• Semaine 17 de l’intervention russe en Syrie

    En Forme De Croix, Visière, Point Focal, Centre, Middle

    CategorieSemaine 17 de l’intervention russe en Syrie. Erdogan veut-il la guerre avec la Russie ? La situation avec la Turquie échappe rapidement à tout contrôle : non seulement les Turcs ont mené des frappes d’artillerie par-delà la frontière syrienne, mais la Turquie a refusé de respecter ses obligations en vertu du Traité ciel ouvert et a refusé à un avion de surveillance russe le droit de survoler son territoire. 

    L’armée russe a déclaré qu’elle avait détecté des signes que les Turcs préparaient une invasion. Le refus turc de respecter leTraité ciel ouvert est une évolution extrêmement préoccupante, en particulier si elle se combine avec les avertissements russes sur la préparation d’une invasion de la Syrie. 

    Il y a encore une foule d’indications et d’avertissements montrant qu’une escalade est possible : les négociations de Genève ont été abruptement interrompues, les Saoudiens menacent d’envahir la Syrie et il y a des signes montrant que l’Armée syrienne est en train de préparer, lentement mais sûrement, une opération pour libérer Alep des takfiris, créant la panique à Ankara et Riyad (et voilà pour les idées stupides selon lesquelles les Russes ne gagnent pas ou que l’Armée syrienne n’existe pas).

    En même temps, il y a de très nombreux signes que tout le grand plan d’Erdogan pour la Syrie a complétement échoué au point qu’il ne lui reste plus aucun choix (lisez l’excellente analyse de Ghassan Kadi publiée aujourd’hui ainsi que le billet de Pepe Escobar sur la même question).

    Je ne suis ni voyant ni prophète. Je ne peux pas dire ce que pense vraiment Erdogan, ou si les Turcs tenteront d’envahir la Syrie. Mais je peux essayer de faire quelques suppositions éclairées sur des réponses russes possibles à un tel événement.

    D’abord, deux principes de base :

    1) Si les forces russes sont attaquées, elles riposteront. Poutine leur en a déjà donné le pouvoir et cela se produira presque automatiquement avec les seuls commandantslocaux qui prendront la décision finale. En d’autres termes, un tel échange de feu ne serait pas automatiquement l’équivalent d’une guerre totale entre la Turquie et la Russie.

    2) Si la Turquie envahit la Syrie, la Russie agira en stricte conformité avec le droit international. Cela signifie qu’elle demandera une réunion urgente du Conseil de sécurité de l’ONU et que cela dépendra beaucoup de la réaction du Conseil. Si le gang habituel de marionnettes couvre la Turquie (ce qui est loin d’être certain, à mon avis, du moins pas très longtemps, peut-être une semaine ou à peu près), la Russie se référera alors à ses obligations d’assister la Syrie en vertu du Traité d’amitié et de coopération de 1980 entre les deux pays (la Russie étant aujourd’hui l’État successeur de l’URSS, le traité est toujours en vigueur) et de l’Accord entre la Fédération de Russie et la République arabe syrienne sur le déploiement du groupe d’aviation des Forces armées sur le territoire de la République arabe syrienne.

    Autrement dit, la Russie conservera un peu de souplesse pour interpréter la situation d’une manière ou d’une autre. Cela, à son tour, signifie que beaucoup de choses dépendront des objectifs des Turcs.

    Si nous parlons d’une violation caractéristique par la Turquie d’une frontière nationale pour attaquer les Kurdes, comme ce qu’ils ont déjà fait à de nombreuses reprises par le passé, et si cette pénétration n’est pas très profonde, la Russie choisira probablement des moyens non militaires pour faire pression sur la Turquie. Encore une fois, alors que les fous en Turquie ont très envie d’une guerre avec la Russie pour internationaliser le conflit et forcer l’Otan à intervenir, les Russes n’ont absolument aucun intérêt à une telle escalade. Exactement comme dans le Donbass, où l’Occident essaie d’attirer la Russie dans une guerre et celle-ci refuse de mordre à l’hameçon. Le problème est que, contrairement aux Ukronazis, les Turcs disposent d’une machine militaire beaucoup plus puissante, que les Russes ne peuvent pas ignorer comme ils l’ont fait pour l’armée et les divers escadrons de la mort ukronazis. Donc si le but d’Erdogan est seulement de jouer au macho et de bander quelques muscles, disons un peu comme Reagan à Grenade, alors il peut probablement s’en sortir comme ça, du moins pour une brève opération. Mais si Erdogan tient absolument à un conflit avec la Russie, les Russes ne pourront pas se contenter de faire le dos rond et d’attendre qu’il se calme.

    Dans le dernier cas, la Russie aura un certain nombre d’options pour l’escalade.

    Les premières options évidentes sont d’aider les Syriens et les Kurdes par des renseignements. C’est déjà en cours aujourd’hui et ne fera que s’intensifier dans le cas d’une invasion turque.

    La deuxième est de tirer sur les avions ou les hélicoptères turcs en vol. C’est une option facile puisque les Syriens ont déjà de très bons systèmes de défense aérienne (incluant quelques Pantsir-S1, Buk-M1/2E, Tunguskas 2K22 et un système d’alerte précoce assez robuste) et quelques avions plus ou moins efficaces (incluant éventuellement des MiG-29 améliorés). Le Kremlin peut par conséquent bénéficier jusqu’à un certain point de ce que la CIA a appelé un déni plausible [utilisation d’hommes de paille pour sembler rester hors du coup, NdT].

    La troisième option pour la Russie est d’aider les Syriens avec le système d’artillerie qu’elle aurait déployé dans le pays, qui inclut des canons de 152 mm MTSA-B, des BM-27 Uragan et des lance-roquettes BM-30 Smerch.

    Toutes ces options seraient très en deçà d’une véritable guerre entre la Russie et la Turquie. Mais si Erdogan est déterminé à pousser l’escalade plus loin, alors une guerre sera inévitable. Si la Turquie essaie d’attaquer directement Khmeimim, alors la Russie ripostera, cela ne fait aucun doute.

    À quoi cela pourrait-il ressembler ?

    La première chose que je dirais est qu’aucun pays ne veut tenter d’envahir l’autre. L’idée de la Turquie envahissant la Russie est bien évidemment absurde, mais bien que la Turquie soit dans le rayon de 1 000 km où les Russes sont entraînés à combattre, je ne crois pas que la Russie le tentera jamais. Pour une seule raison, exactement la même qu’en Géorgie : personne en Russie ne pense réellement que les Turcs, comme nation, veulent la guerre. Cela étant, Erdogan tient beaucoup plus d’un Saakachvili version 2 que d’un Hitler, et il sera traité de la même manière. En outre, alors que pendant la guerre du 08.08.08, la Russie devait protéger les Ossètes des Géorgiens quasi génocidaires, elle n’a pas de telles obligations au Kurdistan.

    Un scénario beaucoup plus probable est une répétition de ce que nous avons déjà vu, mais à une échelle beaucoup plus large : si Erdogan oblige vraiment la Russie à faire la guerre, ce qui arrivera, ce sera des attaques de missiles balistiques et de croisière contre l’infrastructure qui soutient l’invasion turque, l’envoi par le fond de tout navire de la Marine turque impliqué dans cet effort, et des frappes de bombes et de missiles sur les concentrations de forces turques, les dépôts de munitions et de carburant (POL) et, tout particulièrement, les aérodromes. Le but de la réponse russe ne sera pas de vaincremilitairement la Turquie, mais de repousser les Turcs assez longtemps pour imposer une sorte de cessez-le-feu à Erdogan. Même si l’armée russe est capable de défaire totalement la Turquie dans une guerre, le Kremlin réalise aussi que toute guerre entre la Turquie et la Russie doit être arrêtée aussitôt que possible et que plutôt que d’infliger une défaite à la Turquie, le véritable objectif russe devrait être de vaincre Erdogan.

    Pour cette raison, les Russes, loin d’avoir la gâchette facile, entreprendront tous les efforts imaginables pour montrer qu’ils n’ont pas commencé la guerre, même si cela signifie laisser la Turquie entrer en Syrie, du moins aussi longtemps que les Turcs restent près de leur frontière et ne tentent pas de modifier le cours de la guerre. Si tout ce que veulent les Turcs est une étroite zone de sécurité à l’intérieur de la Syrie, je ne vois pas les Russes recourir à la force armée pour les en empêcher. Ils protesteront, avec véhémence, au niveau diplomatique, et ils aideront les Syriens et les Kurdes, mais ils n’attaqueront pas directement les forces turques.

    Et les Saoudiens ? Ah oui, à propos, qu’en est-il des Saoudiens ? Ils ne peuvent même pas faire face aux Houthis au Yémen, pourquoi quelqu’un penserait-il que cela serait différent en Syrie ? L’armée saoudienne est une plaisanterie, une force de répression dégénérée à peine capable de s’engager dans des opérations de répression anti-chiites. Ils peuvent faire toutes les menaces qu’ils veulent, mais s’ils tentent d’entrer en Syrie, les Syriens, les Russes, les Iraniens et le Hezbollah feront tous la course pour être les premiers à attraper enfin ces fils de putes et leur donner une leçon qu’ils n’oublieront pas avant longtemps.

    Franchement, je n’arrive tout simplement pas à croire qu’Erdogan et ses conseillers sont assez fous pour essayer de déclencher une guerre avec la Russie ou même d’envahir la Syrie. Alors qu’Erdogan est à l’évidence un psychopathe, je ne peux pas croire que son équipe tout entière soit aussi composée de dingues. En plus, je ne peux pas imaginer que les États-Unis/OTAN/Union européenne soutiendraient effectivement une invasion turque de la Syrie ou, encore moins, une attaque contre la Russie. La russophobie n’est grande que tant qu’elle ne vous expose pas à une guerre continentale, le point auquel vos intérêts propres et votre survie prévalent sur les notions idéologiques. Du moins je l’espère.

    Peut-être suis-je naïf, mais je veux croire que les gens en Turquie ne vont pas rester les bras croisés sans rien faire pendant que leur dirigeant entraîne leur pays dans une guerre avec la Russie.

    Pour conclure, je veux mentionner quelque chose de troublant. Un Grec vénérable, un moine nomméPaïssios, que l’Église orthodoxe grecque a glorifié comme un saint, était connu pour ses visions prophétiques. L’une des plus célèbres était sa prédiction que la Turquie et la Russie se feraient une guerre majeure, qui aurait pour résultat l’éclatement complet de la Turquie et la libération de Constantinople du joug ottoman (si vous vous intéressez aux détails, cliquez ici et ). Maintenant, je me rends tout à fait compte qu’à notre époque, la plupart des gens rejetteront ce genre de choses comme des absurdités dénuées de sens, de l’obscurantisme, de la superstition, ou des idées chimériques de la part d’un Grec rancunier, en somme du charabia religieux, etc. Mais gardez s’il vous plaît à l’esprit qu’entre le XVe et le XXe siècle, la Russie et la Turquie ont déjà été douze fois en guerre (!). Que cela fait plus de deux guerres (2.4 exactement) par siècle et que la dernière a eu lieu il y a un siècle.

    Donc que vous considériez les prophéties, les expériences passées ou les statistiques, les choses semblent vraiment très alarmantes, du moins pour moi. Et, comme Ghassan Kadi et Pepe Escobar l’ont expliqué, Erdogan est maintenant acculé. Cela aussi le rend très dangereux.

    Les Anglosionistes sont experts pour déchaîner des idéologues fous – les wahhabites au Moyen-Orient et les nazis en Ukraine – mais ils semblent toujours perdre en quelque sorte le contrôle sur eux, pour finir. J’espère seulement que la protection américaine du régime turc ne provoquera pas le déchaînement d’une nouvelle idéologie féroce – l’impérialisme ottoman – ou, si c’est le cas, qu’il est encore temps pour les États-Unis de freiner ce fou avant qu’il ne soit trop tard.

    Erdogan et son régime sont une menace pour toute la région et même pour le monde. Je ne me soucie pas vraiment de qui le fera partir, le peuple turc ou la Maison Blanche, mais j’espère bien que ses jours au pouvoir sont comptés. Parce que tant qu’il y reste, une catastrophe majeure peut se produire. 

    par le Saker US

    Illustration CC0 Public Domain Pas d’attribution requise Sans langue de bois

    L’article original est paru sur Unz Review

    Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Diane pour le Saker francophone

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « TTIP: à quoi pouvons-nous nous attendre en 2016 ?L’Arabie saoudite aux prises avec ses démons »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,