• Merci Myriam !

    Merci Myriam !

    CategoriesMerci Myriam ! Avec Mathieu Souquière, conseiller stratégique du ministère, qui nous explique la loi El Khomri: "Plus de souplesse, plus de souplesse, plus de souplesse..." Avec aussi, en guest stars, Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, et Alain Rey, linguiste et rédacteur en chef du Robert. Mais pour l'épisode n°1 ce lundi, Merci patron ! est allé faire un coucou à Myriam El Khomri.

    Merci Myriam ! Épisode 1

    Merci Myriam! Épisode 2

    Avec Frédéric Lordon en guest-star.

    Merci patron ! retourne au Ministère du travail avec notre petite question: y a-t-il un truc de prévu dans la loi El Khomri, pour qu'une entreprise ne délocalise pas de France vers la Pologne, puis vers la Bulgarie?

    Mais c'est pas simple d'obtenir une réponse... L'accueil est charmant dans le hall, mais la com' est verrouillée.

    Merci Myriam! Épisode 3

    Avec Pierre Jacquemain, démissionnaire du ministère, en guest-star.

    Merci patron! poireaute dans le hall du ministère du Travail. Et c'est
    non, nous informe le responsable de la Sûreté: personne ne répondra, de façon filmée, sans floutage, à notre petite question.
    Y a-t-il un truc de prévu, dans la loi El Khomri, pour qu'une entreprise ne délocalise pas de France vers la Pologne, puis vers la Bulgarie?

    Merci Myriam! Épisode 4

    Avec Bonjour tristesse et Xavier Mathieu en guest stars.
    Merci patron! campe au ministère du Travail, pour le "marathon du dialogue social". Avec une petite visite de la préfecture de police.

    Suite et fin demain: alors, on va le décrocher, ce rendez-vous ou pas?

    Merci Myriam! Épisode 5

    Avec Mathieu Souquière, conseiller stratégique du Ministère, en guest-star.

    L'entêtement paie: après un "marathon du dialogue social", Merci patron! décroche enfin un entretien. C'est la ministre en personne qui s'y engage...

    Tout est bien qui finit bien?

    Merci Myriam! Épisode 6

    C'était promis, la ministre elle-même s'y engageait: son cabinet répondrait à notre petite question. Finalement, le ministère du Dialogue Social nous a claqué la porte au nez! On a quand même dialoguait socialement avec les vigiles...

    Enfin, on ne se décourage jamais: rendez-vous pour un apéro en musique ce jeudi, à midi, au 127, rue de Grenelle. Au même moment, la loi El Khomri passera en Conseil des Ministres...

    Merci Myriam Épisode 7

    De l'Assemblée Nationale au Ministère du Travail, Merci Patron ! revient avec sa petite question. Avec Isabelle Attard en guest star.

    Merci Myriam! - "Plus de souplesse" - Épisode 8

    Notre rendez-vous au ministère du Travail, enfin!

    Avec Mathieu Souquière, conseiller stratégique du ministère, qui nous explique la loi El Khomri: "Plus de souplesse, plus de souplesse, plus de souplesse..." Avec aussi, en guest stars, Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, et Alain Rey, linguiste et rédacteur en chef du Robert.

    Bande-annonce Merci patron! - Version longue inédite

    "Merci patron !", le documentaire qui tacle Bernard Arnault

    Pour sa première réalisation, le journaliste François Ruffin dresse une satire sociale qui blâme les pratiques de la première fortune de France selon le point.

    "On est plus forts qu'ils ne le pensent et ils sont plus fragiles qu'on ne le croit" : dans Merci patron !, en salle mercredi, cette maxime, érigée en morale, entend raviver la lutte des classes et rappeler l'impact des combats militants.

    Première réalisation du journaliste François Ruffin, ce documentaire en forme de satire sociale blâme les pratiques de Bernard Arnault, première fortune de France, et notamment l'impact humain de son ascension dans le Nord, en peignant le combat "de pieds nickelés picards contre le Goliath du luxe". Dans la peau d'un candide qui cherche à réhabiliter l'image du patron de LVMH, très écornée dans la région en raison de la fermeture de plusieurs de ses usines, Ruffin suit les mésaventures d'un couple au chômage depuis 2007, en fin de droits et toujours en recherche active d'emploi, mais au bord de la rupture.

    "On est dans un degré d'obscénité sans pareille aujourd'hui. (Ruffin)"

    Serge et Jocelyne Klur sont d'anciens employés d'Ecce à Poix-du-Nord (près de Maubeuge), une filiale du groupe LVMH jadis chargée de la confection des costumes Kenzo avant que l'usine ne soit délocalisée en Pologne en raison d'une main-d'oeuvre devenue "trop chère". Ils risquent de voir leur maison saisie en raison d'une dette d'assurance de 25 000 euros. Or, ils ne touchent "que 400 euros par mois".

    "Avec toutes ces délocalisations, la fraude fiscale, l'enrichissement des puissants, on est dans un degré d'obscénité sans pareille aujourd'hui", explique François Ruffin, rédacteur en chef du journal satirique Fakir. "Or, quand vous voyez l'injustice avec un nom, un visage, une voix, ça vous prend au corps et vous donne une force pour aller affronter l'adversaire. En montrant leur histoire, j'espérais qu'on arrive à partager cette injustice et qu'on trouverait un chemin pour la réparer", poursuit-il, affublé ironiquement d'un tee-shirt "I love Bernard".

    Michael Moore comme modèle

    Auteur du pamphlet Les Petits Soldats du journalisme, collaborateur du Monde diplomatiqueet longtemps reporter pour l'émission Là-bas si j'y suis de Daniel Mermet sur France Inter, François Ruffin ne se définit pas comme un réalisateur. "J'ai fait un film par hasard", dit-il. Avec Michael Moore comme modèle - "j'ai appris à parler anglais avec ses films" -, il connaît depuis plus de sept ans le couple Klur, déjà présent dans plusieurs de ses précédents reportages, mais l'idée d'en faire les personnages principaux d'un documentaire vient sur le tas.

    "Il y a un personnage extraordinaire envoyé par la direction de LVMH. C'est lui qui, finalement, tient les discours les plus critiques avec des dialogues dignes d'Audiard ! Évidemment, il nous explique que Bernard Arnault ne peut pas s'amuser à sauver toutes les personnes qu'il a fait licencier. C'est pas l'abbé Pierre !" s'amuse le réalisateur.

    "Je titille Bernard Arnault"

    Documentaire incarné et engagé, Merci patron ! use de l'humour pour faire passer ses messages, dont la réhabilitation du combat syndical : "Le film, c'est Bernard Arnault qui l'écrit. J'espère qu'il ne va pas me réclamer des droits d'auteur !" ironise le "journaliste militant". "C'est la principale vertu de ce film : les spectateurs ne vont pas apprendre grand-chose, c'est pas très cérébral, mais ça doit les faire rigoler, les émouvoir, les surprendre, les venger même, quelque part, des super-riches. Et les gens vont en sortir, j'espère, enthousiastes, regonflés, prêts à des combats. Quand on sait comment la gauche a le moral dans les chaussettes, c'est pas inutile..."

    Le film, qui abîme l'image du géant mondial du luxe, n'est pas à l'abri d'un référé pour contrarier sa sortie, même s'il a été retouché après le visionnage par deux avocats. Mais François Ruffin se veut confiant : "Depuis 2005 que je titille Bernard Arnault, il réagit de façon intelligente : il ne réagit pas."

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source vidéo de Fakir presse URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « L’énorme mensonge de Sarkozy sur TchernobylMetro Boulot Chrono , esclavage, merci patron »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,