• Le top 10 des mensonges occidentaux sur le conflit syrien

    Le top 10 des mensonges occidentaux sur le conflit syrien

    CategoriesLe top 10 des mensonges occidentaux sur le conflit syrien. Voilà les dix pires mensonges colportés par l'Occident au sujet de la Syrie, dans le but de donner aux habitants des pays occidentaux une vision entièrement fausse du conflit qui ravage le pays depuis 2011, recueillis par le journaliste Neil Clark rapporte Russia Today.

    Info

    Neil Clark est un journaliste, écrivain et blogueur écossais. Il a écrit pour de nombreux journaux et magazines au Royaume-Uni et dans d'autres pays, dont The Guardian, Morning Star et d'autres. Il est le co-fondateur de la campagne pour la propriété publique PublicOwnership.

    Comme dans le cas de précédentes guerres américaines, menées contre la Yougoslavie, l'Irak et la Libye, les mensonges concernant le conflit en cours en Syrie ont été tout à fait scandaleux.

    1. L'Occident n'a pas pu intervenir en Syrie - et c’est ça le problème

    Cette affirmation souvent répétée (rien que la semaine dernière leWashington Post, se lamentait de la «désastrueuse non-intervention» en Syrie ) est une inversion complète de la vérité.

    Même sans bombarder directement le gouvernement syrien en 2013 (comme le voulaient les super faucons), l'Ouest est intervenu massivement en Syrie, par le biais du financement, du soutien et de la formation de violents «rebelles» anti-gouvernementaux. Un grand nombre d'armes de ces «rebelles» se sont finalement retrouvées entre les mains de Daesh. L'Occident n’a pas seulement enflammé ce conflit ; il l’a également alimenté pendant plus de cinq ans.

    Brendan O'Neill a pu trouver la réponse parfaite à la tirade de la brigade des néocons /fausse-gauche «si seulement nous étions intervenus en Syrie» :

    «L'intervention occidentale est la créatrice ultime du cauchemar dans le Nord de l'Irak et de la Syrie. Faire quelque chose ? Vous avez déjà fait quelque chose. Vous l’avez fait, vous avez créé cette horreur».

    2. Le conflit est la faute du méchant Assad (et de la Russie puisqu’elle le soutient)

    Le récit occidental dominant dit que le conflit a été initié par Assad après la répression par le «méchant dictateur» de manifestations pacifiques en opposition à son régime en mars 2011. La réalité est que les manifestations pro-démocratiques pacifiques ont été «détournées» à un stade très précoce par ceux qui étaient déterminés à provoquer une réaction violente de la part des autorités syriennes. Dans la ville frontalière de Daraa, où le conflit a effectivement démarré, sept policiers ont été tués. Le siège du parti Baas et le palais de justice ont été incendiés.

    Pendant le premier mois des hostilités, pas moins de quatre-vingt-huit soldats ont été tués.

    Categories Chaque fois qu'un pays est ciblé par un changement de régime entrepris par l'Empire américain, son chef est délégitimé

    Assad a été confronté à une insurrection violente contre l'Etat syrien, menée par des terroristes dont beaucoup sont venus de l'extérieur du pays. Devrait-il simplement permettre de prendre le pouvoir à ces «rebelles» (comme l’exigeait l'Occident), alors même qu’il n'y avait pas de preuve qu'ils avaient un vrai soutien populaire ? Nous devons nous demander : le gouvernement américain, que ferait-il, s’il était exposé à une insurrection violente de la part de «rebelles» soutenus par l’étranger qui tueraient des fonctionnaires de l'Etat américain et feraient sauter les bâtiments du gouvernement. Sa réponse serait, j’en suis sûr, encore plus impitoyable que celle du gouvernement syrien.

    3. Le président Assad bénéficie de peu de soutien en Syrie

    Chaque fois qu'un pays est ciblé par un changement de régime entrepris par l'Empire américain, son chef est délégitimé. On nous dit que ledit chef n'a pas de soutien populaire et reste au pouvoir uniquement parce qu'il est un «dictateur brutal». Mais il y a beaucoup de preuves qu’Assad, quoi que n’en pensent les élites occidentales, a un appui considérable dans son pays. Au début de 2012, un sondage a montré que 55% des Syriens voulaient que leur président reste en poste. Lorsqu’un correspondant à l'étranger vétéran du Guardian, Jonathan Steele – un homme qui connaît très bien la Syrie –, a écrit un article à ce sujet intitulé : «La plupart des Syriens soutiennent le président Assad, mais vous n’apprenez jamais cela des médias occidentaux». Steele a été attaqué par les «Gardes Impériaux de Vérité».

    En 2014, Assad a remporté une victoire écrasante lors des premières élections présidentielles plurielles du pays depuis cinquante ans.

    Categories Assad et le gouvernement syrien ont affiché à maintes reprises le désir de faire des concessions pour tenter de mettre fin au conflit

    Une fois de plus : cela n'a pas reçu beaucoup – voire pas du tout – de couverture à l'Ouest. Tout comme un sondage réalisé en juillet 2015 montrant que 47% des Syriens considéraient qu’Assad avait une influence positive sur les affaires syriennes – à comparer avec les 35% de ceux qui pensent la même chose de l'armée syrienne soutenue par l'Occident et les 26% en faveur de la coalition de l'opposition syrienne.

    La preuve supplémentaire qu’Assad bénéficie d’un large soutien est le fait qu'il est toujours au pouvoir après cinq ans et demi de guerre. Faut-il vraiment être surpris que des millions de Syriens préfèrent son pouvoir laïque – respectant tous les droits des femmes et des minorités religieuses – à celui des coupeurs de têtes médiévaux de Daesh et de djihadistes fanatiques ?

    Bien sûr, par les faux-démocrates de l'Ouest, le point de vue des Syriens qui soutiennent leur président est ignoré. Ils sont considérés comme des «non-êtres» parce qu'ils ont de «mauvaises» opinions. Le seul point de vue qui compte en Syrie est celui qui correspond au son de cloche des «changeurs» de régime occidentaux.

    4. Assad n'a pas fait de concessions et n’est pas intéressé par la paix et la réconciliation

    En fait, Assad et le gouvernement syrien ont affiché à maintes reprises le désir de faire des concessions pour tenter de mettre fin au conflit. En 2012, un projet de nouvelle constitution mettant fin au monopole du pouvoir politique du parti Baas qui avait subsisté pendant plusieurs décennies, a été soumis au peuple syrien, qui l’a approuvé avec 89,42% de votes. L’Article 8 de la nouvelle Constitution stipule : «Le système politique de l'État doit être fondé sur le principe du pluralisme politique et l’exercice démocratique du pouvoir à travers les urnes.»

    Encore une fois : peu ou pas de couverture de cette importante réforme dans les médias occidentaux. De manière similaire, n’ont pas reçu grande couverture les différentes amnisties accordées par Assad aux «rebelles» (les dernières ont eu lieu au mois de juillet de l’année en cours) ou le Programme de réconciliation nationale du gouvernement. Cela ne correspond pas vraiment au «récit officiel» d'un président sans compromis, seulement intéressé par «tuer son propre peuple».

    5. Le conflit en Syrie est uniquement sectaire

    Cette rhétorique «les sunnites contre les chiites/alaouites» ignore le fait que les sunnites en plus de servir (en grand nombre) à l’Armée arabe syrienne, y occupent également des postes clés. Les sunnites occupent aussi des postes importants dans le gouvernement syrien, comme le démontre le National Interest.

    Quelque 74% des Syriens sont sunnites. Alors est-il probable qu’Assad soit encore au pouvoir après cinq ans et demie de guerre, si tous – ou une grande partie d'entre eux – étaient contre lui ? La vérité est que le gouvernement syrien laïc est soutenu par les sunnites et les chiites, et ce sont les Etats-Unis qui ont tenté tout ce qu'ils pouvaient pour exploiter les divisions religieuses et exacerber les tensions, comme l’a révélé Wikileaks.

    En 2006, William Roebuck, chargé d'affaires à l'ambassade américaine à Damas, a qualifié la tentative de déstabiliser le gouvernement syrien d’«action possible» : «Jouer sur les peurs sunnites de l'influence iranienne.»

    Diviser pour régner est une stratégie utilisée par les puissances impériales à travers les siècles, et l'empire américain n’est pas une exception.

    Categories La Russie et l'armée syrienne ont infligé beaucoup plus de pertes à Daesh en Syrie au cours de la dernière année que les Etats-Unis et ses alliés

    6. C’est un fait établi que Assad / le gouvernement syrien a utilisé des armes chimiques à la Ghouta

    Si je recevais dix livres à chaque fois que je dis «Assad a gazé son propre peuple à la Ghouta» ou d’autres mots de ce genre, je serais très riche. Mais ce qui est présenté comme un fait incontestable par les propagandistes de guerre occidentaux, est tout sauf incontestable. Trois ans après, on ne sait toujours pas avec certitude qui a réalisé cette attaque aux armes chimiques. Oui, ça aurait pu être les autorités syriennes, mais ce aurait pu également être une opération sous fausse bannière réalisée par le «rebelles» anti-gouvernementaux.

    Le bon sens nous dit qu’Assad aurait dû être fou pour ordonner une telle attaque en sachant que les inspecteurs de l'ONU étaient à Damas à l'époque, et les faucons occidentaux cherchaient désespérément une raison de le bombarder. La prochaine fois que vous voyez la réclamation d’un faucon comme un fait établi disant qu’«Assad a gazé son propre peuple» à la Ghouta – demandez en la preuve. Il y a de fortes chances que vous ne receviez pas de réponse.

    7. La Russie et le gouvernement syrien ont aidé Daesh

    Voilà un bon exemple de «théorie du complot» acceptable. Après le début du bombardement de Daesh et d’autres groupes terroristes en Syrie par la Russie en septembre 2015, on nous a dit que la Russie donnait à Daesh une force aérienne.

    Cependant, quand un avion russe a été abattu quelques semaines plus tard, la ligne a changé : l'attaque était un «coup de semonce» pour la Russie de la part de Daesh.

    Mais si la Russie fournissait à Daesh une force aérienne, pourquoi ce groupe voudrait-il abattre un avion russe ?

    En fait, la Russie et l'armée syrienne ont infligé beaucoup plus de pertes à Daesh en Syrie au cours de la dernière année que les Etats-Unis et ses alliés. En mars, la ville antique de Palmyre a été libérée de Daesh par l'armée syrienne, soutenue par les frappes aériennes russes.

    Comme Danielle Ryan écrivait à l'époque, c’était «le plus gros échec pour Daesh depuis la déclaration de son califat, mais l'Occident ne semble pas intéressé. Pourquoi ? Parce que, sinon, ils sont obligés de faire preuve d’une certaine reconnaissance à la Russie».

    8. L'Occident est du côté des «bons» en Syrie

    La vérité est que l'Occident ne s’est pas battu contre la «terreur» en Syrie, mais qu’il l’aide. En toute objectivité, les «rebelles modérés» soutenus par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et leurs alliés, ont commis des crimes épouvantables qui seraient certainement qualifiées de «terrorisme» si elles avaient été commises dans un pays occidental ou dans un pays qui était un allié de l'Occident.

    CategoriesLe «changement de régime» en Syrie était à l'agenda de l'Ouest, bien avant les manifestations anti-gouvernementales qui ont commencé en 2011

    Quant au fait d’être horrifié par la montée de Daesh, nous apprenons dans les documents secrets du renseignement américains déclassifiés à partir de 2012 que la perspective d'une principauté «salafiste» s’établissant à l'est de la Syrie était «exactement ce que les pouvoirs soutenant l'opposition voulaient» puisque cela allait «isoler le régime syrien».

    9. Il y a 70 000 rebelles modérés en Syrie

    Cette affirmation bizarre et non confirmée a été faite par le Premier ministre britannique de l’époque, David Cameron, quand il essayait d'obtenir l'approbation du Parlement britannique pour des frappes aériennes en Syrie en novembre dernier. Voilà ce que Cameron a dit précisément : «Nous croyons qu'il y a environ 70 000 combattants de l'opposition syrienne – principalement de l'Armée syrienne libre – qui ne font pas partie des groupes extrémistes [...] et avec lesquels nous pouvons coordonner des attaques contre Daesh». Mais en janvier, l'ex-Premier ministre britannique (après avoir remporté son vote) faisait déjà marche arrière en admettant que certains des «70 000» étaient des «islamistes relativement extrémistes».

    Lorsque Eisa Ali de RT a posé à Cameron la question suivante : «Pourquoi votre secrétaire à la Défense ou vous-même ne nommeriez pas les groupes soi-disant modérés au nom desquels ces combattants sont sur le terrain ?» - il a répondu : «Nous allons effectivement donner au président Assad une liste des groupes et des personnes et potentiellement des domaines qu’il devrait cibler.»

    L'affirmation des «70 000 rebelles modérés» est susceptibles de rentrer dans l'histoire comme la variation Cameron de l’affirmation de Tony Blair de 2002 selon laquelle l'Irak avait des Armes de destruction massive qui pouvaient (en 2003) «être activées en 45 minutes».

    10. Les intentions occidentales en Syrie sont humanitaires, alors que la Russie poursuit son propre intérêt

    Répétez après moi (sur l’ordre des néocons) : «L'Occident veut seulement aider le peuple syrien à être libre, tandis que les Russes "soutiennent le méchant Assad" dans leurs propres buts égoïstes». En fait, le «changement de régime» en Syrie était à l'agenda de l'Ouest, bien avant les manifestations anti-gouvernementales qui ont commencé en 2011, et remonte – au plus tard – à l’année 2006, quand le soutien accordé par la Syrie au Hezbollah a été accusé d’être l’origine de l'incapacité d'Israël à vaincre le groupe libanais dans la guerre de 33 jours de cette même année.

    Imaginez quelle aurait été la réponse des Etats-Unis si la Russie avait entrepris de provoquer un changement de régime violent dans un pays allié de longue date des Etats-Unis. A coup sûr, les actions russes ne seraient pas présentées comme «dépourvues de toute poursuite d’intérêts» et «humanitaires» !

    Les dernières accusations des Nations-Unies contre Assad ne sont pas logiques

    Maintenant cela est officiel et cela n'aurait pas de sens de nier ce qui a été dit dans pratiquement tous les grands médias occidentaux le 25 août 2016, je cite :

    « L'ONU a fait le point avec l’OPCW, l'organisation pour l’interdiction des armes chimiques et a découvert ce qui suit : Par deux fois au moins, en avril 2014 et en mars 2015, le régime d'Assad a utilisé du gaz de chlore contre la population syrienne. Dans beaucoup d'autres cas on ne peut pas encore dire que des gaz mortels aient été utilisés. On aurait besoin d'enquêtes plus poussées. »

    Le rapport sur les gaz toxiques doit être publié la semaine prochaine au conseil de sécurité des Nations-Unies.

    La presse occidentale, directement informée, ne laisse pas de doute sur ce qui devrait être « la conséquence logique, oui, même la conséquence inéluctable » : « des sanctions dures contre le régime syrien », comme le demande la porte-parole américaine de l'ONU Samantha Power. Mais à propos du mot « logique », les journalistes occidentaux ne semblent pas prendre le terme vraiment au sérieux en ce qui concerne le conflit syrien : pourquoi le président syrien devrait-il essayer d'éliminer son propre peuple par des exécutions massives, des bombardements et des attaques aux gaz toxiques ?

    En ce qui concerne les accusations de bombardement par exemple de ses propres hôpitaux, Assad lui-même a plusieurs fois pris position comme suit : « Qu'est-ce que cela nous apporterait ? Quel intérêt aurions-nous à faire cela ? Si l'Etat veut avoir le peuple de son côté, alors il doit leur donner un minimum d'infrastructure et de services. »

    Une personne qui voulait en savoir plus en détail est Tim Anderson, professeur australien à l'université de Sydney. Les essais d'interprétations des médias occidentaux, qui ne sont pas du tout logiques ou plausibles l'ont rendu méfiant. Par exemple, l'affirmation que le régime syrien d'Assad aurait écrasé une manifestation démocratique de manière brutale en 2011, ou bien qu'il détruit des hôpitaux ou qu'il utilise des armes chimiques contre sa propre population. Il est hors de question, d’après Tim Anderson que des manifestants paisibles aient pu se transformer en quelques jours en soldats armés jusqu'aux dents. Tim Anderson a décidé d'examiner le conflit syrien. Il a lu des centaines de livres et d'articles, a regardé beaucoup de vidéos, a parlé à autant de Syriens que possible et a visité deux fois la Syrie pendant le conflit.

    Certaines de ses conclusions qui se trouvent dans son livre paru le 22 juin 2016 intitulé « La sale guerre contre la Syrie » sont les suivantes :

    - Les manifestations pour le Printemps Arabe en Syrie ont rapidement été étouffées par des provocateurs armés. La résistance armée n’est pas la suite logique d’une répression brutale de la part du gouvernement.

    - Les « combattants de l'opposition » sont en fait des mercenaires formés à l’étranger. - Il n'y a pas de différence entre les soldats modérés et les terroristes.

    - Le président Assad n'est pas un monstre. Et comme d’ailleurs beaucoup d’observateurs occidentaux l’ont admis publiquement le peuple syrien accorde une très grande confiance à Assad.

    - En Syrie aussi les ennemis du régime travaillent avec des méthodes sous « faux pavillon » : des massacres sont commis par les « rebelles » afin de les imputer ensuite à Assad. En plus de cela il n'est un secret pour personne que les diverses milices terroristes en Syrie possèdent des armes de guerre chimiques et qu’elles les auraient aussi utilisées. Le chef de la CIA John Brennan a dit sur la chaîne de télé CBS que les extrémistes pouvaient fabriquer eux-mêmes en petites quantités des armes chimiques comme le chlore ou le gaz moutarde. De cette manière les attaques au gaz de chlore qui sont imputées à Assad sont très probablement des actions sous faux pavillon.

    - Le public occidental est systématiquement trompé par les médias et les ONG sur les vrais liens de cette sale guerre contre le peuple syrien.

    Selon la thèse d’Anderson le chaos perpétré en Syrie serait la conséquence logique de la conception géostratégique des stratèges américains concernant « un nouveau Proche-Orient » et « un nouveau Moyen-Orient ».

    Et le nouveau rapport sur les gaz toxiques fait par les Etats-Unis semble n’être rien d'autre qu'une tentative de plus dans l’intérêt de la politique américaine : prendre contre Assad des mesures qui doivent mener à sa destitution.

    Je vous quitte avec une citation de Mark Twain, l'écrivain américain très connu : « Il est plus facile de tromper les hommes que de les persuader qu'ils ont été trompés ».

    Les sources:

    Categories www.srf.ch

    Categories www.free21.org

    Categories Russia Today

    Categories derschmutzigekrieggegensyrien.wordpress.com

    Categories sputnik news

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    Categories

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Le TAFTA, la Commission et le gouvernement « français » par Jacques SapirL’EFSA ignore des avertissements concernant le glyphosate »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,