• Le modèle agricole de l’Europe : des usines à cochon allemandes, avec main d’œuvre bulgare...

    Vaches, Curieux, Bovins, Agriculture, Élevage Du Bétail

    CategoriesLe modèle agricole de l’Europe : des usines à cochon allemandes, avec main d’œuvre bulgare payée à la roumaine Perrico Legase. Périco Légasse est rédacteur en chef de la rubrique vin et gastronomie à l’hebdomadaire Marianne. voici quelques extraits d’un entretien qu’il a accordé à Figarovox où il désigne les responsables de la destruction de l’agriculture en France : l’Europe du Capital :

    extraits

    les mesures décidées par le gouvernement et présentées par le Premier ministre devant l’Assemblée nationale prouvent qu’il y a, cette fois-ci, une grande inquiétude au sommet de l’Etat. Et s’il s’est décidé à passer à l’acte aussi rapidement, c’est qu’il y a urgence. Que faut-il, après les incidents de ces derniers mois, pour qu’enfin l’on comprenne à Paris comme à Bruxelles que cette crise-là n’est pas comme les précédentes? Elle est celle de ceux qui n’ont plus rien à perdre. On sait depuis trop longtemps que certains secteurs au bord du désespoir vont basculer dans l’irréparable. Violences, suicides, affrontements.

    N’empêche, des situations aussi extrêmes auraient pu être évitées bien plus tôt puisque nos dirigeants trouvent soudain les moyens de prendre la crise par les cornes. N’empêche, la méthode reste la même: on continue, à coups de millions d’euros, trouvés dieu sait où, finalement payés par le contribuable, à colmater les brèches, à panser les plaies, à mettre des rustines sur les fuites, pour repousser le problème au prochain déluge. Cette stratégie est irresponsable car elle ne résout rien sur le fond. Elle est surtout l’aveu que le gouvernement français ne dispose plus des leviers nécessaires à une réforme structurelle du mode de fonctionnement de notre agriculture. Ces leviers, c’est la Commission européenne qui les détient et nous savons de quelle agriculture rêve la Commission. Son modèle? Les usines à cochon allemandes, avec main d’œuvre bulgare payée à la roumaine, dont la viande de porc agglomérée a donné le coup de grâce aux éleveurs intensifs bretons auxquels on avait assuré que leurs tarifs étaient imbattables. C’est ça l’Europe libérale libre et non faussée?

    Nous avons accepté d’être dépossédés de prérogatives souveraines qui font défaut aujourd’hui à la République française pour sauver sa paysannerie. J’espère qu’il y aura un jour un tribunal de l’histoire pour juger les coupables qui ont accepté ces reniements successifs. L’éleveur laitier au bord du gouffre, qui voit son voisin revenir du super marché avec dix packs de lait UHT importés de Pologne, et auquel on demande son trentième certificat vétérinaire, a peut être des raisons de désespérer de cette Europe portée aux nues par son maire, son député, son sénateur, son président de chambre d’agriculture, son gouvernement, son chef d’Etat, souvent son journal, sa télé ou sa radio.

    Et s’il pose trop des questions, ou manifeste trop sa colère, c’est que, non content d’être assisté, il succombe aux sirènes du Front national.

    (…)

    De normes sanitaires en règles communautaires, de contraintes financières en directives administratives, d’emprunts asphyxiants auxquels on les a poussés en leur tenant le stylo, aux pratiques commerciales imposées par le lobby agro industriel et par la grande distribution, les agriculteurs de France sont à bout. Pas les gros céréaliers nantis, liés à certaines coopératives et gavés de subsides européens, mais ceux qui nourrissent directement la population. Promenés et balancés de promesses électorales en programmes gouvernementaux jamais tenus, sous prétexte que nous sommes 12, puis 15, puis 18, puis 28 Etats à décider ensemble, ils ont contenu leur colère durant des décennies. «Mais rassurez vous, nous défendons bec et ongles vos intérêts à Bruxelles. Faites nous confiance, nous vous soutenons» … comme la corde soutient le pendu (…)

    A l’Assemblée Nationale, ce jeudi 17 février, Manuel Valls déclarait que le gouvernement et l’Europe ont pris leurs responsabilités (baisse de 7 points pour les cotisations sociales des agriculteurs en difficulté et année blanche fiscale pour ceux à faibles revenus), et qu’il a appartient désormais aux agriculteurs de prendre les leurs. C’est le comble.

    Qui a conduit l’agriculture française dans cette impasse, toutes majorités confondues, depuis trente ans, en partenariat politique étroit avec le syndicat majoritaire? Qui, jusqu’au vote de la loi d’avenir, et de son programme d’agro-écologie porté par Stéphane Le Foll, en septembre 2014, par le parlement, a validé toutes les dispositions inféodant davantage l’agriculture française aux desiderata des lobbies bruxellois? Qui a validé la dérégulation du marché et la suppression des quotas laitiers sans contreparties? Qui refuse d’imposer la traçabilité des viandes entrant dans la composition des produits transformés? Qui laisse pénétrer chaque année sur notre territoire des millions de tonnes de tourteau de soja destinées à gaver nos élevages intensifs? Qui favorise l’importation déloyale et faussée de millions de litres de lait en provenance d’autres continents pour satisfaire aux oukases tarifaires de la grande distribution? Les cours mondiaux! Toujours les cours, mais alors qu’on le dise clairement, la France est soumise aux aléas d’une corbeille boursière qui décide de la survie ou non de nos exploitations agricoles. Quelle nation souveraine digne de ce nom peut accepter de sacrifier une partie de son peuple aux ambitions de patrons de casinos où le blé, la viande et le lait sont des jetons sur un tapis vert? La seule vraie question qui vaille est: ça nous rapporte quoi? La mort de nos campagnes, de ceux qui les entretiennent et une dépendance accrue aux systèmes agro industriels qui abîment la Terre, l’homme et l’animal.

    (…)

    Qui sont ces agriculteurs qui se suicident? Précisément ceux qui appliquent à la lettre depuis 10 ans, 20 ans, 30 ans pour certains, les instructions et les recommandations du syndicat majoritaire, cette FNSEA qui a beau jeu aujourd’hui de barrer les routes et de bloquer les villes après avoir encouragé et accompagné toutes les politiques ayant conduit à ce massacre. Précisément ceux qui ont cru, en toute bonne foi (on leur avait si bien expliqué qu’il n’y a pas d’autres solutions possibles) que les programmes officiels, de gestion des cultures et des élevages pour se conformer aux lois du marché, les conduiraient à la richesse. Ceux-là sont ceux qui se pendent les premiers sous le regard compassé de ceux qui ont tressé la corde fatidique. Certes, il y a bien eu la , avec des centaines de milliards reversés aux agriculteurs les plus riches qui s’alignaient doctement sur les critères du productivisme alors que les autres étaient obligés de tendre la main à Bruxelles pour obtenir une obole. Comment une puissance au patrimoine agricole si glorieux et si performant a-t-elle pu laisser ce trésor se détériorer aussi vite et aussi tragiquement. Quelqu’un a forcément menti à un moment donné de l’histoire.

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Lutter contre le conspirationnisme, une tâche ingrate mais nécessaire. C'est une menaceDistorsions de la réalité par les principaux médias occidentaux : exemple ... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,