• Manuel Valls et Justin Trudeau, les faux amis

    CategoriesManuel Valls et Justin Trudeau, les faux amis. Le premier ministre est en visite officielle au Canada jusqu'à vendredi et rencontrera plusieurs fois son homologue. Sur le terrorisme ou l'accueil des réfugiés, les deux responsables n'ont pas le même discours.

    Le voyage, initialement prévu en juin, avait été reporté à cause du mouvement contre la loi Travail. Le premier ministre Manuel Valls va passer trois jours avec son homologue libéral canadien Justin Trudeau, élu il y a un an. Les deux reponsables politiques se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises, notamment à l'occasion du Forum de Davos et de la COP21. Fin novembre, le Canadien s'était affiché au côté du socialiste français au Bataclan, pour un hommage aux victimes des attentats. «Ils ont plusieurs fois eu l'occasion d'avoir des échanges personnels», souligne Matignon. «Nous avons une volonté de travailler ensemble, la France a vocation à devenir le partenaire exclusif du Canada», insistent les services de Manuel Valls.

    Les parcours politiques des deux hommes d'État présentent des similitudes. Parvenus jeunes aux responsabilités - Manuel Valls a 54 ans, Justin Trudeau, 44 - ils maîtrisent les codes de la communication et sont de fins stratèges. Comme son aîné français, Justin Trudeau a exercé un mandat de député avant de succéder au conservateur Stephen Harper à la tête du gouvernement. Avant d'être élu à ce poste, le Canadien a dirigé sa formation politique, le Parti libéral du Canada (PLC), ce qui pourrait inspirer Manuel Valls. Le premier ministre lorgne sur le leadership de la gauche et travaille à la consolidation de ses troupes pour construire la «recomposition» post-2017.

    Divergences sur le burkini, les réfugiés, la lutte contre le terrorisme

    Les points communs s'arrêtent là. Un peu moins d'un an après sa victoire, Justin Trudeau atteint des records de popularité et satisfait 50% des Canadiens quand son homologue français, fatigué par quatre années à Beauvau puis à Matignon, est au plus bas dans les sondages.

    C'est surtout sur leur vision de la société que les deux hommes ont des positions opposées. Défenseur assumé du multiculturalisme, le Canadien n'hésite pas à s'afficher auprès des communautés, au point d'être érigé en modèle anti-nationaliste. Le Français martèle lui sa vision de la République et l'importance de l'intégration et du respect des valeurs.

    L'hôte de Matignon affiche un discours de fermeté sur les migrants, le Canadien, lui, se met en scène, souriant, auprès d'eux. «Nous avons accueilli plus de 25.000 réfugiés syriens au Canada. Bienvenue à la maison», avait tweeté le locataire du 24, promenade Sussex, résidence officielle des premiers ministres canadiens. Il avait même accueilli en personne des groupes de réfugiés à l'aéroport, n'hésitant pas à prendre la pose avec eux.

    La polémique sur le burkini a aussi été l'occasion d'identifier leurs divergences. Justin Trudeau défend le droit à porter cette tenue de bain islamique, alors que Manuel Valls y voit «le symbole d'un combat d'une minorité qui cherche à enfermer les femmes». La secrétaire d'État franco-canadienne Axelle Lemaire, qui fait partie de la délégation, avait d'ailleurs vanté la position du premier ministre d'outre-Atlantique, prenant ses distances avec Manuel Valls.

    Enfin, quand Manuel Valls répète à l'envi que la France est engagée dans une guerre contre le terrorisme, son homologue refuse d'utiliser cette terminologie pour évoquer la lutte contre Daech.

    Des rencontres à Ottawa, Montréal et Québec

    Ce qui ne les empêchera pas d'aborder le sujet lors de leurs rencontres à Ottawa, Montréal, puis Québec. Selon l'entourage de Manuel Valls, au moins quatre enjeux seront au coeur de ces échanges: la lutte contre le terrorisme, donc, l'environnement et les suites de l'Accord de Paris, les conséquences du Brexit, et enfin le CETA, accord économique de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Au programme également: cérémonies officielles au Parlement canadien, rencontres avec des acteurs économiques, échanges avec la communauté française, visites de musées et entretiens avec le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Manuel Valls, accompagné de Audrey Azoulay (Culture), Annick Girardin (Fonction publique), Matthias Fekl (Commerce extérieur) et Axelle Lemaire (Numérique), consacrera aussi plusieurs moments avec la presse canadienne.

    par Mathilde Siraud

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « « Hillary Clinton et Barack Obama puent le soufre et attirent des mouches »La lessiveuse de Bercy ou seul l’emploi marchand remplit les caisses de l’État »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,