• Présidentielle 2017 : institutions, écologie, Europe... ce que propose Mélenchon

    Présidentielle 2017 : institutions, écologie, Europe... ce que propose Mélenchon

    CategoriesPrésidentielle 2017 : institutions, écologie, Europe... ce que propose Mélenchon. LE GRAND JURY - Le candidat de la France insoumise a décliné les propositions phares de son programme présidentiel.

    Comme c'est le cas pour beaucoup de candidats, Jean-Luc Mélenchon commence à dégainer son programme pour 2017. Les 15 et 16 octobre prochains, le tribun tiendra la première "Convention de la France insoumise" près de Lille. Il évoquera à n'en pas douter l'une de ses idées phares, à savoir la convocation d'une assemblée constituante dont l'objectif est de "répondre aux trois urgences : démocratiques, écologiques et économiques et sociales" et surtout de dénoncer ce qu'il nomme "la monarchie présidentielle absurde".

    "Il faut réécrire le texte fondateur qui nous organise (constitution de 1958 écrite par le général de Gaulle, ndlr)", répète celui qui défend depuis 2012 l'instauration d'une VIe République pour réconcilier les citoyens avec la démocratie. Cette assemblée constituante serait composée "des députés qui seront élus par le peuple. Aucun des députés qui seront là ne devra avoir siégé dans une assemblée précédemment." Jean-Luc Mélenchon va même plus loin en imaginant qu'une "partie de cette assemblée constituante soit tirée au sort."

    Une assemblée constituante pour faire quoi ?

    Après son éventuelle accession à l'Élysée, Jean-Luc Mélenchon souhaite laisser du temps à l'assemblée constituante pour "rafraîchir la Constitution". Le candidat de la France insoumise est "partisan du fait que toutes les libertés individuelles soient augmentées. Je suis pour mettre dans la Constitution le droit à l'avortement, le droit de mourir dans la dignité ou la règle verte." C'est à elle aussi que reviendra le choix du régime : présidentiel ou parlementaire. À l'image de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon souhaite, lui aussi, faciliter l'organisation d'un référendum révocatoire visant à destituer "un élu quel qu’il soit."

    La création de 14 tranches d'impôts

    En matière fiscale, le député européen a été clair. Il n'est pas question pour lui d'augmenter les impôts. "Je n'ai pas l'intention de supprimer l'impôt sur la fortune comme tous les candidats de droite et je n'ai pas l'intention de réduire le nombre de tranches." Au contraire, Jean-Luc Mélenchon veut en augmenter le nombre. "Tout le monde paiera un impôt dans ce pays, aussi léger soit-il. Mais tout le monde le paiera d'un bout à l'autre de la chaîne car je créerai 14 tranches. Ils paieront en proportion de leurs moyens, c'est-à-dire que le petit paiera peu et le gros paiera gros."

    Revenir à une agriculture raisonnée

    Aussi étonnant que cela puisse paraître, la France de Jean-Luc Mélenchon a besoin de "400.000 paysans de plus capables de faire de l'agriculture bio", alors même que les agriculteurs éprouvent le plus grand mal à boucler leur fin de mois aujourd'hui. La faute à la suppression des quotas laitiers, fustige le candidat, qui dénonce les dérives de l'agriculture productiviste et industrielle. "On fait du protectionnisme solidaire, c'est-à-dire on ne laisse plus faire le marché. On s'assoit et on dit : "Ça on sait le faire on le produit, ça on ne sait pas le faire, qui pourrait nous en vendre?", détaille-t-il.

    Favoriser l'éthique et le produire en France fait aussi partie des "normes" souhaitées par Jean-Luc Mélenchon. "Ne rentre plus en France une marchandise produite par un enfant dans un autre pays.Ne rentre plus en France un seul légume qui soit pourri jusqu'au cœur par les glyphosates, par les pesticides. Tout d'un coup, un tas de production, nous serons obligés de les faire nous-même. J'aurais tout le temps de convaincre mes compatriotes que la planification écologique est un bienfait absolu pour eux."

    Enclencher le bras de fer avec l'Allemagne en Europe

    Avec Jean-Luc Mélenchon aux commandes du pays, la France se maintiendra-t-elle dans l'UE ? "Il y a deux écoles : celle de la capitulation, c'est le Front national. Eux, il considère que tout est perdu et que les Allemands ont gagné. Pas moi." Le candidat de la France insoumise ne veut pas d'une "Europe allemande", qui demande le respect de la règle d'or budgétaire. "La droite allemande impose un programme qui est en train de tuer l'Europe et l'idée d'Europe. Je crois que la France, on ne fait pas l'Europe sans elle, donc je me sens fort."

    Néanmoins, Jean-Luc Mélenchon n'imagine pas une seconde l'Allemagne laisser partir la France sans négocier. "Si M. Tsipras avait fait ça au lieu de signer n'importe quoi, elle aurait eu Mme Merkel qui lui courait derrière dans le couloir. Si la Grèce avait déclaré qu'elle faisait banqueroute, ça aurait coûté 60 milliards aux Allemands."

    La suppression de la directive travailleurs détachés

    Jean-Luc Mélenchon veut en finir avec les travailleurs détachés. "Je suis contre le statut de travailleurs détachés. Si je suis élu, plus un seul travailleur détaché ne rentrera en Franceparce que c'est immoral, parce que ça met les travailleurs en concurrence les uns avec les autres."

    Jean-Luc Mélenchon : "Il n'y a rien de gauche chez François Hollande"

    PAR OLIVIER MAZEROLLE , LUDOVIC GALTIER

    "Un cambrioleur qui vient narguer ses victimes". Voilà le portrait de François Hollande que Jean-Luc Mélenchon dépeint dans son livre Le choix de l'insoumission. "C'est un homme de centre-droit, il n'a rien de gauche, qu'est-ce qu'il a de gauche ?", analyse le candidat de la France insoumise. Avant de prendre un exemple concret. "Vous le voyez il n'y a pas plus tard qu'il y a deux jours venir faire un grand discours sur sa vision de la démocratie. Il dit que s'il y a 500.000 signatures, il y aura débat parlementaire. Il y a eu 1.300.000 signatures contre la loi El Khomri. Qu'est-ce qu'il y a eu ? Le 49.3. Vous n'appelez pas ça narguer les gens ?"

    Celui qui n'a jamais souhaité participer à la primaire de la gauche par peur de devoir soutenir François Hollande, se dit "outré par des comportements pareils. Comment peut-on faire la loi El Khomri quand on est un gouvernement de gauche ? Comment peut-on accepter qu'il y ait 9 millions de pauvres dans un pays sans en dire un mot ?", s'est offusqué Jean-Luc Mélenchon, qui oppose dans sa logique oligarchie et peuple.

    Jean-Luc Mélenchon : "Tout le monde paiera un impôt dans ce pays"

    Le candidat de la France insoumise a esquissé une ébauche de ce que pourrait être sa politique fiscale.

    Jean-Luc Mélenchon va-t-il augmenter les impôts s'il est élu président de la République ? Au micro du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche 9 octobre, le candidat de la France insoumise a assuré qu'il était favorable au maintien du taux de prélèvement actuel en l'aménageant. "Je n'ai pas l'intention de supprimer l'impôt sur la fortune comme tous les candidats de droite et je n'ai pas l'intention de réduire le nombre de tranches." Au contraire, Jean-Luc Mélenchon veut les démultiplier. "Tout le monde paiera un impôt dans ce pays, aussi léger soit-il. Mais tout le monde le paiera d'un bout à l'autre de la chaîne car je créerai 14 tranches. (Les Français) paieront en proportion de leurs moyens, c'est-à-dire que le petit paiera peu et le gros paiera gros."

    Jean-Luc Mélenchon entend multiplier les tranches pour mener une politique de justice sociale. "Quand je dis 14 tranches, ça veut dire que nous allons un peu délester le poids qui pèse sur la classe moyenne, car des fortunes considérables s'accumulent à un bout de la chaîne des revenus et des misères extrêmes s'accumulent à l'autre bout. Le cœur de ma politique économique, c'est de rassembler dans la production réelle l'argent disponible."

    Jean-Luc Mélenchon : "Le Front de Gauche est mort, mais l'idée n'est pas morte"

    Candidat à la présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon veut porter une nouvelle idée de la politique avec "La France insoumise".

    Véritable figure contestataire de la classe politique française, Jean-Luc Mélenchon repart pour une nouvelle campagne en vue de l'élection présidentielle de 2017. Et l'ancien porte-drapeau du Front de Gauche affiche de grands objectifs à l'heure où la gauche discute d'une nouvelle candidature de François Hollande et la droite voit les tensions s’accentuer entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy. "J'ai été candidat et quatre millions ont jugé cette candidature crédible. Il y a eu un premier rassemblement et je n'ai pas de raison de penser que ce rassemblement n'existe plus depuis", a-t-il déclaré au micro du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI.

    Surtout que selon lui, la gauche est aujourd'hui dénigrée par le quinquennat de François Hollande. "Il y a des milliers de gens qui se disent que l'on sait fait avoir, ils ont complètement déconsidéré nos idéaux", déplore-t-il affirmant que les Français ne s'y retrouvent plus dans le terme de "gauche". Une idée que veut aujourd'hui incarner Jean-Luc Mélenchon grâce à La France insoumise. "Le Front de Gauche est mort dans cette aventure depuis 2012. Il est mort dans ses ambiguïtés, de sa réduction à un cartel de paris, commence-t-il. Mais l'idée n'est pas morte". "L'aspiration qui était à la base du Front de gauche est magnifiée par La France insoumise", clame le candidat.

    Mais Jean-Luc Mélenchon prévient cependant que La France insoumise n'est "pas la priorité" de quelqu'un. "Personne ne doit tirer à lui la couverture, personne ne doit privatiser La France insoumise, y compris mes propres camarades, ce n'est pas notre propriété", a-t-il affirmé avant de détailler les grandes lignes de son programmes. 

    par RTL LCI OLIVIER MAZEROLLE , LUDOVIC GALTIER

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « HOLLYWOOD PENTAGONEDes « techniques » de campagne à vous dégoûter d’aller voter »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,