauvres monétairement.

    Résultat, si 14% de la population vit sous le seuil de pauvreté, plus du double ne dispose pas d'un revenu décent tel que défini par le rapport de l'ONPES. Le seuil de pauvreté ajoute La Croix, permet juste de répondre aux dépenses courantes. Or, "les besoins exprimés pour un couple avec deux enfants de 6 et 13 sont 2,6 fois supérieurs concernant l'hygiène et près de deux fois supérieurs concernant les dépenses liées à la vie sociale.

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « L'illusion d'optique qui transforme les stars en monstres bizarresUn spectre hante les libéraux : le partage, par J-M Harribey »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,