• Ras-le-bol fiscal : les prélèvements obligatoires ne baisseront toujours pas en 2017

    Ras-le-bol fiscal : les prélèvements obligatoires ne baisseront toujours pas en 2017

    CategoriesRas-le-bol fiscal : les prélèvements obligatoires ne baisseront toujours pas en 2017 titre Russia Today. Malgré la baisse d'impôt sur le revenu pour les ménages, la pression fiscale globale ne faiblira pas. En cause, selon Les Echos qui a fait le calcul, le report des baisses d'impôt dont devaient bénéficier les entreprises.

    Le ministre des Finances Michel Sapin devrait, selon le quotidien économiqueLes Echos, annoncer ce mardi 20 septembre une stabilisation des prélèvements obligatoires, à savoir l'ensemble des taxes et impôts qui pèsent sur l'activité économique, entreprises comme particuliers, ce qui représente autour de 44,5% du Produit intérieur brut (PIB).

    Depuis le «ras-le-bol fiscal» de 2013, le ministère des Finances annonce coup sur coup des baisses d'impôt sur le revenu. Au total ces baisses se chiffrent, selon le calcul des Echos, à 6 milliards d'euros et bénéficient à environ cinq millions de foyers payant l'impôt sur le revenu. Seulement voilà, la baisse d'impôt de 5 milliards dont les entreprises devaient bénéficier grâce à la suppression de la contribution sociale de solidarité des entreprises sera remplacée, sur décision du président de la République, par un relèvement du taux de crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

    Tour de passe-passe comptable

    Mécaniquement, l'allègement de charge est ainsi reporté sur l'exercice fiscal 2018. Mais ce n'est pas tout : Bercy a décidé dans le même temps d'avancer la perception des contributions au titre du CICE de 2018 à 2017.

    En résumé, Bercy reporte d'un an sa dépense et avance, également d'un an, ses recettes. Un tour de passe-passe comptable qui regonfle la trésorerie de l'Etat, mais qui pèse sur les entreprises, dont les charges continuent d'augmenter. Sans oublier que les employés des entreprises sont aussi des contribuables.

    Aussi, l'artifice comptable donne l'impression d'une stabilisation de la pression fiscale. De plus, concernant l'impôt sur le revenu des particuliers, les 6 milliards de «cadeaux fiscaux» consentis aux classes moyennes depuis 2014 ne compensent toujours pas les quelque 45 milliards d'euros de taxes et impôts supplémentaires, lesquels pèsent sur les ménages depuis la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et le début de celui de François Hollande.

    Trois Français sur 4 pensent que leurs impôts ont augmenté sur un an, signe que le message de «pause fiscale» ne passe pas selon INGRID FEUERSTEIN du journal  les Echos.

    Il faudra beaucoup de force de conviction à François Hollande pour persuader les Français que leurs impôts baissent. Alors que le gouvernement prépare pour le Budget 2017 une quatrième mesure d'allègement de l'impôt sur le revenu , 3 Français sur 4 pensent que leurs impôts ont augmenté au cours des 12 dernier mois, d'après un sondage Elabe pour « Les Echos », « Radio classique » et l'Institut Montaigne ». Le sentiment de « ras le bol fiscal » ne s'est donc pas estompé depuis l'été 2013, lorsque l'expression avait été maladroitement lâchée par Pierre Moscovici. A l'époque, les sondages montraient que plus de 70 % des Français trouvaient leurs impôts trop élevés. « Les Français avaient les nerfs à vif. Ce sentiment reste très fort aujourd'hui, même si on en parle moins », constate Yves-Marie Cann, directeur des études politiques chez Elabe.

    Manque de visibilité

    Il faut dire que les baisses d'impôts sur le revenu votées par le gouvernement ne sont pas assez massives pour compenser les hausses des années précédentes. La part des prélèvements obligatoires des particuliers dans le PIB a continué d'augmenter, d'après les calculs de la rapporteure du Budget, Valérie Rabault (PS). D'autres taxes ont en effet pesé sur le budget des ménages, en particulier la fiscalité locale et la fiscalité écologique dont le poids a augmenté de 40  % en dix ans. « La difficulté vient du manque de lisibilité de la politique fiscale. Les baisses d'impôts sur le revenu votées par l'exécutif peuvent être annulées par des hausses de taxes votées à l'échelon local », souligne Yves-Marie Cann. Sans compter que quelques couacs sont venus brouiller le message de « pause fiscale » du gouvernement. L'épisode des retraités modestes, soudainement assujettis à la taxe d'habitation à cause de l'extinction de la demi part des veuves , a sans doute laissé des traces. L'exaspération d'une majorité de Français trouve aussi son explication dans le fait que les baisses d'impôts n'ont pas nécessairement concerné ceux pour qui ils avaient le plus augmenté. Les allégements ont eu lieu à chaque fois au niveau du seuil d'imposition alors que les trois quarts des hausses d'impôts ont été supportées par les 10 % les plus aisés.

    Jugement sans appel

    Cela dit, le « ras le bol fiscal » reste répandu aussi bien chez les ouvriers que les classes moyennes et supérieures, et presque autant chez les partisans de droite et de gauche. Leur jugement sur la politique fiscale du gouvernement est sans appel : 83  % des sondés pensent qu'elle n'est efficace ni pour relancer la compétitivité des entreprises, ni pour réduire les déficits. Les Français sont 84 % à penser que cette politique n'est pas conforme aux engagements de François Hollande, tandis que 86 % trouvent qu'elle n'est pas juste.

    Illustration CC/flickr termes juridiques simples  Sans langue de bois

    URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Hillary Clinton est sans vergogneCisjordanie occupée: trois Israéliens blessés, deux assaillants palestiniens tués »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,