• Le président de l'association Anticor veut de vrais débats à la présidentielle

    Le président de l'association Anticor veut de vrais débats à la présidentielle

    CategoriesLe président de l'association Anticor veut de vrais débats à la présidentielle. L'association Anticor, qui lutte contre la corruption et pour rétablir l'éthique en politique, a mis en place une campagne pour son université «Justice, Médias, Politique, que changer pour tout changer ?». Cinq affiches ont été créées pour annoncer l'université du 1er octobre à Nice.

    Jean-Christophe Picard, président d'Anticor, est lassé des débats sans queue ni tête des candidats politiques à la présidence française. Pour lui, certains sujets méritent d'être abordés et débattus plus avant. Pour cela, Anticor, en collaboration avec l'agence de publicité Josiane, a lancé la semaine dernière une campagne de pub pour son université. «Un projet qui nous tient à coeur», a déclaré Laurent Allias, co-fondateur de Josiane et qui annonce de longs débats le 1er octobre à Nice avec les nombreux invités des tables rondes.

    LE FIGARO. - À part annoncer l'université d'Anticor, quel est le but de cette campagne?

    Jean-Christophe Picard - Avec ces cinq visuels, on a voulu mettre le doigt sur les bons sujets de la présidentielle de 2017. Poser les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses. C'est avec ce double-jeu qu'Anticor veut toucher les électeurs, s'adresser au grand public. Lui indiquer que c'est un moment important pour réfléchir à de vraies idées, concrètes, simples pour changer certains points en politique en France. Il est facile d'apporter des solutions qui ne remettent pas tout en question. Tout le monde est d'accord pour changer mais aucune solution simple n'est proposée. Ce qui amène une image déplorable de la politique française.

    Quels sont alors les sujets importants à aborder selon Anticor?

    Des sujets aussi importants comme la corruption, le gaspillage, la fraude et l'évasion fiscales doivent être abordés mais ils ne le sont jamais concrètement. Regardez le décalage avec les universités d'été des partis politiques. Ce n'est jamais le bon débat. On va nous parler de burkini, de la place de l'islam en France, alors qu'il y a déjà des principes républicains qu'il suffit d'utiliser contre tel ou tel problème. Je ne dis pas que tout est à jeter non plus. Mais si on ne lutte pas contre les maux actuels, on va à nouveau observer un vote contestataire qui ne sera pas constructif. Ça va seulement nous défouler sur le moment. On veut un vrai débat. Qui fait défaut, et pendant ce temps le FN monte. C'est devenu quelque chose de normal, alors qu'en 2002, l'arrivée de M. Le Pen au second tour avait bouleversé la France.

    La corruption, le gaspillage, la fraude fiscale et l'évasion fiscale ont pourtant des conséquences très concrètes. Sur l'économie, par exemple, les chiffres sont là. Au niveau européen, selon les différents organismes, la corruption coûte chaque année entre 200 et 1.000 milliards d'euros. Le gaspillage se situe autour des 200 milliards, la fraude fiscale entre 1.000 et 2.000 milliards et l'évasion fiscale à 500 milliards d'euros. Le problème, c'est que quand on parle de milliards, on ne parle plus aux gens, c'est normal que ça ne les intéresse pas ou plus. Ce sont souvent des termes très techniques en plus, ce qui rend la divulgation d'informations sur ces sujets très difficile.

    Qu'attendez-vous des candidats à la présidentielle de 2017?

    On veut que les candidats à l'élection présidentielle se prononcent, se positionnent sur ces sujets. Ce n'est pas utopiste, la transparence se fait très bien en Scandinavie. Comme par hasard, toutes les études où on demande qui sont les gens les plus heureux, ce sont toujours les Scandinaves. La transparence apporte une confiance, une qualité de vie dont nous avons besoin en France, en ces temps moroses. En tant que citoyens, nous payons des impôts et pourtant, à côte de ça, certains grands groupes ou certaines banques usent de la fraude fiscale. Nous sommes tous victimes au final et c'est inacceptable.

    Cependant, la fraude fiscale est légale, regardez l'histoire du Luxembourg Leaks. Les lanceurs d'alerte ont été plus punis que les coupables. Tous les politiques ne sont pas pourris, mais certains le sont et ils doivent être punis. Certains sont pris les doigts dans le pot de confiture mais derrière, rien n'est renforcé pour que ça n'arrive plus. L'État et le futur président doivent protéger les lanceurs d'alerte. Ils reçoivent des menaces très sérieuses. Souvenez-vous de cet homme en Moselle qui a dénoncé un système de corruption, sa maison a été brûlée.

    Pour cette élection, nous ne faisons plus signer une charte aux candidats mais aux électeurs. Il y a une dizaine d'engagements comme, par exemple, le non-cumul des mandats, la fin des privilèges, la transparence ou l'open data. C'est aux électeurs de choisir le bon candidat qui lancera le bon débat. La France doit sortir des débats stériles. 

    par Raphaël Moury

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Quoi, la Russie veut démembrer les USA?! Discours de Jean-Luc Mélenchon à Boulogne-sur-Mer »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,