• Trumptopia

    CategoriesTrumptopia. Pendant des années, il était facile de voir les nuages noirs politiques s’amonceler sur l’Europe, avec ses coalitions hargneuses et ses vieilles rengaines sur les conflits. Le père de Marine Le Pen, le sévère et vieux Jean-Marie, était sur la scène en France, des décennies avant que Donald Trump n’ait commencé son ascension vers la gloire en surfant sur les nuages nocifs de la culture merdique de l’Amérique, assisté par des hôtes célestes comme les anges Kardashian et le chérubin booboo.

    Pour tous les moutons de la vie américaine moderne, le système des deux partis avait toujours semblé aussi solide que les tours de granit du pont de Brooklyn. Pas même l’estimable Teddy Roosevelt n’a pu le faire sauter quand il a essayé en 1912 – bien que son parti progressiste (Bull Moose [Parti politique créé pour l’occasion, NdT]) ait enlevé la Californie, la Pennsylvanie, et le Minnesota, et qu’il ait devancé largement le titulaire républicain, le Président Taft, qui n’avait recueilli que de maigres votes (le démocrateWoodrow Wilson a gagné cette année-là). Ross Perot a eu un impact en 1992, avec certainement un gros point fort, à propos de l’ALENA et le bruit de succion géant créé par le drainage des emplois américains. Mais ses manières de freluquet ne l’ont pas aidé et au moment critique, lors de l’élection générale, il a perdu son sang-froid et s’est retiré pour bêtement revenir quelques semaines plus tard. Ensuite, il y a eu Ralph Nader en 2000, dont la croisade égoïste a sans doute donné la Maison Blanche à George W. Bush.

    Depuis lors, le pays navigue entre les longs mandats des équipes de l’État profond de chaque grand parti, les mettant dans un tel état que Trump grimpe maintenant au dessus de leurs vapeurs méphitiques. Ce qui pose la question, bien sûr: qu’est exactement cet État profond? Réponse : un Léviathan de rackets symbiotiques, produisant une incompétence maximale nuisant à la majorité des citoyens. C’est une bête suceuse de sang de cent mille têtes, drainant la vitalité faiblissante des États-Unis, mentant sur ses intentions alors qu’elle annonce les certitudes piétistes de la gauche et les shibbolethssuperstitieux de la droite, laissant un trou fumant au milieu, là où les problèmes pratiques de la vie quotidienne devraient être résolus par des moyens pratiques.

    L’État profond est aussi la somme des conséquences imprévues et des rendements décroissants d’un stade tardif, bureaucratique, de l’économie techno-industrielle se cannibalisant pour rester en vie. Une conclusion évidente est que cette économie doit changer avant qu’il n’y ait plus rien à manger, et aucune personnalité politique sur la scène, y compris Trump ou Bernie Sanders, n’a une vision plausible d’où cela nous mène. Les deux supposent seulement que le moteur va continuer à sortir de plus en plus de richesses matérielles à répartir selon leurs désirs. La vérité est qu’il y aura beaucoup moins de richesses matérielles du genre auxquel nous sommes habitués, et une représentation du Kapital des choses beaucoup plus faible dans ce que nous appelons l’argent. En fait, la scène visible aujourd’hui n’est qu’un spectacle des rôdeurs les plus rusés et les plus gros, se déchirant pour les miettes de notre festin de ces 200 dernières années, un long banquet.

    Hillary Clinton, bien sûr, est l’incarnation de l’État profond, et c’est la vraie raison pour laquelle si peu de citoyens lui font confiance. Chaque pauvre schnock qui a été sacrément secoué par le projet de loi sur l’appendicectomie à 90 000 dollars regarde Hillary et sait exactement ce qu’elle représente. Chaque jeune de 25 ans sans travail, né avec le millénaire, squattant les canapés et endetté par ses études, voit le visage de l’État profond dans son demi-sourire auto-satisfait. Elle a dupé principalement les soutiens de la diversité – parce qu’ils sont la garde de l’État profond – et les femmes, parce que c’est letour de maman de diriger l’État profond. Jim Rickards, auteur, financier et agent de l’État profond, continue d’insister pour dire que l’oncle Joe Biden va finir comme candidat démocrate. (Il l’a dit dans un tweet l’autre jour). Vous devez vous demander ce que ce gars sait. Ne croyez pas que l’oncle Joe soit le chevalier sur un cheval blanc que vous attendiez. Après tout, il est vice-président de l’État profond.

    Les électeurs semblent attirés par Trump, parce qu’il est si désireux de mettre un doigt à l’État profond. Il mérite ce doigt [l’État profond, NdT], mais il doit aussi être soigneusement démonté sans faire sauter ce qui reste de ce pays. Trump a déjà pris un bon départ en faisant sauter le Parti républicain. Jamais auparavant, autant de responsables du parti ne se sont dissociés (jusqu’à présent) du candidat présomptif. Je pense que des mesures plus extrêmes contre Trump vont encore être tentées par les mandarins du parti dans les deux mois avant la convention. Je doute que vous entendiez parler d’elles avant qu’elles n’apparaissent.

    Face à cela, le comportement de Trump devient seulement plus enfantin. Son discours après la primaire de l’Indiana était un chef-d’œuvre d’incohérence. Tout cela tournait autour de la magnificence de sa victoire qui était incroyable. Intéressant, c’était le mot juste. Il est à l’écoute de la dépression nerveuse nationale en cours. De temps en temps, quand il ne parle pas dans le vide sur sa cote d’amour, Trump exprime l’inquiétude légitime des victimes de l’État profond. Il y a peu d’emplois décents en dehors des rackets de l’État profond. Nous ne sommes pas obligés de prendre un flux illimité d’immigrants. L’édification de la nation par des moyens militaires a été un échec lamentable. La dette nationale est un problème. L’infrastructure du pays est décrépite. Trump dit qu’il peut négocier une solution à tout cela : l’art de la transaction. Souffler la fumée de son cigare dans le cul de l’État profond n’est pas un plan.

    La tragédie est de ne voir aucune figure sérieuse, adulte, s’avancer dans ce moment dangereux de l’histoire. Le parti que prétend représenter Trump, est lui-même perdu dans un désert de cupidité, de chauvinisme et d’avocasserie surnaturelle. Le Parti démocrate rival plane sur les fumées de la diversité et de l’inclusion, une politique de niveau maternelle, qui corrode ce qui reste de notre culture commune déjà en lambeaux. L’État profond d’Hillary ne pouvait pas trouver un meilleur subterfuge pour faire diversion. Les deux partis sont proches d’une complète implosion. Je ne suis pas convaincu qu’ils vont survivre à leurs propres conventions cet été. Puis quoi?

    Note du Saker Francophone

    J'ai laissé la traduction littérale de certaines expressions, pour montrer l'énervement palpable de l'auteur, qui tape de moins en moins sur Trump au fur et à mesure qu'il prend conscience de la capacité de celui-ci à briser le Léviathan. Il reste à surveiller le père Trump, maintenant que sa stratégie de boule dans le jeu de quilles lui a donné l'investiture.

    Il faut attendre de savoir si c'est Killary qu'il aura en face, ce qui lui permettrait de continuer sur le même rythme et visiblement, il excelle à ce jeu. Si c'est Sanders, ça sera plus délicat, car je ne le vois pas utiliser ce genre d'arguments qui glisseraient sur son adversaire. Mais ça peut aussi être fort intéressant et déboucher sur un vrai débat sur les vrais enjeux du monde. Les deux ont probablement beaucoup à apprendre l'un de l'autre.

    par James Howard Kunstler

    Illustration aucun Copyright Sans langue de bois

    Source kunstler.com

    Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone

    Source URL de l'article

    "Ce blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non commercial et totalement amateur. Les images, les textes dont nous ne sommes pas les auteurs ainsi que les musiques et chants seront supprimés du blog sur simple demande par courriel. Nous publions textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses. Ces publications ne signifient pas que nous partageons toujours totalement les points de vue exprimés. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens."

    Categories

    « Les «interdits de manifester» emportent une victoireEn Syrie, la Russie défend la civilisation pendant que l’Occident défend le barbarisme. »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,