• Les États-Unis rompent leurs contacts bilatéraux avec la Russie sur la Syrie

    Les États-Unis rompent leurs contacts bilatéraux avec la Russie sur la Syrie

    CategorieLes États-Unis rompent leurs contacts bilatéraux avec la Russie sur la Syrie. Washington a annoncé rompre son dialogue avec Moscou sur le dossier syrien. Les États-Unis rompent leur dialogue avec la Russie sur la Syrie, mais poursuivront leurs contacts militaires avec Moscou pour éviter les conflits aériens, a annoncé lundi le département d'État américain selon Sputnik News.

    « Les États-Unis suspendent leur participation aux discussions bilatérales avec la Russie lancées pour garantir le cessez-le-feu », a déclaré le porte-parole du département d'État John Kirby.

    Le département d'État a expliqué cette décision par le « non-respect par Moscou de ses engagements ».

    M. Kirby a reproché à la Russie et à la Syrie d'avoir sapé le cessez-le-feu malgré le fait que les hostilités aient repris suite à une frappe aérienne de la coalition dirigée par les États-Unis.

    Les États-Unis rappellent leurs représentants chargés de préparer le déploiement du Centre conjoint de mise en œuvre du cessez-le-feu en Syrie.

    Le secrétaire d'État américain John Kerry avait antérieurement déclaré que Washington était sur le point de suspendre les discussions avec la Russie sur le règlement du conflit syrien. Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a pour sa part déploré la rhétorique non constructive des États-Unis avant de souligner que Moscou était « toujours intéressé à coopérer avec Washington ».

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry s'étaient mis d'accord le 9 septembre dernier sur un nouveau plan de règlement du conflit en Syrie. L'accord russo-américain sur la trêve en Syrie a plus tard été remis en cause par de nombreuses violations du régime de cessez-le-feu qui a entraîné des combats intenses entre l'armée gouvernementale et les terroristes à Alep.

    Le gouvernement syrien a ensuite annoncé la fin de la trêve. Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Moscou accuse Washington de vouloir détruire l’économie russe

    Le ministère russe des Affaires étrangères accuse les États-Unis d'avoir pris des «mesures hostiles» et de porter atteinte à l’économie de la Russie sur fond d’abrogation de l’accord bilatéral sur le recyclage du plutonium militaire.

    Les démarches des États-Unis visent « la destruction de l'économie nationale et de la stabilité sociale » en Russie, l'administration Obama faisant tout pour renverser le climat la confiance mutuelle qui pourrait favoriser la coopération entre les deux pays.

    Le refus de Moscou d'appliquer seule l'accord bilatéral sur le recyclage du plutonium militaire constitue une mesure forcée et « ne vise pas à détériorer les relations avec Washington », souligne le ministère russe des Affaires étrangères.

    Selon les représentants du ministère, l'accord a été paraphé sur fond d'amélioration de la coopération et de redémarrage des relations entre les deux pays en 2011.

    Par la suite, les États-Unis ont adopté une série de mesures hostiles à l'égard de la Russie. Il s'agit surtout de l'adoption de la loi Magnitski, de sanctions contre les personnes physiques et morales en 2012, du renforcement du contingent militaire et de sanctions économiques anti-russes suite au rattachement de la Crimée à la Russie en 2014.

    Moscou espère toujours convaincre Washington que, d'une part, imposer des sanctions contre la Russie dans des secteurs peu sensibles pour les Américains, d'autre part, maintenir une coopération sélective dans les domaines où ils en tirent avantage, ne fonctionnera pas.

    Selon le décret présidentiel russe du 3 octobre 2016, Moscou ne croit plus possible d'appliquer à titre unilatéral les dispositions du document. Cette décision est liée à l'apparition « d'une menace sur la stabilité stratégique suite aux actes inamicaux des États-Unis à l'encontre de la Russie », ainsi qu'à l'incapacité des États-Unis à respecter leurs propres engagements dans le domaine du recyclage du plutonium militaire.

    Alep prise en étau entre régime, ONU, Washington et Moscou

    Les discussions ont repris lundi aux Nations unies, mais les Etats-Unis se sont déclarés « à bout de patience » en évoquant les pourparlers avec les autorités russes selon le monde.

    Alors que le conseil de sécurité des Nations unies devait entamer lundi les discussions sur un projet de résolution appelant la Russie et les Etats-Unis à un cessez-le-feu à Alep, en Syrie, Washington a annoncé lundi qu’elle suspendait les discussions avec Moscou, accusant les Russes de ne pas se conformer à ses engagements. Pendant ce temps, une semaine d’offensive du régime – avec le soutien de l’aviation russe –, ont eu raison du plus grand hôpital de la partie rebelle d’Alep, entièrement détruit par des raids aériens, lundi 3 octobre, selon une ONG et l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

    • Début des discussions lundi à l’ONU

    Le projet de résolution, entamé lundi 3 octobre, devait « mettre fin à tous les vols militaires au-dessus de la ville ». Une trêve, supervisée par les Nations unies (qui a menacé de prendre d’« autres mesures » dans le cas où « l’une des parties au conflit intérieur » ne la respecterait pas), a été élaboréé par la France et l’Espagne.

    L’ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, a déclaré lundi que la Russie participerait aux discussions sur le projet de l’ONU. Une résolution « visant particulièrement l’aviation, où les terroristes (au sol) pourraient faire ce qu’ils veulent, ne serait pas une proposition très intéressante », a-t-il cependant estimé.

    Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a déclaré la semaine dernière que tout pays qui s’opposerait au projet de résolution courrait « le risque de porter la responsabilité de complicités de crimes de guerre ». « Il faut en appeler à la conscience de tous les membres du Conseil de sécurité », a-t-il déclaré. « J’espère que nous pourrons obtenir un résultat cette semaine. »

    « Je mets en garde la Russie de ne pas prendre cette responsabilité de ne pas donner une nouvelle chance au cessez-le-feu », a-t-il dit. « Notre conscience est profondément meurtrie. Tous ceux qui croient aux droits de l’Homme, à la paix, à la fraternité, ne peuvent pas supporter des images aussi terribles. »

    • Washington suspend ses pourparlers avec Moscou sur le cessez-le-feu

    Pourtant, un peu plus tôt dans la journée, la Maison Blanche s’était déclarée « à bout de patience » en évoquant ses discussions avec la Russie sur le dossier syrien. Les Etats-Unis ont annoncé, lundi 3 octobre, qu’ils interrompaient leurs pourparlers avec Moscou à propos d’un cessez-le-feu. La trêve, prévue par l’accord américano-russe du 9 septembre, avait en effet volé en éclats.

    « Il n’y a plus rien dont les Etats-Unis et la Russie peuvent parler » à propos de la Syrie, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, jugeant que cela était « tragique ». La Russie n’a « pas réussi à respecter ses propres engagements », notamment humanitaires, et a été « incapable de s’assurer » que le régime syrien cesse ses bombardements comme entendu le 9 septembre, a expliqué le porte-parole du département d’Etat, John Kirby, dans un communiqué.

    « A l’inverse, la Russie et le régime syrien ont choisi de poursuivre une voie militaire », a-t-il ajouté. « Ce n’est pas une décision qui a été prise à la légère », a noté le représentant de la diplomatie américaine.

    Du côté de Moscou, le ministère des affaires étrangères russe à déclaré « regrett [er] cette décision de Washington », assurant que les Etats-Unis, « après avoir échoué à respecter les accords qu’ils ont eux-mêmes négociés, tentent de faire porter la responsabilité [de l’échec] par un autre ».

    • Le plus grand hôpital d’Alep détruit

    La Russie et les Etats-Unis s’accusent mutuellement d’être responsable de l’échec de la trêve, tandis que les raids aériens russes et syriens ont repris de plus belle sur la partie rebelle d’Alep, depuis onze jours. Ces raids ont complètement détruit, lundi 3 octobre, le plus grand hôpital de ce secteur rebelle.

    « L’hôpital a été visé directement par des raids aériens », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). « L’hôpital M10, le plus grand d’Alep-Est, (…) a été détruit, et n’est plus en service de manière permanente », a pour sa part tweeté Adham Sahloul, membre de la Syrian American Medical Society (SAMS), une ONG médicale qui gère l’hôpital. « On a peur que l’immeuble s’effondre sur la partie souterraine de l’hôpital (…) nous avons peur pour le personnel », a ajouté M. Sahloul.

    L’OSDH n’était toutefois pas en mesure de confirmer si les bombardements provenaient d’avions du régime Assad ou de son allié russe. Ce n’est pas la première fois que cet hôpital était visé par des raids aériens. Samedi 1er octobre, la structure avait été la cible d’au moins deux barils d’explosifs, avait rapporté la SAMS.

    Plusieurs tentatives de faire appliquer un cessez-le-feu pour permettre l’acheminement de convois humanitaires dans la zone des combats et des bombardements ont échoué ces dernières semaines. Depuis le lancement de cette vaste offensive aérienne et terrestre, les forces gouvernementales gagnent du terrain sur les rebelles dans le centre et le nord d’Alep, avec des bombardements qui ont tué des dizaines de civils. L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) avance le chiffre de près de 350 morts en une semaine, dont une centaine d’enfants.

    par le Parti de Gauche

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Le phénomène TrumpGrèce : des retraités fous de rage tentent de renverser un fourgon de police »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,