• Preuves: Kadhafi aurait été assassiné par un agent secret français

    CategoriesPreuves: Kadhafi aurait été assassiné par un agent secret français. D’après le quotidien italien Il Corriere della Sera, le colonel Kadhafi aurait été tué par un agent secret français avec la complicité de Damas. Pourquoi ? Parce que le dictateur libyen menaçait de faire des révélations sur le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007 selon le journal Françqis courrier international. Pour le régime syrien, il s’agissait de resserrer les liens avec la France.

    « Un agent français derrière la mort de Kadhafi ». Le quotidien italien Corriere della Sera se veut affirmatif dans son article remettant en cause la version officielle de la mort de l'ancien dictateur libyen, le 20 octobre 2011. Selon le journal, c'est bien un agent des services secrets français et non un membre de la résistance libyenne qui aurait tué Mouammar Kadhafi, après l'arrestation de celui-ci non loin de Syrte.

    Mais cette fois, c’est Mahmoud Jibril lui-même, ancien Premier ministre du gouvernement transitoire et aujourd’hui pressenti pour diriger le pays après les élections parlementaires du 7 juillet [son parti a obtenu la majorité], qui relance l’hypothèse d’un complot ourdi par des services secrets étrangers. “C’est un agent étranger infiltré dans les Brigades révolutionnaires qui a tué Kadhafi”, a déclaré ce dernier lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision égyptienne Dream TV, au Caire, où il participait à un débat sur le “printemps arabe”.

    Un barbouze était donc présent au moment du lynchage de Kadhafi par les rebelles. Au sein des cercles diplomatiques occidentaux présents dans la capitale libyenne, la théorie officieuse la plus répandue est que, si des services étrangers sont effectivement impliqués, “alors il s’agit presque certainement des Français”. Et d’ajouter :

    “Le fait que Paris ait voulu éliminer le colonel Kadhafi est un secret de polichinelle.”

    Le raisonnement est bien connu : dès les premiers signes de soutien de l’OTAN à la révolution, en grande partie sous l’impulsion du gouvernement de Nicolas Sarkozy, Kadhafi a menacé de révéler les détails de ses liens avec l’ancien président de la République, à commencer par les millions de dollars versés pour financer sa campagne électorale en 2007.

    Sarkozy avait toutes les raisons de faire taire le raïs au plus vite”, nous ont répété samedi 29 septembre des sources diplomatiques européennes à Tripoli.

    Une thèse renforcée par des révélations obtenues par leCorriere della Sera il y a quatre jours à Benghazi.

    La trahison de Bachar El-Assad 

    Là-bas, Rami El-Obeidi, ancien responsable des relations avec les agences de renseignements étrangères pour le compte du Conseil national de transition jusqu’à mi-2011, nous a révélé comment l’OTAN avait pu localiser la cachette de Kadhafi après la libération de Tripoli par les révolutionnaires entre le 20 et le 23 août 2011. “À l’époque, on pensait qu’il s’était enfui dans le désert, en direction de la frontière sud de la Libye”, explique Obeidi.

    Mais en réalité, il s’était réfugié dans son fief de Syrte avec son fils, Mutassim, qui dirigeait les dernières troupes encore en état de combattre. Obeidi ajoute : “Là, le raïs a essayé de communiquer, grâce à son téléphone satellite Iridium, avec certains de ses fidèles qui avaient trouvé refuge auprès de Bachar El-Assad, en Syrie.

    Parmi eux, il y avait notamment son disciple chargé de la propagande télévisée, Youssef Shakir. Et c’est justement le chef d’État syrien qui a transmis le numéro de téléphone satellitaire de Kadhafi aux services secrets français.”

    La raison ? “En échange, Assad aurait obtenu de Paris la promesse de limiter les pressions internationales sur la Syrie en vue de faire cesser la répression contre le peuple en révolte.”

    Localiser le téléphone satellite et son propriétaire aurait ensuite été un jeu d’enfant pour les experts de l’OTAN. Si cette thèse venait à être confirmée, nous pourrions en déduire que ce fut la première étape vers la fin tragique du dictateur, quelques semaines plus tard. 

    Enfin, le site Mediapart note, le lundi 1er octobre, qu’un des principaux témoins des dernières minutes du dictateur ne pourra pas être entendu. Omran Ben Chaaban, 22 ans, est mort lundi dernier dans un hôpital français, après avoir été enlevé en juillet dernier près de Misrata, puis torturé pendant deux mois.

    Déjà un article le grand soir du 1 octobre 2012 titre un agent français derrière la mort de Mouammar Kadhafi ? (Corriere della Sera).

    Ce serait un « agent étranger » et non les Brigades révolutionnaires libyennes, qui aurait tiré le coup de feu dans la tête qui a tué Mouammar Kadhafi le 20 Octobre de l’année dernière à la périphérie de Syrte. Ce n’est pas la première fois qu’en Libye et plus largement est mise en doute la version officielle sur la fin du Colonel Kadhafi. Mais maintenant c’est Mahmoud Jibril lui-même, l’ancien Premier ministre du gouvernement de transition et aujourd’hui en lice pour la direction du pays après les élections législatives du 7 juillet qui renforce la version du complot ourdi par un service de renseignement étranger. « C’est un agent étranger qui s’est infiltré dans les brigades révolutionnaires pour tuer Mouammar Kadhafi », a-t-il déclaré il y a deux jours lors d’une interview à la chaîne égyptienne « Dream TV » au Caire, où il doit participer à un débat sur le printemps arabes.

    PISTE FRANCAISE - Parmi les cercles diplomatiques occidentaux dans la capitale libyenne, la rumeur la plus populaire est que, si effectivement il y avait la main d’un assassin oeuvrant pour les services spéciaux étrangers, c’était « presque certainement un Français ». La raison est inconnue.

    Depuis le début du soutien de l’OTAN à la révolution, fortement soutenue par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, Mouammar Kadhafi a ouvertement menacé de révéler les détails de sa relation avec l’ancien président de la France, y compris les millions de dollars versés pour financer sa candidature et la campagne des élections de 2007. « Sarkozy avait toutes les raisons d’essayer de faire taire le Colonel Kadhafi et le plus rapidement possible », nous ont dit hier des sources diplomatiques européennes à Tripoli.

    REVELATIONS - Ce point de vue est renforcé par les révélations recueillies par le Corriere della Sera il y a trois jours, à Benghazi. Ainsi Rami al-Obeidi, ancien responsable des relations avec les agences étrangères de renseignement au nom du Conseil national de transition (l’ancien organe autonome des révolutionnaires libyens) jusqu’à la mi-2011, a décrit les circonstances qui ont permis à l’OTAN d’identifier l’endroit où était caché le Colonel Kadhafi après la libération de Tripoli aux mains des révolutionnaires entre 20 et 23 Août 2011.

    « A ce moment, on a cru que Mouammar Kadhafi avait fui dans le désert et vers la frontière sud de la Libye avec une poignée de fidèles, avec l’intention de réorganiser la résistance », explique al Obeidi. Les nouvelles ont été répétées en continu par les révolutionnaires, qui avaient intensifié leurs attaques sur la région au sud de Bani Walid et vers les oasis du Sud. En fait, les loyalistes à Mouammar Kadhafi avaient trouvé refuge dans la ville de Syrte. Al-Obeidi ajoute :

    « Là -bas, le Rais a essayé de communiquer via son satellite Iridium avec un certain nombre de loyalistes qui avaient fui vers la Syrie sous la protection de Bachar al-Assad. Parmi eux se trouvait son responsable de la propagande à la télévision, Yusuf Shakir (aujourd’hui il serait incognito et sain et sauf à Prague).

    Et c’est le président syrien qui a révélé le numéro satellite de Mouammar Kadhafi aux services spéciaux français. En retour, le président Bachar al-Assad aurait obtenu de Paris la promesse que la pression internationale sur la Syrie cesserait s’agissant de la répression contre le peuple en révolte. » Localiser le dictateur par Iridium avec le GPS était alors un jeu d’enfant pour les experts de l’OTAN. Si elle est confirmée, ce serait la première étape qui a conduit à la mort tragique de Mouammar Kadhafi après quelques semaines.

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Ambassade russe attaquée en Syrie: les USA effacent les traces terroristesLa Cour des Comptes veut remettre à plat la retraite des fonctionnaires »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,