• Les services Web US seraient-ils des compagnons invisibles de Daech?

    Recherches Informatiques, Internet, Chat, Moniteur

    CategorieAlors que la Russie et la coalition menée par les Etats-Unis bombardent Daech, CloudFlare, un service Web américain, est accusé de protéger le groupe terroriste sur le Net. Sputnik a essayé de comprendre s’il était possible pour CloudFlare de cesser ses prestations et si oui, pourquoi ne le fait-il pas et qu'en est-il des services spéciaux? rapporte Sputnik News.

    Le groupe international Anonymous a déclaré la cyberguerre à Daech qui continue d'endoctriner les jeunes étrangers, financer ses opérations grâce à la crypto-monnaie et échanger des messages impossibles à intercepter, tout cela, grâce à l'accès à Internet.

    Tout au long de l'année, le groupe a démasqué, dénoncé, traqué et piraté des milliers de comptes Twitter affiliés à Daech ou associés de telle ou telle façon à leur activité. De surcroit, les hackivistes ont dit avoir réussi à découvrir plusieurs adresses Bitcoin qu'utilisent les combattants pour les bloquer.

    Tandis que les hacktivistes, dont Anonymous et GhostSec, s'unissent pour lutter ensemble contre Daech, les djihadistes cherchent aussi de l'aide pour se protéger des menaces de piratage et des risques d’espionnage.

    Ainsi, l'un des hacktivistes de GhostSec a confié dans un entretien à Sputnik que "des CDN comme CloudFlare cachent le vrai IP d'un serveur ou d'un ordinateur hôte pour fournir la protection (en cas d’attaque, ndlr) DDoS. Parfois, nous sommes capables de contourner la protection. Mais si Cloudflare cessait de protéger ces sites, les sites pourraient être attaqués et bloqués facilement".

    Ce n'est pas la première fois que les hacktivistes de GhostSec accusent CloudFlare, un CDN qui offre un service de capacité réseau supplémentaire aux sites Web en cas d’attaque DDoS (ou de surabondance de trafic), de protéger des sites affiliés à Daech, une quarantaine environ, selon GhostSec.

    Contacté par Sputnik, Boris Sharov, directeur général de Dr.Web, société russe de sécurité informatique, principal service anti-virus en Russie a confirmé ce constat des hacktivistes. Le spécialiste a également essayé de supposer quelles seraient les raisons pour CloudFlare de ne pas arrêter la prestation de service de protection.

    A la question de savoir si l'entreprise possède des moyens techniques pour ne plus fournir ce service à des sites liés à Daech, M. Sharov a répondu sans hésiter:

    "Certainement, si vous voyez quelque chose qui appartient à Deach par son contenu et si vous êtes opérateur fournissant le service de prestation du contenu par exemple, alors là, si cela est contraire à la loi du pays, vous êtes libres de le bloquer".

    Pourtant, après avoir appris que CloudFlare fournissait une Web protection à Daech, les hacktivistes d'Anonymous ont publié un tweet demandant à l’entreprise de supprimer la protection des sites en question.

    M. Sharov a donc constaté qu'il y a quelque chose qui les en empêche. D'après lui, il y aurait deux explications à la question de savoir "pourquoi cela ne se fait pas facilement".

    "La première chose, c'est le fait que dans la plupart des cas, ce serait très difficile de les identifier (les combattants de Daech, ndlr) même s’il s'agit d'un contenu religieux islamique. Finalement, il s'agirait de faire du monitoring de contenu et de faire des expertises pour être sûr qu'il s'agit de Daech", a expliqué le spécialiste.

    "Je ne pense pas que Cloudflare soit en capacité de faire ça, son business est autre. Il n'est pas créé pour gérer le contenu, mais pour la prestation du service lié au contenu. Mais s'il y a une décision d’un tribunal aux Etats-Unis interdisant la prestation du service à un certain site ou un certain contenu, cela se fera en quelques minutes", a-t-il ajouté.

    Pourtant, Boris Sharov a souligné qu'on n'avait jamais entendu parler de décisions de tribunaux.

    "Et là, c'est la deuxième raison que je vois, c'est qu'il n'est pas intéressant pour les services antiterroristes de couper la présence du terrorisme du net, au contraire, c'est une façon de les observer et d'avoir toujours la main sur la vie réelle des combattants de Daech", a conclu le spécialiste en cyber sécurité.

    Pour se justifier, l’entreprise a cité à peu près les mêmes arguments.

    " Nous nous sommes tournés vers les autorités pour passer en revue les différents sites en question et on ne nous a jamais demandé de les supprimer de notre réseau", avait précisé au Mirror le PDG de CloudFlare, Matthew Prince, en ajoutant que parfois de tels sites pourraient être utiles pour les services de sécurité eux-mêmes.

    Il reste alors à savoir pourquoi les services spéciaux n'ont rien à répondre aux accusations sur leur inefficacité quant à la lutte contre Daech, s'ils tirent tellement d'informations précieuses sur les combattants grâce à leurs sites pour ne pas vouloir les bloquer.

    L'armée US tremble face aux S-500 russes. 

    Cette année, la Russie s'apprête à tester son système de défense antiaérienne et antimissile S-500. Le système entrera en service en 2020, mais les militaires américains sont déjà en proie à la peur, avec leurs meilleurs chasseurs qui seraient peut-être laissés sur la touche selon Sputnik News.

    "On prévoit que, vers la fin de l'année en cours, la construction des prototypes de S-500 soit terminée et qu'ils entrent en phase d'essais préliminaires", a déclaré Viktor Mourakhovski, membre du conseil d'experts de la commission militaro-industrielle russe.

    "Vers 2020, le système devrait subir des essais au niveau étatique et entrer en service ensuite", a-t-il poursuivi.

    Ce système de nouvelle génération, conçu par l'entreprise russe Almaz-Anteï, possède les avantages de ses prédécesseurs et offre des capacités toutes nouvelles sur l'échiquier aérien. Concrètement, le système pourrait intercepter simultanément jusqu'à 10 missiles balistiques allant à la vitesse de cinq kilomètres par seconde à une altitude de plus de 185 kilomètres, alors que sa portée pourrait atteindre 600 kilomètres. Ainsi, le S-500 pourra intercepter des ogives provenant de l'espace. Le système vise d'ailleurs à détruire des missiles de croisière hypersoniques ou autres se déplaçant à la vitesse de Mach 5.

    Le S-500 Prometheus s'annonce plus sophistiqué que le système actuel S-400, déployé en Syrie, et une fois opérationnel, ce premier occupera le devant de la défense antiaérienne russe. Le Prometheus sera extrêmement mobile et aura un vaste réseau de radars à sa disposition, dont par exemple le radar de contrôle 91N6A (M) ou bien le radar de détection 96L6-TsP, version modifiée, ainsi qu'un nouveau radar d'interception multimode 76T6, d'après le portail Missile Threat, projet de l'Institut de Claremont en Californie.

    Les S-500, en parallèle avec leurs prédécesseurs S-400 et S-300, sont destinés à former un réseau intégral de défense antiaérienne et antimissile. Ainsi, bien que le complexe militaro-industriel ait sensiblement pâti suite à l'effondrement de l'Union soviétique, Moscou a étonnamment réussi à poursuivre ses élaborations de systèmes de défense antiaériens, sans dégradation en termes de qualité, selon un des représentants du secteur de la défense aux Etats-Unis. De plus, certaines de ses élaborations, comme le S-500, font craindre que même les chasseurs F-22, F-35 et B-2 ne puissent probablement pas contrer leur fort potentiel, lit-on dans un article de The National Interest.

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « VGE, Chirac, Sarkozy : découvrez quel ancien président coûte le plus cher à l’EtatDes expériences scientifiques auraient provoqué la recrudescence de Zika »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,