• Opération sur ordre

    Opération sur ordre

    CategoriesOpération sur ordre. Le syndicat Alliance et trois organisations de policiers ont tenu meeting place de la République pour dénoncer les violences et la haine « anti-flics » en présence d’élus de droite et de Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard. Des contre-manifestants, refoulés des lieux, sont partis en manif sauvage selon CHRISTOPHE GUEUGNEAU ET KARL LASKE de Mediapart.

    S’ils voulaient donner un signal à Nuit debout, c’est réussi. Et c’est un méga-signal. Les mots d’ordre du syndicat Alliance Police nationale et de l’UNSA, de la CGC-CFC et de la fédération CGT Police contre la « haine anti-flics » ont provoqué la venue place de la République des deux députés du Front national, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard. Pourfendeurs du « laxisme d’État », les élus FN ont apporté « leur soutien aux policiers » dans la foule. Sans toutefois prendre la parole, mais en répondant sans se faire prier aux interviews.

    Non ! La France n’est pas submergée par une « haine anti-flic ». Le rassemblement organisé hier par le syndicat Alliance qui réunit la droite et l’extrême droite policière avait plutôt l’objectif de détourner le harassement des forces de sécurité mobilisées par l’état d’urgence contre le mouvement social et particulièrement Nuit debout PATRICK APEL-MULLER journaliste a l'humanité.

    D’où le choix de la place de la République. D’où l’exclusion de la manifestation des autres syndicats. La galerie de ceux qui ont rejoint la place, d’Éric Ciotti à Marion Maréchal-Le Pen, a donné lieu à une sinistre opération. Conduite hélas avec la bénédiction du président de la République.

    Le constater n’est pas nier les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontés les policiers ni la violence déployée par des petits groupes en marge des mobilisations contre la loi travail. Mais qui l’a permise ? Pourquoi les forces de police n’ont-elles pas eu de consignes pour les empêcher de pénétrer les manifestations et d’agresser les services d’ordre syndicaux ? Pourquoi cette latitude accordée à ceux, parfaitement identifiables, qui recherchaient l’affrontement ?

    Qui a choisi la technique du nassage, qui isole des portions de défilé confondues avec les casseurs et les noient indistinctement sous les lacrymogènes ? Comment expliquer que des consignes aient été données pour couper les cortèges ? Qui a préconisé ces brutalités à l’égard des lycéens, trop souvent répétées pour être interprétées comme des « pétages de plomb » individuels ?

    Toutes ces questions sont éludées par le gouvernement au profit de polémiques auxquelles s’astreint Bernard Cazeneuve. La volonté de discréditer la contestation sociale – soutenue par une très grande majorité des Français – et d’apeurer pour que les cortèges maigrissent semble le ressort de ces choix. Qui ajoutent un jeu malsain sur la sécurité publique à la brutalité antidémocratique du 49-3, interdisant le débat aux représentants du peuple que sont les députés. Est-ce cela leur ordre ? À coup sûr, il n’améliorera pas l’ordinaire de policiers qui, en général, se vouent à « servir ».

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « EXCLUSIF : L’Iran demande au Hezbollah de s’attaquer à l’Arabie saouditeLe «soldat» de Serge Dassault est condamné à 15 ans de prison »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,