• "On n'est pas couché" : Jean-Luc Mélenchon défend les frappes russes en Syrie

    "On n'est pas couché" : Jean-Luc Mélenchon défend les frappes russes en Syrie

    Categories"On n'est pas couché" : Jean-Luc Mélenchon défend les frappes russes en Syrie. Le candidat à l'élection présidentielle était l'invité de l'émission de France 2 dans la nuit du samedi 20 février au dimanche 21. Candidat déjà déclaré à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon était l'invité de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2, dans la nuit de samedi à dimanche 21 février Selon NICOLAS LEDAIN de la radio RTL

    L'ancien président du Parti de gauche a profité de cette visibilité médiatique pour présenter son programme pour 2017 et pour tacler le gouvernement et François Hollande. Interrogé aussi sur les bombardements russes en Syrie, le député européen a estimé que Vladimir Poutine allait "régler le problème" dans le pays.

    L'ancien président du Parti de gauche a toujours assumé sa proximité avec la Russie et est même allé plus loin dans la défense des bombardements. Il a affirmé que les chiffres accusant Moscou de cibler plus les positions rebelles que l'état islamique étaient douteux. "La première victime d'une guerre c'est la vérité. Tout le monde se bat à raconter des salades pour les faire passer dans son camp", a-t-il lancé avant d'ajouter : "je suis pour que Daech soit vaincu, écrabouillé" et a félicité les Russes.

    VIDEO. Mélenchon "félicite" Poutine pour ce que fait la Russie en Syrie

    "Je ne peux pas céder" face à "l'infamie"

    ► "Poutine, est-ce que vous êtes pour ce qu'il est en train de faire en ce moment en Syrie ?
    ► Oui, je pense qu'il va régler le problème."

    La réponse de Jean-Luc Mélenchon à la question de Léa Salamé sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" (ONPC), ce samedi 20 février, a le mérite d'être claire pour le magazine Marianne. Pour celui qui vient de proposer sa candidature pour l'élection présidentielle de 2017, et qui souhaite que "Daech soit vaincu, écrabouillé, et que les Kurdes gagnent", il ne fait aucun doute que c'est Vladimir Poutine qui parviendra à "éliminer Daech". Et quand Yann Moix lui fait remarquer que pour l'heure, le président de la Russie semble cibler en priorité les rebelles hostiles à Bachar el-Assad plutôt que Daech, Jean-Luc Mélenchon balaye d'un revers de main : "Ce n'est pas vrai".

    Rappelant que "la première victime d'une guerre, c'est la vérité", le leader du parti de gauche souligne :"Ce sont les Russes qui ont coupé les communications qui sortaient le pétrole de Daech pour faire de la contrebande par la Turquie. (…) C'est ça qui a été bombardé, donc je félicite les Russes d'être parvenus à couper cette liaison." Quant aux accusations de frappes russe contre des rebelles anti-Assad, il estime : "Les rebelles civilisés sont une ultra-minorité" en Syrie.

    C'est le moment choisi par Yann Moix pour tenter une éclaircissement géopolitique de la complexe crise syrienne et du rôle de Moscou dans le conflit. Le polémiste explique comment la Russie, alliée de l'Iran - et soutien historique de Bachar el-Assad -, tente d'imposer un jeu à deux en Syrie, Assad contre Daech, en éliminant la rébellion locale. "Vous êtes d'accord avec ça ?", interroge le chroniqueur de Laurent Ruquier."Non", répond fermement Jean-Luc Mélenchon, accusant "la propagande" de désinformer l'opinion publique, dans une guerre qui est aussi celle de l'information, .

    "Tout est de la propagande, tous les bombardements massacrent tout le monde. Je ne suis pas pour les bombardements. Cette pauvre population est prise dans une guerre qui ne la concerne même pas, qui est une guerre d'oléoducs et de gazoducs", conclut l'invité politique de Laurent Ruquier. Remonté, Jean-Luc Mélenchon s'insurge encore de voir Al-Qaïda, "notre ennemi en Afghanistan", devenir"notre allié en Syrie. Tout ça est absurde, il faut rétablir l'ordre, et l'ordre passe par le fait que l'on élimine Daech de là". Et ce, donc, grâce à Vladimir Poutine.

    Jean-Luc Mélenchon a ensuite été interrogé sur les sujets de politique intérieure. Il a d'abord critiqué le choix des écologistes de rejoindre le gouvernement lors du dernier remaniement. "Pour un strapontin, ils oublient leurs amis", a-t-il notamment lancé. Il n'a pas non plus épargné l'exécutif refusant l'idée d'une primaire avec François Hollande en estimant qu'ils ne partageaient pas les mêmes valeurs et il a qualifié le gouvernement d'"infamie" en dénonçant la politique sociale et les réformes engagées, notamment la future loi El Khomri. "Je ne peux pas céder", a-t-il expliqué.

    Une nouvelle constitution s'il est élu

    L'élu européen défend une "vision grandiose de la politique" selon ses propres mots. "Si je ne l'avais pas, je ne me lèverais pas le matin", a-t-il précisé avant de détailler les idées de son programme pour 2017. S'il est élu, le député souhaite convoquer une assemblée constituante pour rédiger la constitution de la VIe République. Il estime que la société française a changé et qu'il est nécessaire de lui offrir une nouvelle représentation institutionnelle. Pour le volet économique, Jean-Luc Mélenchon défend l'idée de la relance de la France à partir d'un secteur, celui de la mer. Il invite notamment à mieux considérer les départements d'Outre-mer qui offrent à la France le deuxième espace maritime du monde.

    Pour ce qui est de l'Europe, l'élu a affirmé son intention de "sortir des traités européens" et a critiqué les concessions accordées à la Grande-Bretagne lors du sommet exceptionnel de vendredi 19 février. Interrogé par la journaliste Lea Salamé à plusieurs reprises, il ne s'est pas prononcé clairement sur le maintien de la France dans la zone Euro, mais a invité à la création d'une monnaie commune internationale, mais pas unique, pour sortir de l'hégémonie du dollar. 

    Moment cocasse de l'émission, Jean-Luc Mélenchon a demandé à Pascal Obispo, invité aussi sur le plateau, de jouer le rôle d'Angela Merkel pour défendre ses arguments à propos de l'Europe. Une séquence qui a énormément fait réagir les internautes.

    L'émotion au moment d'évoquer François Delapierre

    Durant l'émission, l'ex-coprésident du Parti de gauche a été longuement critiqué pour le manque de renouvellement au sein de son parti. Il s'en est défendu et était très ému au moment d'évoquer le successeur qu'il aurait voulu avoir, François Delapierre. Le secrétaire national du parti est décédé d'une tumeur au cerveau il y a quelques mois alors que Jean-Luc Mélenchon souhaitait lui passer le flambeau. "Cet homme-là à mes yeux représentait la suite", a-t-il déclaré. Il a également ajouté qu'il était prêt à laisser la place à d'autres personnalités au sein de sa formation et qu'il l'avait même proposé. "Aucun ne s'est senti en état de le faire", a indiqué le candidat à la présidentielle.

    «Je suis pour que Daech soit vaincu, écrabouillé et pour que les Kurdes gagnent», a insisté le co-fondateur du Parti de gauche rappelant que les Russes ont «coupé les communications qui sortaient le pétrole de Daech pour faire de la contrebande en Turquie» selon le Parisien. «Je félicite les Russes qui sont parvenus à couper cette liaison, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. Si bien que Daech va être étranglé».

    Il a au passage égratigné les rapports de la France avec l'Arabie saoudite. «Il y a des indignations à géométrie variable, a-t-il dénoncé. On trouve horrible que Daech décapite les gens et dans le même temps l'Arabie saoudite en décapite 150 dans l'année légalement et on va leur embrasser les mains et les pieds. Toute cette comédie n'a pas de sens.»

    Illustration Capture d'écran © Youtube « Pour en finir avec la monarchie présidentielle » Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « En France, le sentiment d’injustice se renforceAssad: "80 pays soutiennent les terroristes" »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,